Tagong, aux portes du Tibet

Publiée le 09/10/2019
Du 4/10 au 9/10. Récit de 4 jours à Tagong, village perché à 3 750m d'altitude, entre monastères tibétains, yaks et drapeaux à prières.

Vendredi 4/10. Autour de 13h. Après nos mésaventures avec les transports de Xi'an, nous sommes à l'heure pour le train, direction Chengdu. Arrivée à 7h30, après plus de 18h00 de train en couchette de 6  (ou plutôt de 6 x 10 compartiments ouverts) avec quelques voisins bruyants. La série Chernobyl a été engloutie dans le trajet, qui passe finalement assez vite.

À Chengdu, pas le temps de traîner, nous nous faufilons dans le métro puis à la gare routière pour finalement chopper le bus de 8h30 pour Kangding. Cette ville de 135 000 habitants, est située à 2 700m d'altitude. Une nuit ici va nous permettre de nous acclimater à l'altitude pour éviter le mal des montagnes. 

Après 5h de trajet, nous sommes à Kangding en début d'après-midi. De quoi visiter et profiter de cette petite ville sympathique. Encore beaucoup de touristes chinois pour le dernier week-end de la semaine d'or. Du coup, les prix s'envolent, nous trouvons 2 lits en dortoir pour une 10aine d'euros.  

Le temps de poser les sacs et nous sortons visiter le marché et ses étals de fruits, légumes et ... yaks ! 

Marché de Kangding
Marché aux Yaks de Kangding
Marché aux Yaks de Kangding

Kangding est très connue en Chine grâce à une chanson d'amour dont l'histoire se passe ici. D'où le nombre de touristes. À côté de ça c'est une ville assez agréable avec des immeubles aux façades "tibétaines", sa rivière centrale et ses habitants. Ils ne ressemblent pas vraiment à leurs voisins chinois: peau plus bronzée, yeux moins bridés, queue de cheval répandue chez les hommes. Ils ont aussi un style plus marqué entre costumes traditionnels et look de cow-boy. En effet, déjà ici, les origines de la population proviennent des minorités tibétaines. 

Kangding
Kangding
Kangding

Le soir venu, 19h00, la place centrale sert de piste de danse immense ! Nous avons déjà vu ça un peu partout dans le pays puisque les gens dansent le soir dans les parcs. Mais ici c'est différent, ils sont des centaines et dansent de façon circulaire autour du centre de la place. Spectacle magnifique avant d'aller manger.

Kangding nous a séduits en une petite poignée d'heures. 👍

Le lendemain, 8h30, départ pour Tagong. 2h30 de route en mini van. On trouve un van, avec Sofia, israélienne rencontrée au dortoir la veille, déjà installée. Pas possible de négocier puisqu'elle a déjà payé. Un peu plus cher que prévu mais tant pis. 

Sur la route quelques arrêts dont un près du mont Zheduo qui culmine à 4 900m. Nous sommes à 4 300m et le souffle est court. Mais pas de mal de tête à signaler, c'est bon signe.

En moins d'une heure, le van s'est pris 1 600m de dénivelé. Le moteur est chaud !

Mont Zheduo
Mont Zheduo
Au mont Zheduo
Mont Zheduo

Nous nous enfonçons dans les prairies de haute altitude.

Petit arrêt pour admirer une 20aine de vautours en plein repas. Du yak, il paraît que c'est bon. Nous testerons plus tard.

Vautours
Trop bon du Yak !
Vautours

Tagong est atteinte vers 13h. Petite inquiétude, la bourgade tranquille que nous pensions trouver est pleine de monde devant le monastère en entrée de la ville. Tout sera plus tranquille par la suite une fois la semaine d'or terminée. 

Tibet or not Tibet ?

Tagong fait actuellement partie de la province du Sichuan.

Cependant, historiquement, nous sommes ici dans le Kham, une province traditionnelle du Tibet. Le Kham est aujourd'hui divisé en 3 parties : une part dans la région autonome du Tibet, une dans le Sichuan donc mais également une partie dans le Yunnan au sud du Sichuan. 

De nos jours, il faut un permis complémentaire au Visa Chinois pour aller au Tibet. Pas possible d'y aller par ses propres moyens, le permis n'est délivré que si vous voyagez en groupe, via une agence professionnelle. Aller à Tagong permet de toucher à la culture tibétaine sans les contraintes administratives du gouvernement chinois.

Ici, les habitants se sentent avant tout tibétains et non chinois. La langue parlée est le tibétain. Pas de "Ni Hao" ici, on se salue par un  "Tashi Dele" qui est le bonjour tibétain. 

Tagong
Tagong
Tagong
Arrière du Monastère de Tagong

Après l'installation à l'Himalayak guesthouse, nous partons à la recherche d'un coin calme pour pique-niquer. Après 30 minutes de marche, une rivière franchie et une colline escaladée, nous nous posons face au mont Zhara Lhatse, culminant à 5 820m, majestueux.

Premier Pique-nique à Tagong
Premier Pique-nique à Tagong
Pique-nique face au mont Zhara Lhatse

La suite du séjour est ponctuée de randonnées autour du village. Toujours le même programme, départ à l'aube, pique-nique perché en hauteur, redescente, orages et dodo. 

Précision sur les pique-niques peu réjouissants. Du porc en conserve, du moins un pâté au goût de viande, dans des petits pains ... sucrés. Pas de pain classique ou de pain de mie. On fait avec les moyens du bord.

Canned pork ?! Oui ça se mange vraiment ...

Encore une fois, la belle vie, même s'il ne fait pas chaud (pas plus de 15°C en journée). Au moins il ne neige pas - les premières neiges sont attendues en fin de semaine - et nous avons des matelas chauffants à disposition ! 

Première randonnée, direction le village monastique de Jiagulong. 2h30 de marche à travers les plaines et les yaks pour atteindre le monastère jouxtant le village. 

En route vers Jiagulong
Baignade pour les yaks
En route vers Jiagulong
Nomade proche de Jiagulong
Un yak prend la pose tout près de nous
Monastère de Jiagulong
Jiagulong
Village de Jiagulong
Village de Jiagulong
Monastère de Jiagulong

Le village abrite la nonnerie de Gyargo Ani Gompa. C'est un monastère dans lequel les lamas ne sont que des femmes. En haut du village, nous gravissons la colline aux drapeaux pour atteindre 4 000m d'altitude. Les chants religieux diffusés par haut parleur dans le village résonnent dans toute la vallée et remontent jusqu'à nos oreilles. Magnifique.

Nous resterons au sommet de longues minutes pour observer les environs et les vautours tournoyant au dessus de nos têtes. 

Jiagulong
Tanguy dans les champ de drapeaux à prières de Jiagulong
Jiagulong
Anaïs dans les champ de drapeaux à prières de Jiagulong

Cette randonnée se fait normalement en aller-retour et non par une boucle. Mais sur le moment, nous n'avons pas envie de revenir par le même chemin. Seule alternative, 13km de marche le long de la route. Pas réjouissant.

Nous décidons alors de nous enfoncer un peu plus au Nord dans de nouvelles plaines, tout en restant à distance respectable de la route. Après quelques kms, nous nous décidons finalement à la rejoindre. Nous sommes maintenant à 16km de Tagong. On n'a pas tellement envie de marcher 3 à 4h le long de cette voie passante. On se met alors en mode Stop. Une bonne demi heure et une trentaine de voitures plus tard, nos sauveurs sont 3 jeunes de Chengdu en vacances ici. Thanks guys ! 

Finalement 18km avalés, 4 heures de marche effective. Dénivelé difficile à appréhender tant c'est vallonné.

Ce soir burger de Yak et frites au Ma La. Le Ma La est un mélange d'épices locales dont le fameux poivre du Sichuan. Si tu en prends beaucoup, tes lèvres et ta langue sont endoloris. La région est connue pour sa cuisine épicée et excellente. 

Lundi rebelote, direction le monastère de Rale Samdam. Seulement 1h30 de marche à prévoir à priori. Le monastère est atteint en 1 heure. 

Monastère Rale Samdam
Xianglongcun
Une petite fille nous salue au loin

Trop tôt pour rentrer, nous avons à peine eu le temps de profiter. Au dessus du monastère, une nouvelle colline aux drapeaux nous appelle. C'est plus haut qu'hier mais nous avons le temps. Selon notre carte topographique, nous passons donc de 3 750m à 4 050m en 3/4 d'heure. Raide, surtout quand l'oxygène manque. Dès que la pente se lève, nous adaptons notre rythme pour ne pas s'asphyxier. L'arrivée en haut est magnifique encore une fois. 

Contente d'être arrivée ?
Tanguy en haut de Xianglongcun
Vue d'en haut

Ciel menaçant et début d'averse de grêle nous font entamer la redescente rapidement. On se posera pour manger un peu plus bas, une fois le temps calmé. Le ciel bleu revient même en début d'après midi. Nous continuons alors à nous enfoncer dans cette vallée longeant les habitations traditionnelles et saluant les cow-boys tibétains à moto.

Cow-boy tibétain !

Nouvelle journée à 18km, nous rentrons claqués. Bonne nouvelle le prix de la chambre a baissé avec le départ des derniers touristes chinois. 

Mardi, programme identique. Rando plus courte mais plus éprouvante avec plusieurs cols de grimpés jusqu'à 4 100m. Nous marcherons toute la journée avec une météo capricieuse. Pas de lieu précis à atteindre, nous allons vers l'ouest au hasard de nos envies. Ça donne encore de beaux paysages à admirer et de nouveaux yaks croisés !

Descente périlleuse
Encore un beau spot pique-nique
Paysage
Paysage
Paysage
Institut d'étude bouddhiste

Cette rando a été la plus difficile physiquement mais nous gérons de mieux en mieux les effets de l'altitude. Petite récompense le soir : nouveau burger de Yak pour Anaïs et momos tibétains (comme les dumplings chinois, sortes de gros raviolis fourrés) pour Tanguy.

Burger de Yak, une merveille !

Nous sommes les seuls clients ce soir et en profitons pour échanger plus longuement avec Tashi le gérant. Il avait quelques notions de français et nous comprenons maintenant pourquoi. Sa femme est suisse et vit là-bas avec sa fille. Lui les rejoint l'hiver et revient à Tagong l'été pour la guesthouse. Il va bientôt arrêter et s'installer définitivement en Suisse. Il nous parle d'un ami tibétain réfugié en France à Strasbourg, qui n'a plus le droit de revenir en Chine. 

Grosse satisfaction pour nous d'être venus quelques jours à Tagong. Nous avons adoré déambuler dans les plaines de haute altitude, admirer ces paysages, ces monastères et cette nature. L'ambiance de la ville est réjouissante et les locaux accueillants. 

Dernier point positif : aucun soucis concernant le mal des montagnes, ce qui nous rassure en vue des échéances sud-américaines. Cela confirme nos tests d'hypoxie réalisés avant le départ, qui s'étaient bien passés.

Mais nous n'en sommes pas encore là ! Demain retour à Chengdu puis direction Leshan : nous avons un Visa à prolonger. 

0 commentaire