Retour dans la zone de confort

Publiée le 20/01/2022
Je suis rentrée. Il ne me reste qu'à défaire mon sac et renouer le contact avec un pays, un lieu, une maison que j'ai cru parfois avoir oubliés.

Retour à Bercy
Je n'ai pas de pass

La gestion de la crise par la SNCF

Le wagon du rapide Paris-Clermont me paraît luxueux. J'ose a peine poser mon bazar. Une vingtaine de passagers sont entassés (façon de parler lorsque l'on arrive d'où je viens) au fond du wagon, résultat, sans doute, de la règle  informatique qui préside à la distribution des billets. Je suis la dernière puisque je viens juste de prendre le mien. Au lieu d'aller m'asseoir à côté d' une jeune fille  a la place que l'ordinateur m'a désignée, je m'installe tranquillement au milieu du wagon qui est immense et presque vide. Il n'y a aucun arrêt d'ici Nevers et personne ne risque de monter. J'ai bien fait. C'est là que j'ai commencé à me gratter et que de larges plaques rouges sont apparues sur mon corps. 

Nevers

Pendant trois jours je me suis occupée de ma vieille maman qui maintenant ne marche pratiquement plus. Je crois qu'elle était contente. Un peu triste, je me suis achetée une petite robe, un pull et un foulard et j'ai mis mon jean dans la machine. Retour dans la société de consommation. Maman a caressé doucement mon pull rose en disant "c'est joli" Elle aime que sa fille soit bien habillée. Dès que j'ouvre la porte de la chambre son regard balaye ma silhouette avec un signe d'approbation ou pas. . 

Et puis je suis rentrée à la maison

Les démangeaisons deviennent insupportables, je suis obligée de consulter. Karen est perplexe, sans doute la gale. Entre le  traitement et les consignes sanitaires, le protocole  est très lourd. Une prise de sang est nécessaire et la liste est longue car il s'agit, dit-elle, de faire le point. Pourquoi vous raconter tout ça qui est plutôt de l'ordre de l'intime ? 

Pour convenir que notre système de santé est exceptionnel car chez le médecin, à la pharmacie et au laboratoire j'ai eu 0€ à payer. En recevant la facture je n'ai pu m'empêcher de penser à Térésa à Erevan, qui fait le ménage pour rembourser l'opération de la cataracte ratée. La France ? Tous, là bas, rêvent d'y venir pour se faire soigner. 

En quelques jours j'ai été guerrie (ce n'était sans doute pas la gale) , mais ma maison est toute propre et mes placards bien rangés.

J'y suis retournée
Et le colis est arrivé d'Arménie.
Ils sont venus
J'aurai le temps de le contempler
Finalement tout va bien.

Conclusion

J'aurais pu aussi intituler cette étape"La vie en France".

Ce qui est le plus frappant à mon retour en dehors de ce que j'ai évoqué :

  1. Tout le monde parle français 
  2. Tout le monde est malade, l'a été ou va l'être, malgré la machine de guerre mise en place par notre exceptionnel système de santé. 
  3. Tout est propre. Il paraît  que nos poubelles partent en Afrique, mais j'ai aussi entendu dire que nos anciennes galeries de mines stephanoises sont bien remplies. Qu'adviendra t-il quand elles seront pleines ? Peut être que les pays de l'est et d'Asie Centrale récupérerons nos déchets. Ils n'en seront plus à ça prêt et ils ont besoin de sous. L'écologie ce n'est pas leur premier souci. Leur premier souci, c'est la survie et la paix. 
  4. Notre pays est très beau et notre vie si confortable. 

Quelles occupations ?

Beaucoup de démarches pour trouver le financement du film. C'est fastidieux, laborieux et stressant. Lorsque j'en parle, ma fille me répond "Mais maman c'est ça la vie active". C'est vrai j'avais oublié. 

Et puis je m'occupe des malades avec 2 Pfizer et 2 Moderna, je ne crains rien. 

0 commentaire

5 Voyages | 103 Étapes
Le Monastier-sur-Gazeille, France
46e jour (15/01/2022)
Étape du voyage
Début du voyage : 01/12/2021
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux