Le Laos en Stop Ep.2 : En route pour la capitale !

Publiée le 31/12/2019
"La flemme de faire 8h de bus demain! - Bah on le fait pas. - T'es fort toi, et comment on va à Thakhek sans bus ? - En stop ! J'te parie qu'on va même jusqu'à Vientiane - Allez !" Voilà l'origine de notre nouveau défi. Du 23/12 au 24/12. 2nd épisode, 350km pour rejoindre la capitale.

Forts de notre expérience réussie en stop de Paksé à Thakhek, nous reprenons la route direction Vientiane ວຽງຈັນ. 350 nouveaux kilomètres nous attendent ce Lundi.

7h30. Comme à Paksé, la première étape est de rejoindre la route principale, à la sortie de Thakhek. 4km de marche, heureusement il fait encore frais.

7h55. Déjà la moitié de fait, ça commence tout de même à faire long avec nos gros sacs.

Un tuk-tuk s'arrête à notre hauteur avec 3 touristes. Il nous propose de nous emmener sur la grande route gratuitement. Génial ! La journée commence plutôt bien.

Quelques minutes plus tard, nous sommes déposés et saluons notre chauffeur et nos compagnons de tuk-tuk qui, en retour, nous encouragent pour notre défi.

8h05. On est déjà à fond dans le stop, gesticulant au bord de la route ... Ah en fait non. On fait une séance photo avant de commencer. On a été tellement rapides la dernière fois qu'on a à peine eu le temps de dégainer l'appareil !

Merci Anaïs pour la photo loupée ;)

8h15. Les photos sont validées. On aura bien fait rire certains locaux à mettre le retardateur et courir pour être sur la photo avant les 10 secondes du déclenchement.

Bref, on repart en marchant sur un bon kilomètre afin de trouver un spot adapté. On ne sort pas le panneau Vientiane de suite car la destination nous semble trop lointaine. On affiche alors Paksanne, ville à mi parcours.

5 minutes plus tard, un pickup bus s'arrête et nous propose de monter. Bien qu'ayant répété 3 fois "No Money", il nous demande de l'argent au moment de démarrer. Tant pis on redescend.

On est un peu vexés car le chauffeur avait très bien compris et nous avons du coup laissé passer pas mal de voitures !

Pick-up Bus

8h30. Un nouveau pick-up s'arrête. Ils sont 10 + 2 chèvres ! Le pick-up est aménagé mais pas à la façon d'un transport collectif, ce qui, bizarrement, nous inspire plus confiance.

Échaudés par la mésaventure précédente, on dit bien clairement que nous n'avons pas d'argent pour voyager. En moins de 2 minutes nous voilà en route. Assis plus ou moins confortablement avec les 2 chèvres sous les jambes.

Biquette N°1 et N°2 entre les jambes de Tanguy
Biquette N°1

8h45. On sort de la route pour emprunter un chemin de terre rouge. Euh, on va où !?!

Sur le moment, on est un perdu. On vient de faire 2 km et on atterrit dans un village de campagne.

Très vite, on nous rassure : "Paksanne ok". En fait ils déposent juste des achats dans une maison. En attendant, ils veulent tous leur photo avec nous 📸

Premier arrêt
Une partie de la bande

En regardant nos sacs, le chauffeur voit notre 2nd carton où il est écrit "Vientiane". Il prend le carton et nous regarde en souriant. Puis : "Vientiane with me ok !". Et il balance le carton !

Ils commencent à nous expliquer qu'ils vont chez eux vers Vientiane et qu'ils nous conduisent jusque là bas. Parfait !

Eux, ce sont Nee, le chef de la famille, Lei, le frère de la femme de Nee ainsi que toute leur famille. On n'a pas pu retenir les autres prénoms, beaucoup plus compliqués !

10h30. Ça fait presque 2 heures que l'on roule. Après les rires des 30 premières minutes, l'inconfort commence à se faire ressentir. À chaque trou dans la route, on saute de 10 cm pour retomber sur la planche de bois qui nous sert de siège.

La pause tombe à pic pour reposer nos derrières !

Pour eux, 10h30 c'est la pause déjeuner. Laab (hachis très pimenté et riz gluant) et beer lao pour tout le monde. Ils nous invitent. On pense qu'à ce moment ils ont compris que l'on n'avait pas d'argent du tout. Ils nous achètent, en plus du repas, des gâteaux et de l'eau !

Nous goûtons aux œufs roses, les œufs de 100 ans
Oeufs roses

On est assez gênés devant leur générosité. On leur explique que l'on a de l'argent mais qu'on essaye de ne pas l'utiliser pour les transports.

11h00. Toute la joyeuse bande et nous repartons vers le Nord. Les 2 biquettes sont toujours là et étonnement calmes. Au bout de quelques minutes de route, la femme du chauffeur, qui fait le voyage à l'arrière avec nous, nous invite à venir manger la bête avec eux !

On est un peu hésitant mais après tout, pourquoi pas !? Si on s'est lancés là dedans c'est aussi pour vivre ce genre d'expérience !

La conversation continue et ils nous invitent finalement à manger et à dormir chez eux ! Incroyable 😍

Le reste de la matinée se résume entre poussière, vent qui fouette le visage, et fesses maltraitées ! Pas mal de laos sur le bord de la route nous regardent amusés.

À bord

12h30. Nous voilà à Pakkading. Le temps d'un nouvel arrêt, spirituel cette fois. Un temple au bord de la route. On s'y arrête et nos nouveaux amis y font prières et offrandes.

Il y a des fruits, des cadeaux, de l'encens et ... Des cigarettes offertes aux statues de soldats gardant le temple. Les cigarettes sont laissées allumées dans leur bouche.

Arrêt offrandes

Lors de cette pause, Nee nous montre un "trésor" en sa possession. Une pièce de monnaie datant de la période de la présence française. Selon lui, cette pièce vaut beaucoup d'argent ! C'est son porte bonheur.

L'histoire nous a titillé, alors nous avons fait des recherches. Le piastre de commerce de titre 0.9OO, datant de 1906 vaut aujourd'hui pas loin de 100€ !

Piastre de commerce, Indochine française
Piastre de commerce, Indochine française

13h30. Comme si on n'était pas assez nombreux, on s'arrête à Paksanne pour récupérer le gamin d'une des passagères. Ça y est nous sommes 15, en comptant les chèvres bien sûr.

Il reste encore pas mal de route et on a hâte que ça s'arrête ! 

La bière coule déjà à flots à l'arrière du pick-up

15h00. On approche à grands pas de Vientiane, quand on bifurque vers la gauche sur une voie secondaire.

Au Laos, Voie secondaire = Route en terre rouge = Poussière.

Au bout de 15 minutes sur ce chemin, nous sommes rouges comme des tomates. La poussière s'incruste partout : sacs, voies respiratoires et vêtements. Partout.

On comprend alors qu'ils n'habitent pas vraiment à Vientiane mais à une bonne 30aine de kilomètres. On devra prendre un bus demain ! Mais avant de penser a demain, profitons 👍

15h30. Nous sommes dans un village isolé. Nous déposons la biquette N°1 et la moitié des passagers.

On nous explique que c'est ici que nous ferons la fête ce soir.

En attendant, nous allons chez Lei, le beau frère de Nee. C'est lui qui nous héberge. Il héberge aussi biquette N°2, en attendant son heure !

Il n'y a ni Wifi, ni électroménager, ni douche. Mais la maison est en "dur", et ils ont un accès direct sur le Mékong, avec vue sur la Thaïlande. Ils vivent très simplement et en famille. Tout cela est très éloigné de notre mode de vie.

Chez Lei
Notre chambre, la pièce de vie principale

À l'arrivée chez Lei, ils se plient en 4 pour nous accueillir. Tout le monde est super gentil. On fait connaissance avec la grand mère qui sera notre voisine de chambrée ce soir !

On pourra prendre une "douche" avec les moyens du bord, c'est-à-dire que tu te laves avec l'eau froide puisée dans le Mékong. Cette eau sert aussi de chasse d'eau ! En fait, pour les toilettes, la chasse d'eau n'est pas mécanique ... il faut lâcher un seau d'eau dans la cuvette pour la vider.

Nous avons également joué avec les enfants du quartier, qui sont tous arrivés très vite. Les "Falangsé" (= français en lao) attisent la curiosité.

Un enfant bonze (moine) vivant dans le temple juste en face a également été attiré par nos cris lors des différents jeux. Qu'importe de parler la même langue, les rires, les sourires, et les signes de mains suffisent à se comprendre. 

Après une bonne séance de plumfoot avec les plus jeunes, nous allons à la rencontre d'ados jouant au Sepak Takraw. L'occasion de s'initier à ce jeu populaire !

La nuit commence à tomber, il est 17h ... C'est l'heure de l'apéro ! Il y a quand même des principes universels 🍻

Nous sommes invités à ouvrir nos premières beer lao de la soirée avec Lei et son voisin, avec qui nous faisons connaissance. On a même droit à un plat concocté par la mamie ! Délicieux.

Après quelques verres, Nee est de retour devant la maison avec son pick-up et sa famille. Nous remontons en selle en direction du petit village plus au Nord.

Sur le chemin, on se demande un peu ce qui nous attend ...

En réalité, nous aurions pu le deviner facilement car comme au Vietnam et en Chine, le karaoké est très apprécié au Laos. On arrive donc en plein milieu d'une chanson et tout le monde chante déjà. Ils ont l'air d'avoir commencé depuis un moment, en témoignent les nombreuses bouteilles de bières déjà vides.

Ici on boit la bière dans un verre remplit de glaçons ! Pas très fan mais au moins la bière est fraîche.

Et ici ce sont les enfants qui partent chercher les bières par pack en scooter pour les adultes. Concept assez étrange.

Au fond du jardin, biquette N°1 est toujours en vie ... Plus pour longtemps.

Soirée Karaoké

De notre côté, on s'installe sur le tapis commun. Tout le monde veut trinquer avec nous ! À ce rythme, on ne va clairement pas réussir à les suivre.

Soirée Karaoké

La soirée avance donc entre karaoké et semblant de conversation (à base de Google trad essentiellement). Notre voisin, un peu plus âgé que les autres, apprécie beaucoup Anaïs. À peine une gorgée de bière avalée qu'il lui remplit à nouveau le verre. C'est un sacré personnage et on ne comprend rien à ce qu'il raconte. Mais il rigole à chaque fois qu'il nous parle.

Le meilleur ami d'Anaïs

Nous poussons aussi de notre chansonnette : Santiano, les démons de minuit, nuit de folie. Pas un gros succès pour nos hôtes qui reprennent le micro pour chanter de la pop locale.

Finalement, vient l'heure pour biquette de nous dire adieu. Les hommes l'emmènent plus loin, hors du village, pour la tuer, pendant que d'autres allument le feu. On assistera ensuite au dépeçage de la bête à la cuillère !

Biquette N°1 n'est plus
Biquette N°1 à point

Une fois la bête cuite, les femmes commencent à cuisiner les morceaux. On commence fort avec les parties génitales de l'animal !

Entre ça, la mise au feu et la mise à mort de l'animal, et on se dit qu'on va devenir végétarien !

Mmmhh, devinez quelle partie on est en train de manger !?

Puis un bol de menthe avec de la sauce rouge. Pas très bon ... Après avoir goûter, on apprend que c'est le sang ! Horrible

Sang de biquette aromatisé à la menthe. À ne jamais goûter !!!

C'est alors que les premiers "vrais" morceaux de viande sortent du feu que Nee nous indique que nous rentrons. À notre grande surprise, il est assez tôt. Nous avons bien suivi le rythme local et tenu le choc.

On salue tout le monde une dernière fois et allons nous coucher auprès de la mamie, restée à la maison.

Réveil difficile le lendemain autour de 5h00 du matin. Entre les coqs, les gongs du monastère voisin et la lumière du soleil, difficile de fermer les yeux plus longtemps.

Lei nous avait dit qu'un bus pour Vientiane passait à 6h30, un autre à 11h30. On décide de prendre le premier, pour ne pas abuser de la générosité de nos hôtes trop longtemps.

En partant, Anaïs aura droit a un grand câlin de la grand mère, et Lei nous offre un souvenir de Vientiane : un mètre à l'effigie des monuments de la ville. Pas grand chose mais le geste nous touche énormément. Merci à vous tous.

Nous, Nee et Lei

L'arrivée du bus sonne la fin d'une expérience inoubliable pour nous. La plus belle depuis le départ du 1er Septembre. Peut-être aurons nous la chance d'en vivre d'autres.

Lei nous propose de payer le bus pour nous en partant mais hors de question, ils ont tous déjà été très généreux ! Pour les remercier, on ne sait pas trop quoi faire. Donner de l'argent nous paraît inapproprié. Heureusement, nous pensons à l'appareil photo instantané Polaroïd que nous avons emporté. Une photo avec toute la famille de Lei et nous leur laissons le cliché en espérant qu'ils le gardent en souvenir.

Nous arrivons finalement à Vientiane et nous nous rendons compte que ce soir c'est le réveillon de Noël. On se dit qu'on a déjà vécu notre Noël hier 🎄 Même si ça ne nous empêchera pas de festoyer encore ce soir ... Mais après la sieste !

Nous nous préparons à rester un petit moment dans la capitale puisque c'est ici que nous ferons les démarches pour le visa thaïlandais (celui-là, il faut absolument l'avoir ... 🤞).

A nous d'en profiter pour découvrir en profondeur cette capitale réputée calme comme le peuple lao. Mais nous venons d'apprendre que les apparences peuvent être trompeuses 😎

0 commentaire

1 Voyage | 44 Étapes
Thapha, Laos
114e jour (23/12/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 01/09/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux