Nord Peloponnese

Publiée le 05/08/2019
D'Athenes a Rio avant le franchissement du pont qui separe le Peloponnese du Nord de la Grece

250 kms avec escales a Kineta et Diakofto


J'arrive au Piree a 6 heures du matin, non sans apprehension compte tenu de la taille et de la reputation d'Athenes en matiere de circulation.

En fait Le Piree est situe completement a l'ouest d'Athenes, que je n'ai donc pas a traverser pour partir sur Patras.

Circulation anarchique, avec bande d'arret d'urgence systematiquement utilisee par les voitures, ce qui ne facilite pas la circulation du cycliste que je suis.

En etat de vigilance permanente, je sors de l'agglomeration en 2 heures, rassure.

Pause petit-dejeuner a Elefsina ou je recharge mes batteries (personnelles et de mon smartphone).

Je longe ensuite la Mer Egee en empruntant l'ancienne route nationale, qui passe a proximite immediate de la mer. L'autoroute n'est jamais bien loin et il faut faire bien attention aux intersections de ne pas prendre une bretelle., ce qui m'arrive bien entendu a 2 reprises.

La mer est tres claire et magnifique. Le rivage est eparpille ca et la d'installations portuaires et d'enormes raffineries: Difficile d'imaginer de telles installations dans ces decors de carte postale ailleurs qu'ici.

Je m'arrete a 15 heures dans un camping a Kineta: c'est le seul que je verrai et le dernier avant le Montenegro.

Je tombe sur un couple de Flamands, de retour de Chine, qui regagnent la Belgique apres 2 ans 1/2 de trip a velo. Ils sont equipes de velos de marque Trek d'excellente reputation, qu'ils ont achetes 200 € en Chine (les velos sont produits la-bas). Pas tres causants ni sympathiques en cette fin de journee, contrastant avec ce que je verrai d'eux quelques jours plus tard quand nous ferons un bout de chemin ensemble avant l'Albanie: cela presente des inconvenients de voyager seul, l'avantage etant que l'on ne se fait pas la gueule a soi-meme, ce qui n'a sans doute pas ete le cas pour eux quelque temps avant.

Je repars le lendemain au petit matin (j'ai garde mon rythme de lever hyper-matinal) et arrive a 8 heures au Canal de Corinthe. Impressionnant cette breche qui relie les 2 bras de la Mer Egee et qui donne vraiment le vertige.

Ce qui donne aussi le vertige ce sont les prix pratiques dans l'unique boutique presente sur le site.: 3 € pour un banal paquet de biscuits. La faim a raison de mes reticences. Les americains, parques dans des cars climatises, ne sont pas, eux, du tout reticents.

Je me retrouve avec un peu d'emotion sur l'Ile du Peloponnese que j'ai quittee a Gythio quelques semaines plus tot pour rejoindre la Crete.

C'est probablemement ici, de tout mon voyage mediterraneen, que la mer est la plus belle, moitie verte moitie bleue, d'une totale transparence: magique. Je m'attarde dans les petits villages que je traverse, souvent  une biere a la main car il fait chaud.

Entre la mer et la petite route qui surplombe il y a une voie de chemin de fer desaffectee que des milliers et des millers de voyageurs ont du emprunter; j'espere qu'ils ont pu apprecier la chance qu'ils ont eue.

J'arrive en debut d'apres-midi dans la petite ville de Diakofto, simple halte avant l'etape du jour suivant qui me verra passer en Grece continentale.

40 kms plus loin me voila donc le lendemain midi en vue du pont Rion-Antirion, Je m'arrete boire mon dernier verre peloponnesien a Rio dans un cadre idyllique.

Un pont à haubans relie le Péloponnèse à la Grèce continentale entre les deux villes de Rion et Antirion. J'ai un doute sur la possibilite de l'emprunter avec mon velo, mais a ma grande surprise je ne rencontre aucun probleme.





1 commentaire

marylippe

Merci encore Vincent pour ces belles photos ...mais le pont de Rio ressemble fortement au pont de TErenez : pourquoi aller si loin ??? (sourires !!!). Bises. Philippe

  • il y a 3 ans