Premiers regards sur Stockholm

Publiée le 01/09/2015
L'heure du départ a sonné, pas le temps de franchement réaliser, mais c'est parti !

27 septembre, Let's Go !

Le réveil est bien matinal et le départ bien rapide, on se presse pour ne pas manquer ce train puis cet avion qui m'emmènent vers de nouvelles aventures…

A Stockholm, je suis attendue par Martin, un étudiant suédois que j'avais rencontré à Bordeaux lorsqu'il était lui-même en ERASMUS, quel accueil bienvenu!

En route vers son appartement, on prend des nouvelles et j'ai même le droit à un premier briefing sur la géographie de la ville, sur les suédois…On entre dans la ville, je suis déjà frappée par l'agencement: des rues au tracé géométrique, des bâtiments très haut, tout parait bien rangé.

Valises déposées, estomac bien rempli, nous partons pour une petite visite du quartier, et c'est à la tombée de la nuit que je découvre avec émerveillement les rues, les bâtiments, les canaux et les ponts, nombreux et imposants! C'est très agréable cette proximité avec l'eau, j'ai hâte de découvrir la suite!

La première étape, chez Martin

28 septembre Student Bus Tour

Rendez vous sur le campus pour un tour en bus de la ville avec les autres étudiants étrangers. Nous voila en bon touristes, promenés à travers les différentes îles. La guide nous conseille, nous informe, j'en retiens que les suédois sont fiers de leur Afred Nobel, et que l'heure du repas est un créneau idéal si vous chercher de bonnes adresses de restaurants.. Je pense que c'est le mot qu'elle a prononcé le plus de fois durant ces 2h! (ou alors celui que j'ai le mieux compris…?)

premiers clichés
Premiers clichés

Découverte du campus

Je commence ensuite les démarches d'inscription:  ici peu de paperasse mais un identifiant, un smartphone et le tours est joué !  So 2015. Un rapide tour du campus me permet de localiser les principaux bâtiments, je visite celui de Géo évidement, qui m'a l'air bien sympatique! 

le bus, un vrai budget...

La recherche de logement, frustration et angoisse...

La suite du récit est simple, je passe des heures à lire les annonces de logement, à envoyer mails et sms, à actualiser ma boite mail. Les quelques réponses que je reçoit me donnent un peu d'espoir, je me presse pour visiter au plus vite, car la plupart des chambres sont louées dans la journée. J'ai de la chance, Martin me propose de rester chez lui le temps que je trouve quelque chose, et il me traduit les annonces, me conseille sur les quartiers…

Tant que je ne trouve rien, j'ai du mal être tranquille, à profiter , mais je me ballade quand même pour mieux appréhender les quartiers. Beaucoup de questions me préoccupent: doit-je prendre le temps de choisir, n'est-ce pas trop capricieux de refuser une chambre tout à fait correcte, en sachant que la demande est très forte, est-ce que je passe à coté de quelque chose…?

Le journal d'info d'ARTE auquel je jette un œil, traite de la question des migrants. Enfait, il suffit de faire un pas dehors: ici les gens d'Europe de l'Est sont nombreux à vivre dehors... Je relativise. J'ai la chance de pouvoir  choisir mon lieu de vie, d'étudier tranquillement et de voyager, alors mes questions sur un logement idéal (ou idéalisé par le standard suédois qu'il est inutile de citer..) me paraissent bien futiles tout à coup.

Mardi, je prend une décision, je vais habiter dès demain chez une femme tunisienne d'origine, vivant avec ses deux enfants dans un quartier de banlieue, au Sud de la ville. Elle ne parle ni anglais ni français, c'est une amie qui joue l'interprète et me fait visiter. Au début je suis un peu perplexe, comment va-t-on vivre ensemble si l'on ne peut presque pas communiquer? Je fini par me convaincre, c'est une opportunité pour moi de pratiquer le suédois, et pour elle d'améliorer son anglais, en plus, il parait que les enfants sont des professeurs de langue redoutables, qui n'hésitent pas à reprendre la moindre erreur!  Aussi,  si j'ai fait le choix il y a quelques mois de ne pas loger en résidence universitaire, c'est pour vivre cette année d'Erasmus avec un regard ouvert sur la société, pas seulement restreint au milieu étudiant, alors allons y, c'est le moment d'expérimenter ! Je me rassure tout de même en me disant qu'il sera toujours possible de déménager si une autre opportunité se présente...

We will see!

Solna
Centralen
vers Alvik
Vers Alvik

Découverte du quartier Farsta centrum, installation, premiers cours...

Cette semaine, les cours commencent. Un mail très cordial m'apprend que les cours de SIG 'Système d'Information Géographique) auxquels je pensait pouvoir participer ne sont pas dispensés pour les débutants (ce qui est mon cas). Commence alors  la course aux inscriptions de dernière minutes: cours de suédois, d'anglais, il me faut suffisamment de matières pour valider mon année, et en géo ils ne proposent rien d'autre pour les étudiants étrangers... Quelques mails aux profs de Bordeaux, et l'affaire est réglée pour ce semestre (enfin j'espère)! 

Mon premier cours porte sur la géographie de la Suède, il y a un peu de vocabulaire que je ne saisit pas encore pour le moment, mais dans l'ensemble ce n'est pas trop difficile à suivre. C'est toutefois un peu déstabilisant lorsque les autres étudiants se mettent à rire suite à une remarque (apparemment un jeu de mot, ou une anecdote humoristique), là je me rend compte que je n'ai pas encore un excellent niveau de compréhension en anglais...ça viendra!


Je passe aussi un peu de temps dans mon nouveau "chez moi", et profite d'une après midi pour faire un tour à IKEA, évidement (bon celui là il rigole pas, il parait que c'est le plus grand du MONDE! )

La station de métro la plus proche de l'appartement dessert un immense centre commercial, c'est la seule activité dans ce quartier résidentiel des années cinquante. Les habitants sont de diverses origines et de tout âges. Quand il fait beau, enfants ou animaux jouent dehors, le reste du temps c'est très calme.

centre commercial et place publique
Un quartier typique des 50's
La chambre
L'épaisseur des fenêtres ici me laisse songeuse...
1 commentaire

François

RonronEtYoyo

Bravo pour les photos, je mets un coeur !

  • il y a 5 ans