Là où même notre ombre a chaud

Publiée le 13/03/2020
Malacca est notre première incursion en Malaisie. Cette ville qui s’est affranchie des occupations portuguaise, hollandaise, britannique et japonaise sait conquérir les visiteurs qui ont le courage d’affronter sa chaleur.

C’est avec plaisir que nous renouons avec la douce litanie du muezzin, puisque la Malaisie est un pays officiellement musulman. Mais la cohabitation des confessions religieuses, tout comme celles des cultures chinoise, indienne, tamoule et peranakane, est fascinante. Dans une même rue s’alignent un lieu de culte hindou, un temple chinois bouddhiste et une mosquée.

Bouddha, Ganesh et Allah semblent très bien s'accommoder de ce voisinage !

Histoire de faire bonne figure dans cette ville où les repères culturels se confondent, nous avons offert dans les restos le spectacle de trois Occidentaux mangeant des mets malais et indiens avec nos baguettes chinoises. C’est une de nos stratégies anti-COVID 19, mais cette appropriation culturelle à des fins sanitaires est immanquablement source de curiosité et d’amusement. Notre serveur indien est même resté à nos côtés pour nous observer manger nos naans avec des baguettes taïwanaises ...

D’ailleurs, on mange bien à Malacca. Il fallait bien qu’on goûte enfin le fameux durian, ce fruit très populaire à l’apparence épineuse et dont l’odeur est si rebutante qu’il est banni des transports publics et de certains lieux. Pour nous y initier, nous avons opté pour des crêpes garnies à la costarde de durian. Notre verdict ? Un goût d'échalote, de pétrole et d’oeufs pourris. On a encore du chemin à faire pour l’apprécier.

Si le charme décati de cette ville coloniale nous a beaucoup plu, il faut dire qu’on ne l’a pas visitée à sa pleine mesure en raison de la chaleur accablante qui y règne.

À 44 degrés, on marche lentement, on dégouline, on rase les murs et... on se baigne dans une eau si chaude qu’elle ne rafraichît pratiquement pas. Mais on ne se plaint pas...

Sachant que la peur du Coronavirus s’est maintenant emparée de l’Amérique, on tient à vous rassurer. Nous sommes en bonne santé, toujours aussi prudents et vigilants, devenus des athlètes du lavage de mains, on fuit les foules, la toux et les éternuements, et on évalue quotidiennement la situation, aménageant notre voyage en fonction de la situation.  En somme, on va bien ! En espérant que ce soit pareil pour vous !

1 commentaire

Coquine

Merci de nous rassurer , nous étions avec Padi et Mamili et suivions votre séjour!
Félicitations à toi Geneviève pour la qualité de tes narrations, c'est comme si nous y étions! Prenez soin de vous trois! (Geneviève ta thèse doit être interessante et enrichissante à lire)

  • il y a 1 an