Paris Belgrade, s'envoler

Publiée le 17/05/2021
Le périphérique parisien sous un ciel bas. Comme tout semble léger et lumineux... La-haut au dessus des nuages, je m'envole.

Je quitte l'espace Schengen pour...
Le Caucase

Un peu de geopitique. 

Parfois difficile à situer sur la carte. Quelques noms cependant : Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan, Tchetchenie... D'autres plus obscures Abkhazie, Ossetie, Daghestan... Une mosaïque de territoires et d'ethnies, éternellement en conflit et objets de convoitise des grands : Turquie, Iran et Russie. L'objectif de la partie dans un jeu cruel et sans règle ?

Revendiquer son prophète, les islamistes et les chrétiens croisent le fer et préparent leurs bombes.

Remplir les caisses qui sont déjà bien pleines, le pétrole et les oleoducs pour alimenter l'Europe sont des enjeux geostrategiques. 

Montrer ses muscles et repousser les limites des frontières (avec les populations qui ont régulièrement fait leurs paquets en laissant les maisons qu'ils avaient bâties aux autres ou, en cendres ). 

Pourquoi ce voyage ? 

Toujours plus haut ? Le CAUCASE, avec ses sommets à plus de 5000m est la plus haute montagne d'Europe. Des paysages à couper le souffle lorsque les montagnes dévalent dans les vallées luxuriantes au bord de la Mer Noire là où les arbres croulent sous les agrumes et le raisin de la vigne se gave de sucre. Même pas ça, car je n'y crois plus. Les guerres et le tourisme de l'Union Soviétique, en son temps, on fait des ravages et aujourd'hui la population souffre. 

Alors pourquoi ? 

Un livre"La conquête du Caucase" 800 pages que j'ai dévorées 2 fois. Je pars sur les traces de Chamil. Mon but ? Comprendre pourquoi de telles monstruosités ont pu exister ? Mission impossible. L'humain est aussi inhumain. Plus sûrement , pour reprendre les mots de Marguerite Yourcenar dans " L'œuvre au noir" à propos de Zénon : "Partir palper le monde"... au risque de m'ecorcher. 

A Roissy, difficile de trouver une place au parking. A Belgrade une queue inter minable pour sortir de l'aéroport. Si un nouveau confinement est décrété, avec recul de votre terrain  d'action à 10km,vous pourrez toujours prendre l'avion🤗

À la surprise générale, j'ai pris un billet d'avion. C'est tout juste si j'osais le dire. Enfin j'ai avoué ma faute. 

Les aéroports sont blindés

Le monde d'après ? 

L'anecdote mérite d'être rapportée :

J'avais réservé un billet de bus pour Sarajevo. 114 euros, 25h de voyage. Qui veut la fin (donc le début d'un autre monde), veut les moyens (je limite, malgré mon besoin de bougeotte, mon empreinte ecologique). Un mois avant le depart, annulation. Dépitée, car déjà bien avancée  dans mon projet, donc dans mon rêve, j'ai immédiatement pris en ligne un billet d'avion pour Belgrade, lequel partait le même jour, presque à la même heure. J'ai payé 73 euros et mis 2h pour arriver à Belgrade (qui est plus loin que Sarajevo) 

Le monde d'après : + de voyages en avion ?  + de voyages seul dans sa voiture ? + de plastiques ? + de déchets (des milliards de masques et de gants)? + d'eau (on s'en lave les mains) + de voitures électriques pour plus de centrales nucléaires, + de data center pour plus de télétravail... 


Je suis sur un nuage

Profitons, profitons... 

De ces fabuleuses machines inventées par l'homme,qui n'est pas mauvais en tout. J'ai 5ans et je découvre le monde ici et maintenant. Sensation réjouissante à 70 ans. 

0 commentaire

2 Voyages | 60 Étapes