L’abondance

Publiée le 29/02/2020
Ancienne capitale de Taïwan, Tainan est une ville bondée qu’on apprend à apprécier quand on file dans ses petites allées. Culturellement attrayante, elle offre tout en abondance: les temples, les mets, les échoppes, les véhicules, les fleurs.

Pas besoin d’aller bien loin pour visiter les temples extravagants de Tainan. Il y en a pratiquement un à chaque coin de rue. On y entre par la porte du dragon et on en ressort par celle du tigre.. Les croyants y secouent des bâtons d’encens, déposent des offrandes et lancent par terre des quartiers de pomme en bois pour la chance. Il arrive qu’un célébrant fasse des incantations en fouettant par terre.

À notre étonnement, nous pouvons visiter ces temples sans aucune gêne, les croyants ne se formalisant pas des passants et des curieux. Tous cohabitent dans cet espace de prière, de recueillement et de bavardage. On est plus proche du perron de l´église que de son enceinte silencieuse et sacralisée. Il appartient à chacun d’y trouver son espace sacré et d’y pratiquer - ou non - ses rites.

Nous nous sommes promenés dans le beau jardin du temple de Confucius, appréciant l’ombre et la nature de ce célèbre lieu de culte et d’apprentissage.

Chers lecteurs, veuillez excuser notre passion immodérée pour les fleurs fascinantes que nous croisons au petit bonheur la chance. Les ruelles taïwanaises sont des musées floraux, qui mettent aussi en valeur fresques, tags et installations artistiques.

D’ailleurs, si vous vous demandez comment vont les devoirs et les leçons (coucou Mme Julie), sachez que les gares nous servent généralement de classe. Mais le voyage est si riche en découvertes que les apprentissages débordent largement le programme éducatif québécois :) 

D’ailleurs, il faut rendre hommage à Adèle, qui est une voyageuse exceptionnelle et une compagne de route épatante. Son esprit fin et son ouverture sont ici grandement utiles. Elle ne recule pas devant le mandarin et perfectionne son anglais (hello Miss Vicky).

Tainan est réputée pour sa gastronomie, mais elle demande un peu trop d’esprit d’aventure à notre goût. Philippe a quand même testé les grignotines de poisson séché qu’il trimbalait depuis Hualien, décrétant après trois bouchées que l’horreur tient dans un petit sac.

Il reste que notre souper dans un resto de quartier, rythmé par le cliquetis des baguettes, demeure un précieux souvenir de notre téméraire intégration au comptoir des habitués.

Nous garderons de Tainan le souvenir d’une ville pétaradante, chaude, foisonnante, qui a su nourrir notre curiosité et notre appétit pour la culture. Nous semblons l’avoir à peine effleurée, tellement elle a beaucoup à offrir. 

3 commentaires

Coquine

Quelles richesses d'apprentissage!

  • il y a 2 ans

Padi

On dirait que tout déborde depuis des siècles.

  • il y a 2 ans
Andrée

andreepilonquiviger

Qui pourrait se fatiguer des fleurs?

  • il y a 2 ans