Les paysages du Connemara

Publiée le 24/08/2016
Ce billet ne fera aucune référence à Michel Sardou, à l’exception de cette référence à Michel Sardou.

Visiter le Connemara depuis Galway

Si nous avons bien appris une chose depuis que nous sommes en Irlande, c’est qu’il faut être au taquet. La météo annonce du beau temps pour le lendemain ? Vite, il faut préparer un plan A (louer une voiture et faire du tourisme) ou un plan B (journée lessive), voire un plan C (rester à la maison en maudissant le service météo qui n’avait pas vu arriver la pluie).

On nous annonce deux jours de beau temps et de forte chaleur (24 degrés !!!), nous courrons donc louer une automobile et nous préparons frénétiquement un itinéraire dans le Connemara.

Le Connemara commence à 30 minutes de route de Galway et il est très facile de visiter la région en plusieurs jours en gardant un point de chute dans la capitale du comté.

Nous sentant peu créatifs, nous décidons de suivre les itinéraires proposés par le Guide vert (le trajet vert et violet le premier jour, le trajet rouge le second jour, ça vous fait une belle jambe hein, de rien c’est cadeau).

Le Connemara, c’est beau

Le Connemara, c’est des lacs, des collines désertiques, des tourbières immenses, des enclos à moutons, des moutons sur les routes, des étendues sauvages et désertes, des plages aux eaux turquoises, un pays qu’on sent loin du monde... Une photo valant mille mots, on vous en met plusieurs.

Un lac du Connemara
Un autre lac du Connemara

Nous avons pu profiter à fond de ces deux jours de beau temps incroyable.

Premier jour : nous suivons les conseils d’un guide irlandais rencontré par hasard en ville la veille. Direction Oughterard, petite ville à une demi-heure de Galway et porte d’entrée du Connemara (et accessoirement capitale européenne de la truite sauvage). De là, nous prenons une petite route qui aboutit au bord du Lough Corrib. La route carrossable s’interrompt et on atterrit directement sur la Western Way, un chemin de randonnée de plusieurs centaines de kilomètres. Le guide nous avait conseillé de suivre le chemin le long du lac jusqu’aux tourbières.

Ce que nous faisons.  Le lac est immense, bordé de collines, d’un calme absolu. Nous entrons ensuite dans la tourbière, immense prairie saturée d’eau où nous nous enfonçons parfois jusqu’aux chevilles. Heureusement, après quelques centaines de mètres et au détour d’une petite rivière, nous arrivons à un chemin en bois aménagé qui nous permet d’avancer tranquillement dans une forêt de conifères. On se retrouve seuls au monde sous un soleil éclatant, avec pour nous accompagner les cris bizarres des moutons. Nous faisons demi-tour au bout d’une heure environ pour avoir le temps de poursuivre notre route. Le reste de la journée sera consacré à la visite du sud de la région, avec un retour assez épique par la Bog Road (route des tourbières), très cahoteuse et où les moutons se sentent comme chez eux.

Le deuxième jour, nous parcourons le nord et l’ouest du Connemara, avec de très beaux points de vue sur l’Atlantique. Le massif montagneux des Twelve Bens nous accompagne une grande partie du chemin pour nous offrir de beaux panoramas. Petit arrêt au Parc national du Connemara, dont le principal (et seul) mérite est d’offrir des chemins de randonnée bien balisés et aménagés, destinés de toute évidence aux familles. Malheureusement pas grand intérêt pour nous, surtout au vu de la fréquentation. Les paysages ne sont pas les plus époustouflants qu’on ait pu voir ailleurs...

Ah là, c’est l’Atlantique (point de vue de la Sky Road)

Le Connemara en vidéo

Le Connemara, ça se partage ! Voici une petite vidéo qui, nous l’espérons, vous donnera une idée de la beauté du lieu.

Ces deux jours dans les grands espaces ont été pour nous un interlude bienvenu... 

2 commentaires

François

RonronEtYoyo

La capitale du conté c'est pas dans le Jura ?

  • il y a 3 ans
François

RonronEtYoyo

Franchement, cette terre brûlée au vent, toutes ces landes de pierre, autour des lacs, c'est pour les vivants un d'enfer, quand même, le Connemara.

  • il y a 3 ans