Les rizières millénaires de Yuanyang

Publiée le 04/11/2019
Du 30/10 au 02/11. Last but not least. Dernière étape chinoise de notre voyage, les rizières de Yuanyang nous ont émerveillés. 2 jours parfaits chez les Hani, ces travailleurs acharnés, sculpteurs de montagnes.

Attention, certaines photos de cet article pourraient heurter la sensibilité des âmes voyageuses et les pousser à poser leur démission et venir nous rejoindre

Les rizières de Yuanyang, ça se mérite. 7h de bus depuis Kunming pour rallier la petite ville de Xinjie dans le comté de Yuanyang. De là, une nouvelle heure de van pour atteindre le village Hani de Pugao Laozhai, 700 âmes. 

Ceci expliquant cela, le tourisme est assez peu développé ici. Les infrastructures ne sont pas en capacité d'accueillir les hordes de touristes chinois : pas d'hôtel mais des guesthouses, petites routes de montagnes, etc. Nous ne nous en plaindrons pas. 

Dans le van entre Xinjie et Pugao, nous sommes 8. Tous français ! Un jeune couple comme nous, et une famille avec 2 ados. Quel courage, partir avec 2 adolescents au collège faire un tour du monde. En plus, le plus vieux passera son brevet lors d'une de leurs étapes. On sympathise et on se rend compte que nous avons tous un programme assez similaire pour les jours à venir. En effet, la plupart des voyageurs indépendants en direction du Vietnam s'arrêtent quelques jours ici.

Finalement, arrivés au village, nous logerons tous dans des endroits différents. Nous ne nous re croiserons pas sur les immenses rizières. Peut être au Vietnam ...

La journée a été longue. La nuit précédente en train a, elle, été courte. Un bon repas de pâtes déshydratées et nous sombrons dans les bras de Morphée. 

Réveil difficile, 6h15, en ce dernier jour d'Octobre. Comme toujours, pour de bonnes raisons. Le premier spectacle qui nous attend est le lever du jour sur les rizières de Duoyishu, entourant notre village. Nous sommes seuls pour ce lever de soleil, sur la place du village, moment magique pour fêter nos 2 mois de voyage. 

Les photos se passent de commentaires.

Lever de soleil sur les rizières
Lever de soleil sur les rizières
Lever de soleil sur les rizières
Lever de soleil sur les rizières
Lever de soleil sur les rizières

Après une heure à observer les évolutions du paysage avec la lumière naissante, nous rentrons à notre chambre nous préparer pour une nouvelle journée de marche. Renseignements pris sur la randonnée auprès de notre hôte, nous embarquons dans le mini van en direction de Qingkou, un autre petit village de la région.

Se déplacer chez les Hani

La région des rizières est constituée de nombreux petits villages, perchés au dessus des rizières, à la lisière des forêts qui coiffent les sommets.
Une seule route relie tous ces villages.
Pour se déplacer, les habitants ne peuvent utiliser de transports en commun, il n'y en a pas. Il suffit alors de se poser au bord de la route et d'attendre les mini vans qui circulent entre les villages. Chaque trajet présente un prix déterminé. 
Nous utilisons aussi ces vans, ce qui permet de nous déplacer pour pas cher. Mais surtout, tu te retrouves dans le van avec les locaux : une femme Hani qui va au marché, des enfants, etc. 

À peine arrivés, l'appareil photo est déjà dégainé, et l'improvisation commence. Le chemin de la randonnée ne nous inspire pas, nous nous enfonçons plutôt droit devant, au cœur des rizières du secteur de Bada.

Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang

Après une bonne heure à vaguer au hasard dans les rizières, on se rend compte qu'on est allé dans l'exact opposé que ce qui était prévu. Tant pis, nous rebroussons chemin. Ces errements nous auront permis de découvrir de plus près le travail dans les rizières.

Le mois de Novembre arrive juste après les récoltes, qui se font habituellement en Septembre/Octobre. Etant toute fin Octobre, nous sommes chanceux puisque les parcelles sont toutes différentes. Certaines sont déjà récoltées mais pas encore labourées, donc encore en eau, d'autres sont encore vertes, et enfin une partie des terrasses est en jachère, la terre a été labourée et l'eau ne reviendra qu'en Décembre inonder la terrasse.

Nous qui pensions ne voir que des rizières marrons en jachère, sommes plus qu'heureux d'assister à ce spectacle ! 

Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang

Nous profitons de cette immersion dans les rizières pour y découvrir le dur travail des Hani.

On y découvre des femmes portant une sorte de cabas en bois sur le dos : la bandoulière pour retenir le sac passe sur le front pour donner plus de force, merci pour le dos. Elles remontent les rizières avec le dos rempli de tiges de riz séchées. 

On a vu pas mal de femmes Hani, portant dans les villages inaccessibles en voiture, des briques dans leur cabas, pour la construction des maisons. Autant dire qu'il n'y avait pas que 4 ou 5 briques dans le cabas ! 

Un travail impressionnant à cette période de l'année est également celui des hommes dans les rizières. La période après récolte doit permettre de préparer la prochaine saison. Aussi, l'ensemble des terrasses sont labourées. Les hommes dirigent les buffles, qui tractent un araire afin de retourner la terre. L'homme comme le buffle doivent être harassés chaque soir à force de travailler avec la boue jusqu'aux genoux !

Certains hommes remettent en ordre les digues avec la boue accumulée dans les rizières. Les nouvelles digues sécheront d'ici au repiquage des jeunes plants.

Quelle force de travail ! Et nous qui nous plaignions après une mauvaise journée au boulot. Enfin, c'est quelque chose qu'on ne peut plus faire :) ✈️

Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang

Nous continuons notre marche au niveau des rizières jusqu’à arriver au village de Quanfuzhuangcun. Nous mangerons ici, avec une vue dégagée. Au menu, boulettes de pâte de riz achetées à une mamie dans le village.

Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Pique-nique dans les rizières
La faune locale
La faune locale
Village Hani

L'après midi, le chemin s'élève au dessus des rizières, dégageant de beaux points de vue sur les rizières. Malheureusement, le soleil est face à nous. Mais nous avons déjà prévu de revenir par ici demain pour immortaliser tout ça.

Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang

La fin de la randonnée nous traîne de villages en villages, jusqu'à attraper un nouveau mini van pour rentrer à Pugao.

Village Hani

Pour la seconde journée ici, nous avons prévu de moins marcher, pour une fois. Lors de notre arrivée dans la zone des rizières, nous nous sommes acquittés d'un droit d'entrée. Il donne notamment accès à des plateformes avec des points de vue sur les grandes zones de rizières. 

Pour commencer, le point de vue sur la zone de Bada, là où nous avions le soleil en pleine face hier. 

Juste incroyable.

Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang

On enchaîne les trajets en van avec les locaux pour naviguer de points de vue en points de vue.

Il fait super beau, comme hier. On profite vraiment au maximum.

Rizières de Yuanyang

L'autre point de vue important est celui de Duoyishu, d'où l'on peut observer le village dans lequel nous logeons, et ses rizières en eau.

Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang

Nous finissons la journée en retournant arpenter les rizières en bas du village. Nous faisons une pause en même temps qu'un riziculteur en train de labourer sa parcelle. Il nous avouera avoir mal au dos. Tu m'étonnes ! Bien sûr, il ne parle pas anglais mais nous nous comprenons grâce à la langue des signes.

On a été assez surpris car depuis hier, il s'avère que les Hani sont peu souriants, et peu conviviaux envers les étrangers. Peut être est-ce la dureté de leur vie - ici la récolte de riz est 6 fois moins rentable que dans les plaines, car il n'y a  qu'une récolte à l'année. En réalité, nous avons eu plus de sourires avec les personnes travaillant dans les rizières que dans les villages ou au marché local.

Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang
Rizières de Yuanyang

C'était la dernière étape en Chine, et quelle claque reçue ! Très gros coup de cœur pour cette région. Nous reviendrons un jour, pour voir les rizières toutes vertes.

En attendant, nous faisons à nouveau nos sacs. Nous n'oublions pas le petit paquet de riz rouge local acheté sur place (que l'on fera cuire à la bouilloire à l’occaz).

Nous espérons traverser le Fleuve Rouge demain et arriver au Vietnam.

Dernières infos et anecdotes chinoises

On profite de ce dernier article sur la Chine pour vous relater (et parce que relire ce blog nous rappellera tout ça!) quelques autres particularités rencontrées ici, dont nous n'avons pas trop parlé :

  • Ici tout se paye par le portable, via l'application WeChat (qui sert aussi de Whatsapp d'ailleurs). Tous les chinois utilisent cette application pour payer, du plus jeune 7-8 ans au plus vieux de 90 ans. Des QR Code partout, même pour acheter une brochette dans la rue ! Du coup, la CB n'est acceptée nulle part, ou presque. De notre côté nous payons tout en cash. 
  • L'eau du robinet n'est pas potable. Comme quasiment partout où nous allons aller. Mais on nous conseille même de ne pas la boire bouillie ou après filtration. Car en plus des bactéries, elle est très polluée par les industries chimiques et textiles. Mais pas de panique, l'eau en bouteille est partout, et pas trop chère. Par contre, avec 1,3 milliards de chinois qui ne boivent pas l'eau du robinet, ça fait vite quelques bouteilles plastiques...et la plupart se retrouvent dans la nature.
  • La censure internet est réelle et active. Nous passons par un VPN pour pouvoir utiliser Gmail, Whatsapp ou les réseaux sociaux. Le VPN est d'ailleurs lui même "chassé" par les informaticiens du gouvernement et l'application doit sans arrêt nous demander de changer de serveur.
  • On a croisé pas mal de toilettes dignes de palaces. Pire qu'en Mongolie. Pas de séparations entre les WC, juste un muret d'un demi mètre. Assez spécial de pisser à côté d'un type qui fait la grosse commission. Ce type de toilettes était surtout présent sur les aires d'autoroutes.
  • Et dernier point, qui nous change de la France, et qui nous gêne pas mal en tant que non fumeurs. Ça fume partout, en intérieur, surtout dans les transports : bus, trains. Si possible sans ouvrir la fenêtre bien sûr, histoire de bien faire profiter tout le monde ! Pour notre génération qui n'a pas connu la cigarette autorisée dans les lieux publics en France, ça choque !

Voilà, entre autres, quelques petits plaisirs de la vie en Chine.

1 commentaire

parentsfevrier

C'est vrai que cette région des rizières est magnifique. Que de belles photos!

  • il y a 12 mois
1 Voyage | 46 Étapes
Xinjiezhen, Xian de Yuanyang, Xian de Honghe, Yunnan, Chine
61e jour (31/10/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 01/09/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux