UBis : Second séjour dans la capitale

Publiée le 12/09/2019
Du 10/09 au 13/09. De retour pour 48h dans la capitale mongole, en attendant notre départ pour Gobi.

Nous profitons de quelques heures de tranquillité ce Jeudi 12/09, veille de départ de notre tour dans le désert de Gobi, pour réécrire quelques lignes sur la toujours aussi surprenante capitale mongole.

Ces 2 journées de stand-by nous aurons permis de découvrir plus en détails la ville par rapport à notre 1er passage furtif, et de radoucir l'image que nous nous faisions d'elle. Du coup, nous avions envie de vous partager quelques détails et anecdotes qui ont retenu notre attention.

Back to UB

Au départ de Kharkhorin, le trajet commence fort : escorte spéciale de la police locale !

L'UAZ, le fourgon militaire russe 4x4

Après avoir quitté Gaya à Kharkhorin, nous débarquons chez Gana dans la capitale.

On a tellement adoré les yourtes qu'on conserve le même type de logement. Celle-ci sera sur les toits de UB, avec une vue sympathique pour l'apéro (voir photo d'en tête). En plus, il y a le chauffage, la SdB et les toilettes privatives. Et un très bon petit déj (il y a du nutella!). Tout ça pour 13€ la nuit : Pas trouvé mieux dans la capitale.

Ici aussi, les rencontres sont au RdV : Un autre couple de Français finit aujourd'hui son tour du monde. Ils sont contents de rentrer. De notre côté, la fin nous parait tellement loin, on n'est pas pressé. Quelques bons tuyaux récupérés pour les prochaines destinations, merci beaucoup 👍

Yourte sur le toit

Bizarreries d'ici

Nous avions parlé des embouteillages monstres et en continu dans la journée lors de notre première étape ici. Et bien, ça n'a pas changé. A priori, c'est dû au fait que la plupart des jeunes mongols issus des familles nomades viennent tenter leur chance à UB, où la vie est plus douce. Du coup, dans les dernières décennies, la population a explosé dans la capitale, induisant cette fameuse circulation. 

Mais, pour réguler tout ce joyeux manège, nous avons croisé de magnifiques policiers "majorettes" affectés à la circulation ! Ils sont, sifflets à la bouche, constamment en train de diriger les voitures avec leur bâton rouge fluo. Rien de scandaleux, ça doit exister ailleurs. Là où ça nous fait marrer, c'est qu'ils font la circulation dans des carrefours déjà régulés par les feux tricolores. Du coup, les automobilistes ne suivent que les feux et non le policier.

Majorette

Autre étrangeté, saurez-vous devinez ce que sont ces gros post-it jaunes dans les buissons le long des trottoirs et parcs ?

Post-it

La réponse sur la photo suivante : ce sont des attrape-mouches. Il y en a partout. Ça doit être efficace puisque l'on n'a pas senti que la ville était envahie par les insectes.

Pas très classe tout de même.

Mouches collées !

Narantuul Black Market

Pour s'immerger un peu plus dans la vie locale, direction le marché de Narantuul, ou le marché noir. Le marché est concentré dans une zone industrielle, un peu éloignée du centre ville. La particularité de cet endroit est que l'on peut absolument tout, acheter. Du jouet d'enfant au meuble TV, en passant par les selles de cheval, tout y est.

On entre là dedans part la porte principale et on y découvre un dédale d'étals, tous collés les uns aux autres. Les quantités de vêtements, chaussures, affaires de toutes sortes sont impressionnantes. Une fois les premiers mètres franchis, nous perdons tous nos repères. Droite, gauche, avant, arrière, la sortie sera compliquée à retrouver.

Entrée du Black Market
Au cœur du quartier des chaussures
Anaïs, perdue ?

Le marché est organisé en quartiers : Vendeurs de chaussures et vêtements sont regroupés à l'entrée. A l'Est, on trouve les activités extérieures : vélos, pêche, camping. Mais surtout, au fond, le quartier des nomades, avec tout ce dont tu peux avoir besoin pour construire ta yourte, pour seller tes chevaux, et pour la vie quotidienne des nomades. Nous retrouvons ici beaucoup d'objets aperçus lors de notre séjour près de Shankh.

Construis ta yourte !
Elles sont belles, mais attention aux ecchymoses sur le fessier

UBy Night

La nuit, rien ne s'arrête. La circulation est toujours présente, les klaxons aussi. Les chantiers continuent, on voit des grues tourner dans tous les sens alors que le chantier est à peine éclairer.  Les majorettes sont toujours au poste.

Quelques photos réalisées de nuit dans les rues Oulanaises (Oulan-Batoraises ? Pas sûrs de nous sur ce coup).

Depuis le toit de chez Gana

Le soir c'est aussi la bonne occasion pour goûter à la gastronomie locale. Et on a remarqué qu'ils adorent Gengis Khan puisqu'il a le droit à son nom partout : Place Gengis, noms de restaurants ou de plats, la Gengis beer, Chinggis premium vodka, etc. C'est partout.

Chinggis Beer
Sükhbaatar vous présente la Lune !
0 commentaire