Epire

Publiée le 05/08/2019
250 kms de Rio a Cacavia a la frontiere albanaise. Etapes a Amfilochia, Arta et Ioannina en Grece.

Ces 250 kms sont vraiment une transition vers l'Albanie qu'il me tarde de connaitre:

Je les apprecie a leur juste valeur: je rentre davantage dans les terres, ne trouvant la mer qu'a Amfilochia, joli petit port ou je m'arrete le premier soir.

J'y hesite encore le soir a partir a l'ouest en direction de Preveza, ce qui me permettrait de passer la frontiere albanaise a Konispol en remontant la cote sur 200 kms par Igoumenitsa et de retrouver la Mediterranee en Albanie.

Mais d'une part l'itineraire est complique jusqu'a Preveza, avec un detour inevitable vers Agios NiKolaos qui rallonge.

D'autre part je ne suis pas certain de pouvoir passer a Preveza, le tunnel etant reserve aux voitures. Je peux prendre le risque sur 2 kms mais cela en vaut-il la peine ? Faire du velo-stop pour prendre un vehicule ?

Je decide de jouer la simplicite et la securite: je m'assagis, je ne sais si c'est bon signe.

Le lendemain donc je prends la direction de Arta en longeant dqns un premier temps une petite mer (Amvrakikos Kolpos) de 50 sur 20 kms, puis en retombant sur Arta,

Je retrouve les Flamands evoques dans l'etape precedente, cette fois la vie pour eux semble plus rose. Tres sympas, Ils me proposent de partager leur repas; je fais ensuite 25 kms avec eux. Cela me permet de me rendre compte que mon allure, sans etre un train de senateur, est tres cool par rapport a des "bouffeurs d'asphalte" incapables de lever le nez pour regarder autour d'eux. Je n'ai pas de mal a les suivre mais je pense que Lisa, la fille, apprecie ma facon differente d'avancer. Nous nous quittons a l'entree de Arta.

C'est une ville de 25 000 habitants sans histoires aujourd'hui, ce qui n'a pas toujours ete le cas, entre Rome, Byzance, les Albanais, les Francais, les Grecs ,.. sans compter les incursions meurtrieres des Croises et des Nazis.

Petite biere bien meritee a l'arrivee car il continue a faire tres chaud: Grande pizza le soir.

Le lendemain derniere etape en Grece; j'ai maintenant hate de passer a autre chose .

Petite etape vallonnee de 50 kms jusqu'a Ioannina, jolie ville de 110 000 habitants dont on sent, par le trafic des camions, la proximite albanaise.

Balade de fin d'apres-midi, achat d'un nouveau short, mon bermuda donnant des signes evidents de fatigue, puis repos avant l'Albanie.

Depart a 7h; cela monte bien et je me fais doubler 20 kms plus loin par un cycliste macedonien, Goce (prononcer Gotcheu) en balade pour 3 semaines depuis la Macedoine (region de Bitola) vers l'Albanie puis sans doute le Kosovo et retour au pays.

Nous sympathisons tout de suite, nous allons a peu pres a la meme vitesse. il me distance dans les cotes et je le rattrappe dans les descentes.

Il a une grosse experience du passage de frontieres: il me montre comment faire a Cacavia pour gagner du temps. Merci l'artiste, j'ai bien retenu tes lecons !






Sur la route de Amfilochia
Amfilochia
Amvrakikos Kolpos
Nouveaux membres de l'Asso des voisins de poubelles
Route difficile entre Arta et Ioannina
Un peu montagneux
Ioannina
Une miniature de 50 cm
1 commentaire

marylippe

superbe mer bleu...mais attention à ta consommation de bières...il me semble que tu en parles souvent !!! Phil

  • il y a 8 mois