Randonnées autour du Piton de la fournaise

Publiée le 08/08/2017
Nous poursuivons notre itinéraire en direction du sud de l'Île de la Réunion pour rejoindre le fameux Piton de la Fournaise, actuellement en éruption. Voici 2 jours de randonnées et découvertes dans la région du volcan.

L'altitude et le frais

Claquette et short de bain ? Oublie vite ! Avec l'altitude vient le froid ! Proche de 0°C au réveil... Quand on a su ça, on s'est offert un petit passage au Décathlon des côtes avant de grimper en hauteur pour reprendre quelques couches de polaires, au cas où...

Vue sur la plaine des Cafres depuis la route
Photo de famille avant la randonnée
La vallée de la rivière des remparts est bouchée par les nuages
Cratère Commerson
Patrick sur les crêtes du cratère Commerson

Une rando autour du Piton de la Fournaise

Le Piton de la Fournaise est actuellement, en ce mois d'aout 2017, en éruption. Chouette ! On va pouvoir faire griller des saucisses !

Eh ben non.... pas de bol... Non seulement l'éruption est sur la fin (donc il n'y a presque plus aucune sortie de lave), mais en plus l'accès au cratère est fermé quand le volcan est dangereux... Les quelques coulées se déversant sur le "mauvais" flan, nous ne pourrons ni voir ni nous approcher du cratère.

Nous nous contenterons donc d'une randonnée autour du piton, ce qui sera très bien aussi, car nous sommes d'une part gâtés par la météo exceptionnelle et par un formidable accompagnement : Ludo sera notre guide pour les 2 jours à venir, et il en connait un max sur le coin !

Enclos du volcan fermé

Le Piton de la Fournaise

Le piton de la Fournaise, qui culmine à 2 632 mètres d'altitude est le volcan actif de l'île de La Réunion.

Le piton de la Fournaise compte parmi les volcans les plus actifs de la planète : par la fréquence des nouvelles éruptions (en moyenne une tous les neuf mois au cours des dix dernières années), il tient probablement le premier rang mondial ; par le volume moyen émis de lave L'accès est relativement aisé, notamment par la route forestière du Volcan ou par la route des Laves, ce qui permet parfois au public d'assister au spectacle des projections et des coulées de lave. (Wikipedia)

Sylvie et Patrick devant le Piton de la Fournaise
Toute le groupe face au piton de la fournaise
Claire et Victor devant l'enclos du volcan
Quelques sommets sous les nuages

Contournement du piton

Notre randonnée du jour sera donc de contourner l'enclos du Piton de la Fournaise, pour marcher et traverser ce qu'on appelle la plaine de sable, un plateau lunaire de couleur ocre.

Route qui traverse la plaine des sables
Virage dans la plaine des sables
Yoyo en bonnet et écharpe pour attaquer la rando
Roche de lave au dessus de la plaine des sables
Petit chemin dans la montagne au dessus de la plaine des sables
Les gelées sous la terre
Sylvie a le vertige au dessus de la plaine des sables
Nous traversons la plaine des sables
Traversée de la plaine des sables
Nous profitons des contrastes saisissants de la plaine des sables
Nuances de couleurs sur le sol de la plaine des sables

En option : le footing

François s'est offert un petit plaisir : finir la rando en courant. La dernière côte de plusieurs minutes avec une belle inclinaison permettra de lui décrasser les poumons : ici à 2300m d'altitude, ça fait le job !

Patrick à eu le courage de finir à pied. Quant aux autres... ils ont terminé en stop la dernière partie !

Photo de famille

Randonnée dans les tunnels de lave

Le lendemain, toujours sur la thématique volcanique, nous partons en randos non plus sur la lave séchée, mais DANS la lave séchée ! Et là, nous sommes bien heureux de ne pas y croiser de lave : nous allons dans les tunnels.

Aujourd'hui encore, nous sommes avec Ludo : c'est cool.

Les tunnels de lave

Un tunnel de lave est formé par une coulée volcanique qui s'est refroidie en surface en formant une croûte solide mais dont le cœur est resté fluide, permettant à la lave de continuer à s'écouler. Lorsque la coulée cesse d'être alimentée par la lave en fusion, elle se vide et laisse une cavité en forme de galerie. (Wikipedia)

Claire devant une précédente coulée de lave

Claustrophobe, s'abstenir

Marcher, ramper, crapahuter avec pour seule lumière une frontale, forcément, c'est pour ceux qui n'ont pas peur de ça... Ce qui n'est pas le cas de Claire, qui aura fait l'effort de descendre dans le trou, mais qui n'a pas pu aller plus loin : trop effrayant !

Une entrée possible vers les tunnels de lave
On avance à la frontale dans le tunnel

De multiples couleurs, formes et textures

Nous marchons dans les tunnels de la coulée de 2004, bien qu'elle soit indiquée comme étant celle de 2001. C'est pas tout à fait faux pour autant : celle de 2004 a recouvert celle de 2001 !

Dès notre entrée dans les tunnels, nous sommes surpris par le décor. Évidemment, tout est sombre, et très humide. Mais ce qui frappe le plus, ce sont les formes de la roche qui nous entoure.

Aussi, tout au long de l'excursion, c'est l'occasion de découvrir des pareidolies, marrant hein ?

Les pareidolies

Ouais, on fait les cuistres, mais nous avons nous aussi découvert ce mot lors de notre visite. Alors voilà, on partage la définition de Pareidolie :

Une paréidolie (du grec ancien para-, « à côté de », et eidôlon, diminutif d’eidos, « apparence, forme ») est une sorte d'illusion d'optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale. (Source Wikipedia).
Exemple : cette roche ressemble à un chien.

Explications de Ludo

Un univers insolite

Le temps que la vue s'adapte à l'absence de lumière, nous découvrons des plafonds d'où semblent couler du chocolat noir fondu (des sortes de stalactites, mais géologiquement différentes), et des éboulis, parfois des racines s'infiltrant dans la roche.

Il est très intéressant d'écouter Ludo nous expliquer d'où vient chaque forme ou couleur. On y comprend tous les aspects, les trajectoires et les textures de lave qui coula ici. Un voyage unique dans les entrailles du volcan.

Formations de lave dans la grotte
Toute le groupe (sauf Claire) sous la voute de lave
Les racines ressortent dans le tunnel
Dans le tunnel de lave

La périmorphose

Surprenant : nous découvrons d'étranges "tuyaux" très réguliers sur les murs. Il nous est impossible de trouver ce qui les a formé... à moins que ?

Les troncs d'arbres ! Ces tuyaux ont été formés par des troncs d'arbres engloutis par la lave !

Pourquoi n'ont-ils pas brulé ? Nous diras-tu. C'est aussi ce qu'on s'est dit. Sauf qu'en fait, pour bruler, il faut de l'air, sauf qu'un arbre est composé d'eau (à 90% en tout cas). L'arbre s'est donc quasi instantanément évaporé au contact de lave, en ne laissant qu'un "tuyau" de la forme de l'arbre.

Nous en avons même trouvé avec les rainures de l'écorce !

La périmorphose : Trou formé par un tronc d'arbre
Photo kitch de Yoyo

Phénomènes surprenants et anecdotes

La lave est tellement chargée en fer, que nous pouvons y coller des aimants contre les murs !

Aussi, pendant notre excursion, l'eau s'est arrêté de goutter des parois : pourquoi selon toi ? En fait, nous passions sous la route ! Elle offre donc une perméabilité plus faible. En étant attentif, on peut même entendre passer des véhicules.

Enfin, nous avons joué le jeu en coupant tous notre frontale pour apprécier le noir absolu. En effet, même après plusieurs minutes, toujours aucun faisceau de lumière n'était visible. Rien. De l'absence totale de lumière : aucun être vivant ne pourrait distinguer quelque chose ici par la vue. (On dit par la vue, car les chauves-souris, par exemple, peuvent le faire par sonar. Mais il n'y a pas de chauves-souris ici, il fait trop humide).

Lave multicolore  dans le tunnel

Des tunnels toujours plus étroits

Il est parfois nécessaire de ramper un peu pour continuer la progression. Aussi, il nous est proposé de nous amuser (à nous faire peur) en passant par des tunnels très escarpés et étroits pour tester un peu de notre sang-froid.

Victor, Patrick et François s'essayent au passage le plus étroit du trajet : un véritable trou de souris sur quelques petits mètres. L'effet est immédiat, même prévenus, en arrivant devant le trou, tous ont la même réaction : "oh putain.... ok. Impossible de passer par là, vous êtes fous.", et pourtant...

L'adrénaline est bien présente : le tunnel est tellement étroit qu'il est nécessaire de vider sa cage thoracique d'air (et ainsi rétrécir le diamètre du torse) pour progresser en se poussant centimètre par centimètre avec les pieds. Notre corps est en contact avec la roche tout autour de nous.

L'épreuve est terrifiante : on prend très vite peur, le risque d'hyperventilation est constant. Mais Ludo est là pour nous surveiller, nous faire descendre le stress en nous rassurant pour réussir à retrouver une respiration calme et constante. Nous sommes très fiers d'être passés par ce minuscule passage.

Victor et Sylvie rampent dans détroits tunnels pour progresser
Patrick se hisse dans le tunnel
Francois et Victor à la sortie d'un chemin étroit
A la sortie du tunnel

Pause repas proche de Saint Pierre

Pour nous remettre de nos émotions, nous nous posons sur une terrasse naturelle pour manger (à nouveau) un cari. Vue, soleil, tout y est : on souffle !

Après l'effort, le réconfort
Vue magnifique pour le repas
Temple tamoul à St Pierre
Port de St Pierre
Couché de soleil sur les palmiers

Hébergements et prestataires

Pour cette étape, nous avons logé dans 2 maisons d'hôtes différentes : 

  • La ferme du pêcher gourmand proche de la cité du Volcan (pour randonner)
  • Le Camphrier, proche de Saint Pierre, pour les tunnels de lave. Mention spéciale pour l'accueil reçu ici : nous étions chez nous, et nous avons particulièrement bien mangé (gratin de papayes vertes, viandes boucanées, bouchons, caris, rougail, rhums...)
Pour les randonnées et les excursions des tunnels, nous conseillons d'aller avec Ludovic Marconnot avec qui nous avons passé 2 excellents jours.

Et après ?

Les prochaines étapes : canyoning et sports d'altitude ;-) ! Reste proche du blog pour suivre ça !

1 commentaire

Timothée

TimEtCam

Très belle étape, ça donne envie ! Je sais pas si je serais bien serein dans les tunnels :o

  • il y a 4 ans
8 Voyages | 63 Étapes
Piton de la Fournaise
4e jour (04/08/2017)
Étape du voyage
Début du voyage : 01/08/2017
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux