J+4 De Dominical à Bijagua

Publiée le 08/03/2018
Où l'on casse le mythe de la circulation au Costa Rica, où on déjeune dans un endroit qui ressemble à l’Ardèche, avant de se poser aux pieds d'un volcan

Ce matin le réveil était matinal! A 4H30 les rugissements des singes hurleurs m'ont tirés du sommeil, je suis sorti sur la terrasse, alors que le jour n'était pas encore levé, et je les ai écoutés depuis le hamac. Expérience troublante, je trouve que leur nom en espagnol, Mono Congo reflète mieux ce qu'on ressent en les entendant , un rugissement qui fait penser à la jungle et à la savane, un cri primal et chargé de violence animale.

L'expérience me fascine, je reste allongé dans ce hamac complètement déconnecté du monde des humains, immergé dans la nature. Le jour se lève tout doucement, le soleil est caché derrière la montagne et  je vois les reflets sur les nuages. Petit à petit les chants des oiseaux prennent de l'ampleur, les stridulations des insectes se sont arrêtées, et tout doucement les rugissements des singes diminuent jusqu’à disparaître.

Il est temps de rejoindre le monde des hommes, vamos al desayuno, le pt dej nous attends!

A 8H en route pour Bijagua, 250 Kms, environ 5H de route !

Une fois sur la route, en avalant tranquillement les kms, je me rends compte que conduire au Costa Rica n'a rien de l'aventure qu'on veut nous faire croire. Pour plusieurs raisons, déjà la façon de conduire des Ticos, toujours fidèles à leur réputation de gentillesse, la route se passe tranquillement, sur 5H de route je ne verrais jamais un conducteur se coller à un autre parce qu'il ne va pas assez vite, je ne verrais pas un seul appel de phares en dehors de ceux signalant les policiers sur le bord de la route, pas un coup de klaxon, et quand un véhicule roule doucement, tout le monde ralentit et on se traîne tous tranquillement jusqu’à ce qu'on puisse doubler!

Bref on est loin du Ffar West, et qui a conduit en banlieue se sentira en vacances en conduisant ici!

Il y a quand même des situations étranges il faut l'avouer, par exemple pour doubler! Je ne comprends pas pourquoi les travaux publics du Costa Rica s'acharnent a tracer des lignes continues ou pas, tout le monde s'en fout! Tout le monde double des que la voie est libre, ligne continue ou pas, mieux encore, sur une portion à deux voies pour nous et une voie dans l'autre sens, des camions ont doublé en utilisant les trois voies!

Les sorties de pistes donnant sur la grande route sont aussi à surveiller, les camions et autres véhicules qui zn sortent se lancent parfois à une vitesse d'escargot sur la route où tout le monde roule à 80 (vitesse limite au Costa Rica) .

Mais une fois qu'on a maîtrisé ça tout va bien, et on se sent vite en confiance et comme chez soi. 

Je suis fasciné par les camions que nous croisons sur la route Interamericana, cette route part de l'Alaska et va jusqu'au sud du Chili sans interruption, et elle est empruntée chaque jour par des milliers de camions tout simplement énormes!!! Ces monstres roulent tous a 80/90, sauf dans les cotes un peu raides, et il y en a pas mal, alors ils se traînent à moins de 20 Kms /H!!!!

Dernier point l'état de la chaussée, au Costa Rica il y a une seule autoroute, qui part de San José vers l'ouest et l'est, elle s’arrête très vite .A l'ouest on retrouve très vite la fameuse Interaméricana, qui va du Nord au Sud, elle est globalement en bon état.

Sur les cotés des routes secondaires relient des villes ( plutôt des gros bourgs, les villes importantes sont toutes le long de la route principale) , ensuite des pistes en terre vont vers les villages . Les routes secondaires sont truffées de nids de poules, je devrais plutôt dire de nids d’autruches vu la taille des trous, et les voitures et camions font régulièrement des écarts pour les éviter, mais là aussi on prend vite le pli !

Pour les pistes, comment dire, il vaut mieux maîtriser le 4x4 , et surtout bien arrimer les bagaes, ça secoue mais c'est amusant !

Il faut aussi avoir un GPS, ou apprendre les cartes par coeur, car ici il n'y a pas d'adresses, et la signalisation des directions et des villes ou villages est plutot aléatoire, mais là aussi on s'y ait vite, et je ne me perds plus

Bref, je maitrise plutot pas mal la conduite Ticos, et je me sens comme chez ùoi sur les routes !

Pt dej
La route
La route encore

Déjeuner en Ardeche

Apres 4h30 de route, nous nous arretons à la sortie de la petite ville de Canas, au restaurante Rio Coribici. 

Un restaurant avec une errasse magnfique au bord du Rio Corobici, c'est incroyable, le paysage n'a plus rien a voir avec la cote Pacifique, on avait déjà vu les changements sur la route, mais là c'est incroyable, on se croirait en Ardeche !! Mais en voyant le cocotier sur le bord du fleuve on réalise que non !!!! 

Super déjeuner à base d'Enchiladas de pollo, un régal, et toujours es sourires et ces discussions avec les gens du restaurant, comme si on se connaissait !

Ensuite on repart pour Bijagua, plus que 30kms et on est arrivés !

Apres la traversée d'une longue plaine brulée et desséchée par le soleil, nous arrivons au pied du volcan, l'hôtel est dans la foret sur les flancs du volcan Tenorio, on grimpe, et très vite on se retrouve dans la foret, avec de petits villages typiquement montagnards, cette fois ci on pense aux Alpes, sauf qu'il fait 25°, et que sur le plateau du pick up devant moi, les fruits entassés sont des mangues et des papayes!!!!

L'Ardeche?
Non, le Costa Rica
Le restaurant
Enchiladas con pollo

L'arrivée au Lodge

Le lodge se trouve au bout d'une piste de terre rouge, nous la suivons sur un kilomètre environ, avant de découvrir un endroit perdu dans la nature. Il s'agit de 12 bungalows, tous sont orientés vers la foret, le notre donne directement sur le volcan. La particularité de ces bungalows? Quand on regarde l'entrée ils sont quelconques, on pourrait même dire qu'ils sont moches, mais une fois qu'on pousse la porte on fait waaaaaa!!!!

Le mur coté foret, et pour nous coté volcan, est en fait une seule grande baie vitrée, ce qui fait que la foret et le volcan sont au pied de notre lit!!C'est juste incroyable.

Le restaurant situé plus haut est lui aussi entièrement vitré, des mangeoires pour les oiseaux sont installées tout autour du restaurant, le matin l'équipe des cuisines y dépose toutes les épluchures de fruits, et les écureuils et les oiseaux viennent rendre leur petit déjeuner avec les clients.

L’hôtel est au milieu d'un "parc" de 7 ha , je dis parc mais c'est en fait un morceau de la foret primaire qui recouvre les flancs du volcan qui a été "privatisée" par les propriétaires de l’hôtel, ils y ont tracé des sentiers que nous avons commencé à parcourir, nous finirons l'exploration demain après midi. Pour le moment nous allons profiter du jacuzzi avec vue sur le volcan!

Le soir nous revoyons les jeunes mariés lors du dîner,  on suit vraiment la même route! Nous échangeons nos impressions en rigolant sur la conduite au Costa Rica ! Ils ont eu aussi de drôles d expériences.  Mais tout comme nous ils adorent ce voyage et sont de plus en plus lumineux !  J adore ! 

Demain nous partirons explorer le parc Ténorio, la cascade du Rio Céleste et une plantation de café !

En attendant nous allons nous coucher pour être au top de notre forme !

A demain ! Pura Vida

Notre chambre
Baadaye devant la foret
Pret à dormir !
Je surveille
Pret pour l'exploration d'un nouveau monde
Les sentiers de l'hotel
2 commentaires

Lyne

Encore une belle journée que nous avons passé avec vous et toujours bien décrite
tu as vraiment un don Oliv pour raconter ..un plaisir de te lire on est transporté de suite dans ce pays .

  • il y a 2 ans

oliv58

Merci ! Et c est un plaisir de le partager avec vous! C est que du bonheur ! Même si ce matin on a le droit d essayer la pluie tropicale !

  • il y a 2 ans