Leshan, Ya'an, Chengdu : Visa, Bouddha et Pandas

Publiée le 17/10/2019
Du 9/10 au 17/10. Après avoir touché du doigt le Tibet depuis l'Ouest du Sichuan, nous repartons pour une semaine de vadrouille dans le centre de la province, entre ses grandes villes, ses bambouseraies et son climat humide.

Leshan

Le retour à des altitudes plus communes se fait lentement mais sûrement. Depuis Tagong, il nous aura fallu 6 longues heures de bus, dont une bonne partie à serpenter dans les épingles que dessine la route de haute montagne. 6 longues heures donc, et une bonne 50aine de crachats de notre voisin plus tard (cf. manières des chinois), nous arrivons à Chengdu, capitale de la province. 5eme ville de Chine avec ses 9 millions d'habitants. Bonne surprise, l'auberge de jeunesse dans laquelle nous avions réservé 2 lits en dortoir pour à peine plus de 5€ (à 2!!), nous laisse une chambre privée au même prix. Peu de voyageurs depuis la fin de la semaine d'or. Ça fait plaisir. 
Une bonne nuit de réparation plus tard, on décolle pour Leshan à bord d'un nouveau bus.

Comme d’habitude, on se prépare à mettre nos gros sacs de voyage dans leur sursac (plane cover), afin de ne pas trop les salir et les protéger une fois dans la soute du bus. Premier étonnement : les portes des soutes sont fermées (d'habitude elles sont grandes ouvertes pour permettre aux voyageurs de mettre leurs valises avant de rentrer dans le bus). Deuxième chose louche : ça sent fort l'urine ...

Anaïs ose tout de même ouvrir les soutes sans attendre le chauffeur. Surprise ! Une trentaine de porcelets vont faire le voyage avec nous dans la soute du bus. Pour nous, pas question de laisser les sacs avec ces petites bêtes. 

2h plus tard, enivrés par l'odeur qui se dégage des soutes vers l'habitacle, nous sommes à Leshan. Les 2 raisons de notre venue ici sont la présence du plus grand bouddha du monde, et du PSB (public security bureau) le plus efficace du pays.

Le PSB est l'administration qui va nous permettre de renouveler notre VISA. Des voyageurs rencontrés en Mongolie nous ont vanté leur rapidité. Partout en Chine, cela prend près d'une semaine, surtout dans les grandes villes type Pékin ou Chengdu. Ici 2 jours suffiront à priori. Dans le doute, et parce qu'on a aussi envie de se poser, nous prévoyons de rester à Leshan jusqu'à Dimanche. 

Après avoir pris nos quartiers dans l'auberge de jeunesse - au top soit dit en passant -, direction donc le PSB. Ici, pour renouveler ton VISA, tu dois avoir ton passeport, un papier de l'hôtel attestant de ta présence chez eux, mais tu dois surtout remplir un formulaire en décrivant jour par jour dans quelle ville tu seras, pour y faire quoi, et dans quel hôtel tu séjourneras. Au passage, cela reste déclaratif, pas obligatoire de se tenir à ce programme !

Nous étions préparés mais c'était long. En 1 heure, la demande est déposée. Le VISA sera dispo dès le lendemain 11h00. Parfait. Encore plus facile que prévu =)

Prolongation du visa chinois obtenue

 Lors de l'entrée au PSB, il y a 6 guichets avec une employée à chacun d'eux. Ce qui est assez drôle c'est que nous avons récupéré les papiers au guichet 6, une fois remplis il faut les donner à la dame du guichet 2, puis retourner au 6, etc. Pire qu'à la Poste quoi. Le partage des tâches poussé à l'extrême. En 1 heure, nous avons vu passer 2 autres personnes. Autant vous dire que le rythme de travail est assez posé.

Ce soir direction le Walmart (what !? Walmart en Chine ?). Pour ceux qui l'ignorent Walmart c'est le Carrefour des USA, donc bizarre d'en trouver ici. On y trouve tout ce qu'il faut pour nos petit déjeuners jusqu'à dimanche #BriochesAuNutella #Baguette

On y retourna le lendemain. La découverte de la baguette (presque comme chez nous) est un bonheur. Nous nous ferons des sandwichs pour le midi. Parfait. 

Après nos courses, nous trouvons un restaurant. Enfin nous "trouvons" n'est pas le bon mot, nous entrons en réalité dans le seul resto encore ouvert après 20h. On mange très tôt ici. Spécialité de Leshan : le canard à la peau caramélisée (différent du canard laqué tout de même) avec du riz.

Le GPalémo est efficace sur ce coup. Il attire la curiosité des gens présents, tout le resto se retrouve autour de notre table à regarder les images du livret pour nous aider à commander !

Du canard, du canard et encore du canard !

Vendredi, réveil matinal pour aller voir le Bouddha géant de Leshan, avant la foule de touristes.

71m de haut, creusé dans la roche du mont Lingyun face à la confluence de 3 rivières, ce bouddha a été construit à l'initiative du moine Haitong entre 713 et 803.

Le but était de calmer les eaux pour protéger les marins qui descendaient le fleuve. Au final, les eaux ont effectivement été calmées mais plutôt grâce aux roches extraites pour le façonnage de la statut. En finissant dans le lit de la rivière, elles ont modifié les courants. Peut être est-ce tout de même grâce à Bouddha ...

Au delà de l'histoire, cette statue est impressionnante. Nous arrivons depuis un parc à hauteur de la tête. Les oreilles font 7m de haut !

Bouddha de Leshan
Bouddha de Leshan

Puis descendons, lentement, le long du corps, en suivant le torse, les bras puis les jambes.

Visite sensuelle.

Bouddha de Leshan
Bouddha de Leshan

Puis finissons notre descente aux pieds du colosse. Pieds qui ont subit un rafraîchissement en début d'année, la couleur de la roche peut en attester.

Pieds du Bouddha de Leshan
Bouddha de Leshan
Bouddha de Leshan

Après cette visite, le parc se prolonge vers un village de pêcheurs. 

Nous retournons alors vers le centre ville pour traverser la rivière avec les ferrys locaux au prix de 2 yuans par personnes. Pour se retrouver sur l'autre rive, face au Bouddha. Une centaine de mètres nous sépare de lui, mais il est toujours aussi impressionnant. De notre petite plage, nous observons le manège des bateaux à touristes, allant et venant au pied du géant. 70 yuans pour 5 minutes au pied du colosse, non merci. On est tellement mieux ici, avec nos sandwichs ! 

Bouddha vu depuis l'autre rive

Le soir, street food. Au menu: Anaïs, aventureuse, s'achète une patte de poulet (avec griffes/ongles !!?) caramélisée. Peau et cartilage, elle adore. Les chinois aussi en sont fous. Tanguy goûte, mais pas fan, se tourne plutôt vers une brochette de poulet au poivre du Sichuan et aux épices. Ça pique mais c'est gratuit👍! La vendeuse, sous le charme de Tanguy, lui offre la brochette devant d'autres clients médusés. On se termine avec le cerveau de tofu, le DouFuNao, une sorte de soupe gluante d'amidon et de fleur de tofu avec de la viande, des épices, des cacahuètes, etc.

Patte de poulet caramélisée pour Anaïs

Avant de rejoindre Ya'an Dimanche, nous passons un week-end à traîner : nouveau pique-nique face au bouddha, réalisation des demandes de visas électroniques pour le Vietnam, grasses matinées, etc. Nous pensions tenter l'ascension du mont Emei, montagne sacrée ici, mais 2 jours entiers sont nécessaires et nous n'avions pas tellement anticipé, tant pis.

Ya'an

Ya'an n'a pas de grand intérêt touristique. Ville de 1,5 millions d'habitants, son principal et seul attrait est la base de Pandas de Bifengxia.

Ya'an, Rain city

L'arrivée à Ya'an est l'occasion de tester pour la première fois nos RainCover, les sursacs imperméables. Adoptés.

En effet, Ya'an reçoit 1 700mm de pluie par an. En comparaison, Rennes c'est 700mm/an. Résultat, pluie toute la nuit et crachin lors de la visite des pandas. On s'en sort bien.

Arrivée à Ya'an sous un déluge

Réveil matinal encore une fois, toujours pour éviter les foules, mais aussi parce que les pandas sont réputés être plus actifs le matin. Anaïs sera la première visiteuse du jour pour nos amis noirs et blancs. En effet, elle fait en sorte d'accéder au parc avant l'heure officielle en faisant les yeux doux aux employés du parc =)

Petit dej'
Sieste ou Petit dej' ? Question primordiale
Non il ne rugit pas, il bâille ...

Située dans une belle vallée pleine de bambous et de chutes d'eau, la base de pandas est en pleine nature. Ça tombe bien, ils ont des programmes de réintroduction de pandas en milieu naturel. Nous profitons à fond de cette première heure seuls auprès des pandas. Ils sont une vingtaine ici, avec des enclos plutôt grands. C'est bien différent des zoos de chez nous. 

Coucou toi !
En équilibre

Nous passerons la matinée à arpenter le parc, et passerons de longs moments à les observer : en train de manger surtout, de dormir aussi, et quelques moments de jeux ou de montées aux arbres. Matinée bien sympathique. Bonne surprise aussi de la part des touristes chinois. Respectueux des animaux. Nous avions entendu des histoires pas réjouissantes mais ici tout était nickel. 

Lui a choisi la sieste
Et lui, la sieste en équilibre

Après cette visite de la faune locale, nous reprenons le train pour Chengdu. Au passage, Anaïs a attrapé la crève sous la climatisation de Leshan puis sous la pluie de Ya'an. Crève refilée à Tanguy en arrivant à Chengdu ! 

Chengdu

Chengdu est une très grande ville, mais là encore, les sites à voir ne sont pas légion (quelques temples mais nous en verrons encore suffisamment par la suite). Surtout que la motivation n'est pas au top.

Entre deux éternuements, nous prenons tout de même sur nous pour aller au People's Park. Un parc somme toute assez classique, hormis quelques "attractions" locales. Les laveurs d'oreilles, avec leurs tiges métalliques impressionnantes : nous n'avons pas été téméraires pour le coup.

Mmmmhh, ça donne envie

Il y a également la zone "Meetic" du parc, où des parents déposent une fiche descriptive de leur enfant afin qu'il trouve l'amour. Il y a des centaines de fiches récapitulant taille, âge, poids, photos parfois. Et lisant ces fiches, les parents cherchent le gendre idéal ou la belle fille parfaite ! On ne sait pas si cela fonctionne réellement.

Mieux que Meetic
Mieux que Meetic
People's Park

À Chengdu, il y a peu de choses à voir, mais plein de bonnes choses à manger. C'est parti pour le festival : nouilles dandan, canard sucré, bœuf épicé, fondue sichuanaise. 

Qui veut de la tête de lapin ?
Ou un groin de porc ?
Hot Pot: fondue sichuanaise

Entre deux de ces copieux repas, nous rendons à nouveau visite à nos amis les pandas. Direction le centre de recherche sur les pandas géants de Chengdu, le plus grand centre du pays, et donc du monde. 

Il y a près de 200 pandas ici. Une autre dimension que le parc de Bifengxia. On s'en rend compte dès l'entrée, où il y a beaucoup plus de monde que dans l'autre base. 

L'avantage ici, est que l'on peut voir des animaux de tous les âges, de moins d'une semaine à plusieurs années. On a pu assister à de nombreuses scènes de jeux entre pandas âgés de quelques mois. Chose que l'on n'avait pas trop vu à Bifengxia.

Bébé panda de moins d'une semaine, il n'a même pas de poils et est aveugle !
Bébé panda de quelques semaines. So cute !

Nous resterons 3 à 4 heures ici. Sur la fin, cela commençait à faire zoo vu la foule qui errait autour des enclos. Heureusement les enclos sont assez grands et bien fournis en végétation, ce qui permet aux animaux de pouvoir se cacher. 

Au menu: bambou comme 99% de son alimentation
Petit dej'
Sieste de digestion

Par contre, le bruit, ils sont obligés de le subir. Et là, autant dire que malgré les panneaux demandant un certain silence, les chinois sont au top. Leur jeu favori : essayer de réveiller les pandas endormis en criant, en tapant des mains. Le pire, c'est que ceux qui font ça ne sont pas des enfants, mais des adultes et souvent plutôt âgés.

Le point positif, c'est que quand tu les engueules, ils deviennent tout mignons. Tanguy s'est donc fait un plaisir de sermonner quelques trublions, et ce, dans la langue de Molière (et le langage des signes). Ça défoule.

Nous et les pandas

Cette semaine autour de Chengdu n'a pas été reposante, essentiellement à cause de la petite crève attrapée en cour de route. Mais nous avons apprécié ce séjour urbain à la découverte de la gastronomie, de la faune et de la culture locale.

Hier, l'obtention du VISA Vietnamien nous a reboosté 👍. Nous partons ce soir en train de nuit vers Zhangjiajie, dans le Hunan, plus à l'Est, pour 3 jours de rando dans les montagnes qui ont inspirées les décors du film Avatar. Grosse motivation.

0 commentaire