Mindo, nature et réveillon improbable

Publiée le 03/01/2019
Entre nature, cascades, colibris et changement d'année loin de nos habitudes

Arrivée à Mindo

Après 2h de bus duquel nous avons pu voir les jolis paysages équatoriens et la mitad del mundo, nous voilà enfin à Mindo. Pour information, la mitad del mundo est un lieu touristique, scientifique et culturel qui se trouve en plein milieu de la ligne équatoriale, qui divise la planète en 2 hémisphères. J'en parle maintenant car je doute que l'on ait le temps d'y aller. 

Nous avons choisi d'aller à Mindo pour les cascades, la faune et la flore que semblait proposer cet endroit et d'y passer notre 31 ďécembre.  

Mindo est un petit village qui se trouve au milieu d'une forêt montagneuse, la rue principale est jalonnée de petits supermarchés et agences pour touristes proposant tyrolienne, cannyoning, tubing et autres activités sportives. Des tours pour nous montrer comment se fait le chocolat ou des sorties pour observer les oiseaux sont également proposés. La particularité de cette forêt est qu'elle est constamment surplombée par des nuages, raison pour laquelle elle est surnommée "cloudforest", ce qui signifie la forêt de nuage. 

Nous décidons de faire la seule chose non payante (croyons-nous) et en autonomie. Marcher du village aux cascades.  Nous voilå parties. J'avais compris en me renseignant sur internet, qu'il fallait marcher 7 km pr arriver aux cascades ou prendre un taxi pour 1$ qui vous y emmène directement. Nous avons décidé d'y aller à pied, pour 7 km, il ne faut pas abuser non plus, d'autant plus que ça nous permettrait de profiter de la nature. C'était sans compter la horde de touristes qui avait décidé d'y aller en voiture. Je vous avoue que mon côté écolo en a pris un coup de voir ce ballet de voitures tout au long du chemin. Sans compter les quelques déchets croisés sur la route....

Une fois arrivée en haut, nous avons dû prendre la tarabita pour aller voir les cascades. Il s'agit d'une nacelle métallique qui vous permet d'aller à l'autre bout de la forêt par les airs via un câble d'acier. Expérience sympathique. De l'autre côté, nous avons 1h30 pour voir les cascades car la dernière tarabita pour le retour est à 17h30 et il est déjà 16h. Balade agréable mais fatigante (d'autant plus que contrairement à la plupart nous avons déjà marché plus d'une heure et demie) oú nous avons finalement vu 3 cascades sur les 7. Moment paisible au milieu de la forêt avec les cascades en bruit de fond. 

Au retour nous décidons de revenir à pied, ce fut une bonne journée de marche oú nous avons fait 15,7 km et monté l'équivalent de 64 étages. 


Rue centrale de Mindo
Cascade

Ferme aux papillons et balades tranquilles

Aujourd'hui, nous hésitons à aller à la ferme aux papillons Mariposario qui propose de voir de plus près des colibris et des papillons. Suite aux conseils de français rencontrés la veille qui avaient trouvé ça "super" et aux critiques positives sur internet nous avons décidé d'y aller tout en ayant un petit doute sur le côté éthique. Effectivement, payer pour voir des insectes enfermés dans une serre, c'est un peu limite, tout dépend peut-être de la taille de la serre.

Une fois sur place, vous payez 7,5$ par personne pour rentrer dans une petite pièce oú on vous explique succinctement les étapes de la chenille aux papillons, puis vous entrez dans une serre remplie (bien trop petite) de papillons. Trop de papillons et d'humains pour si peu d'espace à mon sens. Il faut bien regarder par terre car il est possible d'en écraser par inadvertance. Le guide vous invite à mettre de la bouillie de banane sur vos doigts pour que le papillon vienne à vous. Il y a également un espace oú vous pouvez observer les étapes de la transformation de la chenille en papillon. Si vous êtes un ami des bêtes, je vous dirais de passer votre chemin car c'est endroit est plutôt triste et je pense qu'il n'y a rien de plus beau qu'un animal / insecte en liberté. Heureusement, à la fin nous accédons à un joli jardin où nous avons pu voir des colibris et des papillons en liberté.  C'était notre lot de consolation, on va dire! :) 

En sortant de là, nous nous sommes posées le long de la rivière et l'après-midi, nous avons marchė de l'autre côté de la ville, un peu moins touristique, c'était agréable de voir autre chose. 

On a fini par se payer un cocktail chacune à 18h pour le 31 en pensant très fort à nos compatriotes qui passaient de 2018 à 2019.




Un papillon en liberté
Colibri (regardez bien à droite de la photo!:)!)

Réveillon du nouvel an à Mindo

La coutume pour le réveillon en Equateur est de brûler des poupées fabriquées en papier maché qui représentent des proches ou personnages célèbres qui ont marqué l'année afin de  clôre cette dernière et lancer le commencement d'une nouvelle,  Il y aussi quelques hommes qui se déguisent en femme. 

Aujourd'hui tout le village se prépare à la soirée avec l'exhibition de certaines poupées, le montage d'un barnum et d'un podium. Le soir c'est ambiance fête du village avec animateur et sono pour danser. Ambiance vraiment sympa et loin de ce qu'on connait! À minuit, feu d'artifice de part et d'autres du village et il y a des feux de poupées un peu partout. Un groupe d'equatoriens vient nous parler et danser avec nous. Je ne comprends pas tout vu mon espagnol plus que médiocre mais Sandra se débrouille. Là, l'un deux me demande d'oú je viens, lorsque je lui dit France puis Nantes, il me dit qu'il travaille pas loin, Je crois à une blague mais non, il est né dans ce village et travaille en Vendée depuis quelques années. Le monde est petit. Nous finissons  par avoir une discussion passionnante autour des voyages, de la société et de ce qu'est devenu son village en 10/20 ans avec le tourisme. L'un d'eux nous propose de rester le lendemain mais nous avions déjà réservé notre hôtel au bord de la mer à une journée de route donc nous déclinons. En tout cas, ambiance et rencontres surprenantes pour ce nouvel an différent de ce que l'on connaît. Demain c'est départ pour Manta. 


Rue principale de Mindo lors du nouvel an
Feu de poupées en papier mâché, il y en avait au 4 coins de la rue
0 commentaire