Corse - Sardaigne

Publiée le 05/05/2019
Arrivée à Ajaccio par. Ferry depuis Marseille. Court séjour en Corse avant de partir pour la Sardaigne depuis Propriano vers Porto Torres en Sardaigne. Un peu plus d'une semaine à l'ouest de la Sardaigne avant de prendre le ferry à Cagliari pour Palerme en Sicile.

Corse


Arrivée à Ajaccio le 29 avril à 7h30.

Petit café en terrasse, puis départ pour Propriano.

Au passage quelques courses de nourriture dans un magasin où je constate que les tomates en vente sont de marque "Prince de Bretagne": ça me décontenance plutôt que ça ne me rend fier.

Je m'éloigne d'Ajaccio: la vue sur la Baie est splendide.

Petit problème technique en fin de matinée à Porticcio : J'ai perdu une vis de fixation du porte-bagages avant. Je m'arrête dans un garage ; il est 11h55. Un jeune mécano me propose de me dépanner en 2 minutes, ce dont le dissuade son patron qui m'indique sans ambages que le garage ferme à midi. Merci l'accueil !

Je me dépanne avec une attache rapide trouvée par terre, et je repars.

Une heure plus tard je m'arrête au bord de la route près d'une plage ; une fourgonnette (une vraie) avec à côté un étal tenu par un couple, avec des chapeaux et des bijoux faits maison, des fringues de saison ...

Petit échange; au bout de 5 mn je suis invité à partager le déjeuner. Moment très sympa avec Julie et Grégory, qui sont là pour la saison, après 6 mois passés dans le Sud de la France.

Après cet intermède je reprends la route avec une portion montagneuse jusqu'à Propriano qui me laisse passablement sur les rotules : je trouve un camping assez tard le soir et je décide de ne pas poursuivre le lendemain jusqu'à Bonifacio.

Je prendrai le ferry le 2 mai au matin de Propriano pour Porto Torres en Sardaigne.

Un peu de farniente pendant 2 jours, avec un froid pas digne d'un mois de mai. 

Propriano n'est pas une ville très intéressante, au même titre d'ailleurs que ce que j'ai pu voir brièvement de la Corse.

Je n'y ai pas mis les pieds depuis 40 ans mais je ne regrette pas vraiment compte tenu de ce que je vois : l'argent immobilier roi, des citoyens de seconde zone qui rament.

Je suis content de rejoindre la Sardaigne.

Vue d'Ajaccio
Des tomates Prince de Bretagne !
Au fond Ajaccio qui disparaît
Pause déjeuner rafraîchissante avec Julie et Gregory
Photo du vélo et du cycliste prise par Grégory
Entre Porticcio et Propriano, ça grimpe ,!
Départ de Corse, sans trop de regrets

Sardaigne

Arrivée le 2 mai à midi à Porto Torres

Changement d'ambiance : gens plus joyeux, simples, pas énervés.

Premiers kms faciles en direction d'Alghero, une des 2 villes importantes de cette région avec Sassari.

Les paysages ont changé : agriculture céréalière, moutons, vigne.

Arrivée à Alghero ; je trouve un camping. Départ le lendemain direction Bosa.

Le temps est toujours aussi morose, et ça commence à me taper sur le moral.

Les reliefs ne sont plus les mêmes que la veille, mais ça va, je monte convenablement.

J'arrive tôt à Bosa, petite ville un peu tristounette avec un beau château ;  je monte la tente sur un terrain vague, avec l'extension pour le vélo que j'avais déjà montée à Propriano. Je suis assez fier de moi : je commence à être efficace.

Une fois fini je vois débouler 2 militaires qui logent dans la caserne qui jouxte mon terrain. Ils prétendent qu'il est militaire (en fait je saurai une heure plus tard qu'il n'en est rien) et qu'il faut que je décampe illico presto (je vais des progrès en italien) au risque qu'ils appellent les carabiniers, en se fendant d'un pathétique "the law is the law". God bless them.

Je trouve une petite auberge à 100 m de là. Je n'ai pas le temps de trouver un terrain ailleurs. Pas vraiment la joie : je suis tout seul.

Consolation : le petit déjeuner est très bon et hyper copieux.

Heureusement, car pour quitter Bosa je me tape mes premières côtes à 10% (je le saurai par des cyclistes qui ont des instruments de mesure).

Journée toujours dans la grisaille et dure pour les jambes. Les derniers kms vers Oristano sont plus faciles. La région est belle, avec de belles plages sablonneuses.

Petit camping à 7 kms d'Oristano, Conçu pour être abrité du soleil mais pas du vent.

Je suis invité par des motards du Var qui me réconcilient avec le monde des motards.

J'en ai vu en effet en hordes depuis le Sud de la France, uniquement là pour leur hobby et surtout pas pour les pauvres cyclistes errants.

Je suis invité à l'apéro,: 2 Jack Daniels plus tard tout va pour le mieux. Morphée me prend sans difficulté dans ses bras.

En pleine nuit je réveillé par des vents à 70 km / h.

Ça va souffler comme ça pendant la journée et la nuit suivantes. Pas impossible mais difficile et fatiguant de pédaler dans ces conditions.

Le dernier soir je vois arriver 3 cyclistes français. A ce moment-là je suis le seul campeur avec tente dans le camping. Tout le monde a décampé.

Petits échanges, sympas.

Le lendemain je prends la route direction Sud; le vent est toujours là, mais favorable.

Je roule à 25 kms / h; je fais une petite incursion dans l'arrière pays, qui rappelle la Crau, que j'ai vue quelques jours auparavant Mêmes paysages plats, marécageux, mêmes richesses animales et végétales. On s'y sent vraiment bien.

Je récupère la route provinciale et je tombe sur les 3 gaillards que j'avais vus la veille : Franck, Thomas et Anthony.

Quelques kms ensemble jusqu'à Guspini. Ils prennent ensuite la direction de Piscinas, l.'un des plus beaux spots de glisse d'Europe.

Je pars sur Iglesias, mais m'arrête chemin faisant à Fluminimaggiore, 20 kms avant Iglesias.

Petite ville sympa, avec des coins superbes à proximité. Je décide d'y passer la nuit et de rayonner dans la région le lendemain, avec mon vélo sans bagages. Le luxe. 

Je trouve un logement chez l'habitant : confort et prix (26 euros avec le petit déjeuner).

Balade à Portixeddu et Buggeru pour la 1ère fois sous un ciel bleu et sans vent depuis mon départ il y a plus d'un mois.

Ce pays est vraiment méconnu. Heureusement sans doute.





Porto Torres
La route d'Alghero, la campagne verdoyante et agricole
Alghero
Un pen sardin exilé (Pen sardin: surnom breton donné au douarneniste)
Entre Alghero (au fond) et Bosa
La région montagneuse vers Bosa
Un petit village avec de magnifiques fresques
Un coquelicot sauvage entre Bosa et Oristano
La montagne ... et la grisaille
Pique nique au bord de l'eau
A en faire pâlir d'envie les Johnies de Roscoff
Nous sommes vraiment dans le Sud, sans le ciel bleu
La Crau en Sardaigne
Franck, Anthony et Thomas, avant de se séparer
Portixeddu, et enfin le ciel bleu et pas de vent
Pique nique à Portixeddu
Un bistrot coloré à Fluminimaggiore
Et des fresques
Et d'autres fresques

Départ le lendemain pour Sant Antioco, une île au Sud Ouest de la Sardaigne.

Montée de 10 kms à la sortie de Fluminimaggiore. Un peu dur le matin, mais je prends le temps d'un détour de quelques kms pour visiter le temple punico-romain de Antias planté en pleine nature au milieu de nulle part : endroit serein, beau, apaisant.

Puis descente sur Iglesias également sur 10 kms, Je redécouvre le côté presque jouissif des longues descentes, avec les virages pris à la corde après avoir vérifié que personne n'arrive en face.

Iglesias est une très belle cité avec un centre historique. Pique-nique à l'heure de midi, au soleil sur une placette, puis départ vers Carbonia.

La veille j'ai fait l'acquisition de Komoot, une application de conception et de suivi d'itinéraire qui semble faire l'unanimité chez les vélo-randonneurs.

Ça ne m'empêche pas de me planter joyeusement en arrivant à Carbonia et de prendre un itinéraire qui me fait faire une dizaine de kms de plus. A retester le lendemain !

J'arrive à Sant Antioco, une île devenue presqu'île "grâce à" un pont qui la relie au continent.

L'île est en partie montagneuse, et il me faut gravir quelques côtes pour parvenir au seul camping de Sant Antioco situé à l'ouest de l'île. Impression de bout du monde !

Le lendemain départ pour Cagliari : distance de 95 kms que j'assure en un peu plus de 4h, largement aidé cette fois-ci par le vent, et Komoot, qui est sans doute un outil idéal pour éviter les agglomérations et leur circulation intense. Je revérifierai.

Le bord de route est jonché de déchets de toute sorte, du sac plastique jusqu'au canapé, la cuisinière ...
On a l'impression d'être revenu 50 ans en arrière.
Le Nord de la Sardaigne n'avait pas du tout le même aspect.

J'arrive à 15h30 et me balade dans cette ville de 150 000 habitants, ancienne capitale de la Sardaigne, chargée d'histoire et de vie portuaire.

Je trouve un BandB de très bonne facture, près du port. Je le partage avec un étudiant tchèque de 2 mètres, avec qui je prends le petit déjeuner le vendredi matin.

Pendant la journée je "glande" un peu avec mon vélo en faisant quelques ronds près de l'eau dans Cagliari, que je quitte à 19h30 pour Palerme en Sicile, prochaine étape.

Le Temple de Antias
Sur la route d'Iglesias
Iglesias
A l'approche de Sant Antioco
Sur la route de Cagliari
Cagliari Le Port
Cagliari une ruelle près du port propice à un café
7 commentaires

schoun29

salut Vincent, content de voir que ton voyage continue de bien se dérouler.Attendons de tes nouvelles.Pierrick.

  • il y a 3 ans

frisa41

Merci encore pour ce récit intéressant et les belles photos . Tout n'a pas été toujours très simple , apparemment, mais les moments de joie doivent sûrement effacer les moments difficiles . Bon courage pour la suite vers de nouvelles aventures . Bises . Annie .

  • il y a 3 ans

PatouBrest

Coucou Vincent,
C est cool de pouvoir suivre ton périple. Tes photos permettent de t imaginer dans ces paysages .. J espère que la meteo va s améliorer. Je t embrasse très fort,
Patou

  • il y a 3 ans

marylippe

Bonjour vincent,
on partage un peu tes moments avec tes belles photos et tes écrits. On vient de recevoir mathieu, un cycliste warmshowers, pour 1 nuit en pensant à toi. On peut t'héberger pour ton retour à Pentrez !!!
Bonne suite de balade.
Moi je pars mercredi pour la Mongolie !!! sans internet...
Amitiés
Phil et maryline

  • il y a 3 ans

Elicec91

Vincent, bravo, l'escapade est belle, courageuse et racontée à merveille ! Belle suite de rencontres et bel effort à toi
Bises Cécile de Montrouge ;-)

  • il y a 3 ans

Jeanpi

Week-end à Santec ... je suis avec bcp d’intérêt ton blog... continue à nous raconter ton voyage pour nous faire rêver . Bisous de nous deux .

  • il y a 3 ans

clairec

Hello mon cher Vincent, merci pour ces partages et de plus joliment illustrés ! gros bisous de nous 5 !

  • il y a 3 ans