Hanoï, l'hyperactive

Publiée le 17/11/2019
Du 11/11 au 12/11. Courte mais intense escale dans une des plus grandes fourmilières d'Asie du Sud Est.

Dimanche 10/11. 20h30 à Bắc Hà, petite séance moto taxi avec le patron de l'hôtel pour rejoindre la station de bus. Pas de soucis habituellement mais là nous avons nos gros sacs sur le dos et petits sacs devant : 1km d'équilibriste !

Le bus de nuit au Vietnam, c'est fait pour les vietnamiens. Traduction : si tu dépasses le mètre 65, tu vas passer une sale nuit. Déjà que dormir dans un bus c'est pas un gage de confort mais quand les genoux grincent après 1h de route, le reste du trajet semble interminable.

Nonobstant (😋), nous arrivons à fermer les yeux quelques heures jusqu'à l'arrivée du bus dans la capitale. Il est 3h30 du matin. On joue les prolongations pendant une heure et le chauffeur nous lâche dans la fosse aux lions à 4h30.

Bus de nuit

La symphonie des klaxons se fait déjà entendre.

Nous ne la remarquons même plus : les coups de klaxons dans tous les sens dès 5 ou 6h du matin, on est habitué.

Direction l'hôtel donc, où l'on nous permet de déposer nos sacs. Malheureusement la chambre ne sera libre qu'en fin de matinée. Fatigués ou pas, allons donc découvrir le vieux Hanoï.

Les rues sont encore calmes (klaxons mis à part), nous nous dirigeons vers le lac Hoan Kiem, centre névralgique de la capitale. Le secteur est déjà plus vivant : les hanoïens y font leurs activités sportives matinales.

Sans culpabiliser nous craquons pour un petit déjeuner chez Mcdo. 2 ème craquage en 2,5 mois, correct. Petite remarque : le Mcdo est très cher par rapport au coût de la vie ici, presque le même prix qu'en France.

L'énergie de la ville et ce petit déjeuner chaud nous font oublier la fatigue.

Après avoir fait le tour du lac, allons nous perdre dans les ruelles du quartier des 36 corporations, le vieux Hanoï.

Il est 6h du matin à Hanoï
Il est toujours 6h du matin à Hanoï
Lac Hoan Kiem
Lac Hoan Kiem
Pousse-pousse

Le quartier des 36 corporations

Le quartier du vieux Hanoï est le cœur de la ville. C'était déjà le cas au XVème siècle, durant lequel ce quartier était un haut lieu du commerce. Chaque rue du vieux Hanoï était spécialisée dans un type de marchandise, aussi on y retrouve la rue du coton, la rue de l'étain, celle de la soie, etc.

Aujourd'hui, quelques restes sont encore là : Nombreux magasins spécialisés dans les pièces métalliques proche de notre hôtel, une rue des fleuristes, un secteur textiles. Mais dans l'ensemble, les hôtels, bars et restaurants ont pris la place. Le quartier n'en reste pas moins animé avec ses nombreux marchands ambulants, et ses marchés.

Nous passons près de 4 heures dans ces ruelles trépidantes.

La ville compte environ 4 000 000 de scooters pour 8 000 000 d'habitants. Il y en a partout, et il est très difficile de traverser la route. Il faut t'imposer, sinon tu ne traverses jamais, Aucun feux pour réguler la circulation, tu peux conduire à gauche ou à droite, au milieu ou sur le trottoir. Sur la route, il y a les bus, les voitures, les scooters bien sûr, les piétons, les pousse-pousse, les vendeuses ambulantes à vélos...

La circulation est complètement anarchique. Le port du casque est obligatoire, pourtant il semble plus important pour eux de porter le masque anti-pollution que le casque sur la tête.

D'ailleurs, le masque anti-pollution est bien plus porté par les femmes que par les hommes. Il n'est pas porté grâce à son utilité contre les particules fines, mais plutôt pour couvrir le bas du visage et éviter les rayons du soleil, afin de garder la peau la plus blanche possible. Comme dans beaucoup de pays d’Asie, la peau bronzée est celle des paysans, alors que les personnes aisées restent dans les maisons et ne bronzent pas.

Vous pouvez donc imaginer qu'au vu de notre bronzage, nous sommes pris pour plus riches que nous sommes 😅 Plus Anaïs que Tanguy d’ailleurs.

Vous avez dit "Trottoir" ?
Vous avez dit "Trottoir" ? Bis
Vous avez dit "Trottoir" ? Ter
Tanguy au marché
Hmmm des asticots grillés !!
Très fraîche la viande
Près du marché

Dans le milieu de matinée, nous ne tenons plus. L'occasion de se payer une balade d'une heure en pousse-pousse. Un classique ici. On se laisse porter, sans être toujours sereins : au milieu des scooters et bus, certains passages sont compliqués.

Balade en pousse-pousse

Tout une matinée pour s'imprégner de l'ambiance de la ville aura raison de nous.

Nous gagnons notre chambre après quelques achats utiles au passage : Un nouveau petit sac car celui d'Anaïs s'avère limite. Un The North Face à 10€.

Quoi ? Quelle contrefaçon ? On n'a pas non plus acheté les chaussures Abibas, ou les Nike avec un logo Puma !

On rachète aussi de nouveaux écouteurs déjà changés en Chine. Merci le made in China !

Une bonne sieste de 3h et nous repartons. La faim nous assaille dès la sortie du lit.

C'est le moment de tester la fameuse street food du Vietnam. Un Bánh mì viendra caler ce petit creux. C'est un sandwich avec du pain de chez nous, garni de viande et crudités chauds, ou du pâté. La bière Hanoï fera passer tout ça (meilleure bière goûtée depuis le début du voyage).

Bánh mì

Nous reprenons alors nos déambulations, sur le thème ferroviaire cette fois : pont de Long Biên, et rue traversée par le train.

Pont Long Biên
Pont Long Biên
Rue traversée par le train
Rue traversée par le train

Il fait déjà nuit sur la capitale et la ville est loin d'avoir tout dévoilé de son énergie. C'est l'heure de débauche : Les restos de rue se remplissent et les routes sont encore plus difficiles à traverser.

Hanoï, au crépuscule

On s'écarte de quelques centaines de mètres de la zone des hôtels et du vieux quartier pour tomber sur un de ces typiques restaurants sur trottoir. Spécialité de Hanoï : le Bún chả. Des boulettes de porc grillées au BBQ, dans un bouillon accompagné de vermicelles de riz. Quelques nems en apéro. La bière Hanoï fait toujours le job.

Bún chả
Bún chả

Notre nuit sera réparatrice.

Un petit déjeuner typique cette fois, toujours en resto de trottoir : soupe gluante avec des morceaux de viandes suspects. Pas cher mais pas fans. On ne compte même plus le nombre de fois où l'on ne sait pas ce que l'on a mangé. En espérant que ce ne soit pas du chien errant, car oui ici ils les mangent...

A peine le temps de digérer que le bus nous attend. Nous partons déjà vers Cat Ba, à côté de la baie d'Halong.

Nous n'attendions pas grand chose de la capitale (d'où la courte étape), mais il faut reconnaître que ces 24 heures à Hanoï se sont révélées plus qu'intéressantes. La ville n'est pas forcément belle mais son atmosphère est assez particulière. A refaire un jour pour explorer l'aspect culturel que nous avons survolé...

0 commentaire