Amritsar, une ville remplie d'inspirations

Publiée le 20/05/2018
Pour notre dernière étape indienne, nous avons choisi la ville d'Amritsar, au Pendjab, à quelques kilomètres de la frontière pakistanaise. Nous y avons partagé le quotidien de jeunes entrepreneurs inspirants qui dessinent l'Inde de demain.

Amritsar, la ville dorée

Avant toute chose, on ne peut vous parler d'Amritsar sans évoquer les joyaux qui la caractérisent.

Il y a d'abord le Temple d'Or. C'est le haut lieu du sikhisme, une autre des religions présentes en Inde. Comme son nom l'indique bien, il est recouvert d'or... ce qui le rend magique à la tombée de la nuit. Mais il est aussi et surtout connu pour sa cuisine commune qui distribue chaque jour entre 50 000 et 80 000 repas, gratuitement. Une armée de volontaires s'y active pour pétrir les chapatis (pains plats indiens), couper les oignons, servir le kheer (un riz au lait sucré) ou faire la vaisselle. Dans ce "restaurant hors normes", on est traité de la même façon que l'on soit intouchable, ministre ou millionaire... et c'est une expérience marquante que de voir s'activer toute cette belle organisation ! Ce lieu saint qui a résisté à la guerre civile offre également l'hospitalité aux voyageurs et pèlerins du monde entier ; une magnifique démonstration des valeurs de partage qui caractérisent la communauté Sikh.

À une vingtaine de kilomètres d'Amritsar, se trouve un autre lieu bien connu : la frontière avec le Pakistan. Si l'on reprend l'histoire des relations entre l'Inde et le Pakistan depuis la partition de 1947, on pourrait craindre de trouver là un concentré de méfiance voire d'animosité. Et pourtant... chaque jour à 17h, pour la fermeture de la frontière (matérialisée par un large portail), des milliers de visiteurs se rassemblent des 2 côtés pour une cérémonie aux allures de... match de football. Des speakers haranguent la foule, les drapeaux indiens flottent dans les gradins, de la musique bollywoodienne emplit les hauts-parleurs, des vendeurs de pop-corn se faufilent dans les espaces restants, et nous assistons à un défilé militaire acrobatique (le tout, toujours, de chaque côté de la frontière... avec une ambiance plus calme côté pakistanais, il faut l'avouer). La passion qui anime les spectateurs est palpable et déroutante : auraient-ils oublié le déchirement qu'a été la partition ? Ou est-ce au contraire l'expression consciente de l'ironie de la situation ? Ou bien, pour illustrer l'extrême ambivalence de l'Inde, peut-être les deux...

Le Temple d'Or à la tombée de la nuit
Ambiance de match à la frontière pakistanaise

Blé, riz, coton et canne à sucre

Le Pendjab est également l'expression d'un monde rural sans pareil. Dans cet état surnommé "le grenier de l'Inde", les mégalopoles survoltées laissent place aux villages pour permettre au cœur de l'Inde de battre pleinement.

Notre Hindi étant (très) limité, les échanges y sont non verbaux, mais d'une grande poésie. Un regard, un sourire, un peu de bouse séchée pour allumer un feu et chauffer l'eau du thé... après quoi nous sommes conduits dans la chambre commune pour être habillés des vêtements de la famille, aux couleurs de circonstance.

Une fois encore l'hospitalité indienne, presque proverbiale, est sincère... et bouleversante.

La mise en place du turban Sikh

Rishabh, créateur de City On Pedals

Résumer Amritsar par le Temple d'Or, cela ne nous a plus été possible après notre rencontre avec Rishabh.

Originaire d'Amritsar, il y est revenu après avoir vécu au Japon, et son ambition est claire : participer au développement de son pays en commençant par sa ville natale. Comment ? En organisant des visites guidées, à vélo, des joyaux cachés d'Amritsar : une subtile association d'éco-tourisme et d'écologie dans un pays où ces concepts sont encore très (très) novateurs.

Chapeau bas pour City on Pedals, à qui l'on souhaite un incroyable futur :)

Découverte gastronomique à vélo : la kulcha d'Amritsar !
Et la touche française : des vélos Decathlon !

Michelle, créatrice de Little Columbus

C'est avant tout pour venir à Little Columbus que nous sommes passés par Amritsar. Et notre séjour dans cette école "d'un nouveau genre" nous a charmés.

Originaire de République Tchèque et passionnée par l'Asie, Michelle a décidé il y a quelques années de s'installer à Amritsar aux côtés de Rishabh pour y fonder une école différente, qui suivrait le rythme de développement de l'enfant et l'aiderait à gagner en confiance, bousculant les habitudes du système éducatif local où ces priorités ne sont pas encore ancrées. Son incroyable aventure nous a laissés admiratifs, et nous avons eu la chance de contribuer à son projet en intervenant auprès de ses élèves pour les initier à la programmation et renforcer leur pratique de l'anglais.

À temps perdu, nous avons aussi pris nos pinceaux et nos pots de peinture pour embellir l'entrée de l'école... l'occasion pour nous de découvrir une nouvelle passion !

Coder avec des gobelets, c'est aussi possible !
Atelier créatif... de rue :)

Et maintenant...

C'est sur ces inoubliables rencontres que s'achève notre séjour en continent indien. Notre visa expire à nouveau, et nous rappelle que nous ne sommes malheureusement que de passage.

Comment résumer l'Inde, cet immense territoire sur lequel vit un humain sur six... ? C'est évidemment impossible et hasardeux. À nos yeux, l'Inde n'est pas un autre pays, c'est une autre galaxie... à laquelle échappe notre logique occidentale. Nehru lui-même décrivait son pays comme "un enchevêtrement incompréhensible de paradoxes reliés par des fils invisibles extrêmement solides". Cette terre sacrée est le théâtre d'une pauvreté extrême (800 millions de personnes y vivent avec moins d'un Euro par jour) et d'inégalités insoutenables qui donnent envie d'hurler, de pleurer, de fuir... Le capitalisme s'y exprime de la manière la plus abjecte qui soit, et l'omnipresence de la mort permet à elle seule de comprendre ce que les psychiatres nomment "syndrome de l'Inde". Mais ce sous-continent est aussi le berceau d'une éblouissante humanité. Il y règne un sens de l'entraide unique, une incomparable fraternité, une délicieuse atmosphère d'anarchie portée par d'inaltérables sourires, et une religiosité aussi festive que colorée. Elle est le témoignage de l'abysse séparant plaisir et bonheur, et réserve d'incroyables surprises à qui trouve la force de ne pas la juger ; à commencer par la découverte de soi-même...

Nous quittons ce pays qui nous a tant donné et tant appris, chargés d'émotion, de reconnaissance, d'humilité, et habités par le subjuguant rêve de Ghandi : "vivre tous simplement, pour que tous puissent simplement vivre"...

Après de nombreuses hésitations quand à la suite de notre aventure (les possibilités sont si grandes !), nous avons décidé de nous envoler pour la Grèce : ce sera donc le début d'un nouveau périple de 5 semaines au cœur de l'Europe des Balkans, qui nous ramènera petit à petit vers la France. Au programme : nos fidèles sacs à dos, des bus, Pristina, Podgorica, Sarajevo, Belgrade, Zagreb, Ljubljana, le nord italien... Notre retour est prévu aux alentours du 1er juillet (promis Mathilde sera à l'heure pour son rendez-vous avec les élèves des Vastres le 3 juillet à 12h !).

D'ici là nous continuerons de partager nos découvertes avec vous ; de nouveau, merci à tous d'être fidèles à nos récits et de voyager avec nous :) À bientôt en Europe ! 

5 commentaires

nadia

Comme à chaque fois, vous lire est un véritable régal. Merci d'avoir partagé avec nous cet incroyable voyage. La qualité de vos écrits, de vos photos nous rend nous aussi très humbles. Nous aurons beaucoup de plaisir à vous retrouver et à partager, j'en suis sûre, encore plein d'autres souvenirs avec vous.
A très bientôt.
Bises.
Nadia

  • il y a 1 an

Mamie

Coucou. J'ai suivi les étapes, J'ai aimé lire les récits, L'écriture et les expressions ont toujours été magnifiques et les photos sont de même; mais nous comptons les jours du retour. De gros bisous de nous trois

  • il y a 1 an

edwina

C'est passé tellement vite finalement cette année...Et pourtant vous avez eu le temps de voir tellement de choses... C'est fou.
Matrix!!! " les élèves des Vastres le 3 juillet à 12h !"(je pensais que tu allais participer au mouvement!!!.. Hum. =>J'arrête de gâcher la poésie de votre vie actuelle! ).En tout cas Tu vas faire rêver tes élèves en classe avec toutes tes belles histoires à raconter...
Bonne continuation!!!

  • il y a 1 an

alain05

Vos commentaires, vos émotions , vos partages et vos photos, nous ont permis de découvrir les multiples facettes de ce pays chargé d'une humanité peu commune. Nous avons hâte de vous retrouver, à bientôt,
Grosses bises de nous tous

  • il y a 1 an

Edna

Comme j’aime vous lire ❤️
Merci pour vos récits toujours aussi bien écrit ☺️
Bisous en espérant vous revoir à votre retour

  • il y a 1 an