Seoul

Publiée le 13/09/2016
Visite de la capitale dynamique Seoul avant le départ de Coline

Lundi 29 : Seoul, la capitale sans conteste

Après trente minutes de vol, nous atterrissons à Séoul ! Avec Coline nous logeons dans le quartier de Dongmyo, non loin des quartiers animés et touristiques. Cette immense ville compte de très nombreux immeubles comme on a pu voir à Daegu et Busan, mais en plus de ça on sent que Séoul est à la fois dynamique, moderne et traditionnelle. Des « portes » qui ont l’allure de temple, vieilles de plusieurs siècles, font face aux centres commerciaux. Pour la soirée, nous décidons de visiter le quartier de Dongdaemun, et nous arrivons sur le « plaza », à l’architecture très moderne tout proche d’un parc où nous voyons beaucoup de Coréens prendre une sieste tardive sur des sièges a priori confortable. La marche est illuminée par un champ de fleurs éclairées par des LED, c’est féerique, on se sent déjà loin de la ville.  En sortant du plaza, nous nous trouvons directement en face d’énormes buildings avec des écrans géants diffusant des spots publicitaires, de la lumière de toutes les couleurs à chaque niveau et de la musique à fond devant chaque magasin, je me crois à Times Square mais c’était bel et bien Séoul !

Dongdaemun plaza

Mardi 30 : palais, piment et baseball

Première journée entière à Seoul, journée chargée. Le matin nous nous rendons au palais de Deoksugung, qui se trouve au cœur de Séoul. Ce palais a la particularité de combiner architecture traditionnelle et architecture occidentale du XIXème siècle. En entrant dans le palais, il est saisissant de voir que derrière chaque bâtiment se trouve un gratte-ciel, c’est un contraste qui peut gêner certains mais pour ma part je trouve que c’est une sorte de preuve que nous sommes bien à Séoul et que les Coréens souhaitent avancer. Dans chaque bâtiment nous remarquons au plafond un dragon d’or, signe de la royauté. En sortant du palais, nous arrivons tout juste pour la relève de la garde, très protocolaire. La relève commence par l’arrivée d’une trentaine de personnes, toutes habillées avec des uniformes très colorés, les premiers portent un étendard, certains s’occupent des percussions et d’autres jouent une sorte de trompette traditionnelle. Nous pouvons dire qu’ils arrivent en fanfare. Une fois que tout le monde est arrivé, celui qui semble être le maître de la cérémonie salue tous les gardes et crie certains mots. Puis la fanfare repart. Alors que je pensais la relève de la garde terminée, la fanfare revient. Apparemment la cérémonie se fait plusieurs fois, et elle n’est pas totalement similaire. Cette fois-ci, un homme tape dans un énorme tambour qui résonnait sur toute la place pendant que les autres jouent de la trompette. A la fin de la cérémonie, nous pouvons prendre des photos avec les gardes (et j’en profite).
En sortant du palais nous nous retrouvons au Séoul Plaza, où il y a le « Love Hot festival » un festival dédié au piment ! Nous nous y aventurons et nous voyons des dizaines de stands qui vendent la même chose : des sacs de plus de 10 kg remplis de piments. Les visiteurs sont littéralement en train de se bousculer pour dégoter le meilleur piment au meilleur prix. A chaque stand il y a un sac ouvert pour que les festivaliers puissent voir la qualité, certains vendeurs recrutent même des mannequins pour attirer plus de clients. Faisant semblant d’être un connaisseur, je prends un des piments et à travers je peux facilement distinguer chaque graine. Plus loin, les stands proposent le piment sous toutes ses formes, en graine, en confiture, en thé, en soda ; et quelqu’un nous offre gentiment des cookies au piment. J’ai un peur au début, puis après quelques bouchées, c’est relevé comme il faut et j’en redemande encore.

L’après-midi, je vais à l’université pour ma pré-rentrée. J’aurai l’occasion d’en parler plus tard. Juste ma première impression : c’est immense !

Le soir nous allons faire quelque chose que je voulais absolument faire : aller voir un match de baseball ! Et c’est génial ! Nous retrouvons notre ami Jean-Jacques du côté des supporters locaux. Nous soutenons donc les Doosan Bears contre les Hanwha Eagles. Le gros point fort de cette soirée est sans conteste l’ambiance dans le stade. En effet, il y a une scène au milieu des tribunes sur lequel il y a un chauffeur de salles et des pompom girls. Pendant que l’équipe attaque, le chauffeur se met à souffler dans son sifflet, taper des mains et danser des chorégraphies avec les cheerleaders, et tous les supporters font de même. Ainsi chaque équipe a ses propres chansons et chorégraphies, bien que nous ne chantons pas en coréen, nous pouvons les suivre très facilement. Pendant que notre équipe défend il y a un vrai respect dans le stade. Nous laissons place aux adversaires faire leurs chansons. C’est très différent de l’Europe où nous avons l’habitude de huer. Ainsi pendant les trois heures de match, nous ne nous ennuyons pas une seconde. Je ne suis pas un grand connaisseur de baseball mais lorsque le match commence à être moins intéressant il y a toujours l’ambiance dans le stade ce qui permet de passer un bon moment. Et inutile de vous dire que c’est la folie lorsqu’il y a eu les deux homeruns.

Love Hot Festival

Mercredi 31 : le jardin secret sous la pluie

Pour cette journée pluvieuse nous commençons par visiter le palais de Changdeokgung, edifié au XVème siècle et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce palais fut détruit en 1590 lors d’une invasion japonaise et reconstruit pour devenir la résidence royale jusqu’à la fin du XIXème siècle. Ce palais tout aussi impressionnant que les autres, est celui dont je préfère car il y règne une atmosphère intime. Celui-ci contrairement aux autres, a des parties cachées où on peut imaginer la vie de la famille royale, en particulier le « Biwon ». Ce jardin secret était le lieu où se reposaient les souverains. Ouvert il y a peu au public, ce jardin est un véritable havre de paix au milieu de la ville. Il est composé d’un étang rempli de lotus et avec des édifices posés au bord du bassin.
Alors que la pluie s’intensifie, nous nous rendons au marché de Gwangjang pour déjeuner. Ce marché couvert a la particularité d’être rempli de stands/restaurants qui proposent des spécialités coréennes. Pour manger, il suffit de s’asseoir sur un banc en face d’un stand et de montrer ce dont on a besoin sur celui-ci. Nous avons commandons donc, des « rice cake » -sortes de grosses pâtes avec une sauce rouge au poisson et legumes-, des « gimbap » –rouleaux de riz avec plusieurs ingrédients à l’intérieur, façon maki-, des raviolis et des pattes de poulet ; le tout accompagné d’une petite soupe aux entrailles. A vrai dire nous prenons connaissance de ce que nous mangeons seulement pendant le repas, et ce n’est pas mauvais (mise à part la soupe, je l’admets). C’est très sympa de manger au milieu de l’allée du marché, cela nous a permis de goûter à la fois aux aliments et à l’ambiance, le tout pour seulement environ 6€ pour deux.

Pour l’après-midi, une petite virée shopping et retour à la maison car il pleut beaucoup trop. Nous avons des nouilles instantanées pour le dîner.

Les supermarchés

On peut trouver tous les 50m à Seoul (et dans les autres grandes villes) des supermarchés tels que 7-eleven, GS25 ou C&U. En plus d'être pratiques pour les petites courses, il est possible d'y manger pour pas cher. Pour cela il suffit d'acheter un plat préparé ou une boîte de nouilles instantanées, et le supermarché fournit le micro-onde et l'eau chaude.

Le Biwon
Le marché de Gwangjang

Jeudi 1er : entre tradition et modernité (la fameuse phrase pour toutes les grandes villes asiatiques)

Après un premier cours à l’université, nous nous rendons au palais de Gyeongbokgung (« un jour, un palais »), sans conteste le plus grand palais qu’on ait jamais visité. Pour accéder au palais principal, il faut accéder par plusieurs portes. A chaque porte franchie c’est « whouaou » qui résonne de plus en plus fort jusqu’au palais principal qui, évidemment, domine tous les autres bâtiments. Gyeongbokgung est un complexe de plusieurs bâtiments tous uniques, idéalement situé entre la montagne et la ville. Notre visite prend plusieurs heures et nous pouvons voir un temple au milieu d’un lac, le jardin qui donne sur la montagne, une bibliothèque avec des livres retraçant l’histoire coréenne, le musée du peuple coréen. Et en sortant à l’arrière du complexe, nous nous retrouvons en face de la résidence du président coréen, Mme Park Geun-Hye. Pendant toute la visite, nous pouvons voir des personnes habillées en hanbok, habit traditionnel coréen, très coloré et qui couvre tout le corps.

Pour l’après-midi, nous faisons une balade dans un « village » traditionnel, le Namsagol hanok, non loin du palais et en pleine ville. Ce qui interpelle en premier dans ce village est le calme qui y règne, nous sommes loin des buildings et de l’agitation en ville. Ici, les maisons sont en bois avec les toits traditionnels, les allées sont petites, les habitants restent dehors et des piments sont en train de sécher au soleil.

Pour la fin de journée nous décidons de monter le Mont Namsan, la colline qui se trouve au milieu de la ville. Avec nos expériences passées, nous pensons que cela nous prendra un certain temps, car nous privilégions de le faire à pied plutôt qu’en téléphérique. Nous prenons notre temps et suivons la muraille qui autrefois protégeait la ville et nous mène jusqu’en haut. Après 30-40 min d’escaliers, nous y arrivons, plus tôt que prévu. Tout en haut se trouve la N Seoul Tower, haute de 240m (et culminant à 480m au-dessus du niveau de la mer, du fait d’être en haut du mont Namsan). Au pied de cette tour il y a de nombreux cadenas d’amour, comme on pourait le voir sur le pont des Arts à Paris. C’est un lieu privilégié des amoureux car la ville s’offre à eux. Nous nous grimpons tout en haut de la tour avec pop-corn et bières (ça fait partie de la formule) et nous avons une vue de Seoul sur 360°, c’est incroyable. C’est tout simplement impressionnant ! Au nord nous pouvons difficilement reconnaître les temples que nous avons visités en début de semaine, à l’est le parc olympique et le stade de baseball semblent ridicules, à l’ouest et au sud il y a des buildings à perte de vue. Je n’arrive toujours pas à me rendre compte à quel point cette ville est immense.  Nous sommes arrivés à la bonne heure pour le coucher de soleil, et nous pouvons voir la nuit tomber sur la ville, et Seoul s’illumina. La ville est encore plus impressionnante la nuit, les enseignes s’allument, les avenues sont bondées de voitures et un nuage de lumière se dégage au-dessus. Une vue sur une gigantesque ville avant que Coline ne rentre dans son petit village qu’est Paris.

 

La qualité de l'air

La N Seoul Tower fait office d'indicateur de qualité de l'air. Illuminée en bleue signifie qu'il est bon de sortir, illuminée en rouge signifie qu'il est déconseillé de faire quelconque activité dehors à cause de la pollution de l'air. Les métropoles asiatiques sont particulièrement polluées, et Séoul ne déroge pas à la règle. Cependant depuis quelques temps l'air s'améliore et de nombreuses opérations sont menées par le gouvernement pour continuer dans cette voie.

Le palais de Gyeongbokgung
Un bâtiment de Gyeongbokgung

Quelques photos en plus

Une maison au hanok
La N Seoul Tower
En montant au mont Namsan
La vue du haut de la tour
Je vois que tout va bien à Paris
A la tombée de la nuit
Un sacré piment au Love Hot Festival
Doosan en défense
L'entrée de Deoksugung à côté des buildings
Tambour utilisé lors de la relève de la garde
Un bâtiment dans le complexe de Changdeokgung
Changdeokgung sous la pluie
Une autre partie du Biwon
Notre repas au marché de Gwangjang
Pause repas dans le hanok
1 commentaire

Timothée

TimEtCam

Belle étape ! Je savais pas que le baseball était aussi populaire en Corée !

  • il y a 4 ans