Buenos Aires et le retour en France

Publiée le 03/02/2018
Nous finissons le périple en passant par Rosario puis la capitale Buenos Aires. Enfin fini le bus et les hotels/auberges tous les 4 jours, retour dans le froid de la Vendée au coin du feu.

Nous voila encore sur la route pour nos 2 dernières étapes et Rosario sera la 1ère!  La ville est plutôt jolie, un grand parc avec une superbe roseraie, une longue balade le long du fleuve de belles rues piétonnes, mais le tout se rapproche beaucoup de Cordoba. Avec les fortes chaleurs locales, on s'est pris une journée pour aller en bateau sur une des îles pour profiter de la baignade. Bon l'eau n'est pas aussi claire qu'en Colombie mais on s'en contentera!

La place principale
Moment national au drapeau
En route pour la plage

On ne s'attarde pas trop dans Rosario pour garder du temps à Buenos Aires. On enchaîne alors nos 4 dernières heures de bus (bien contents d'en avoir fini avec ça !!). Là, on se retrouve au milieu d'une capitale européenne. Au début des années 1900, la ville a été reconstruite en se basant sur Paris, référence en terme de modernité et prospérité à l'époque. 

Nous avons visité les quartiers les plus intéressants ainsi que le centre historique. Tout d'abord, le quartier de Palermo, très étendu avec beaucoup de zones vertes (le zoo, le jardin botanique, le bois de Palermo, ...) le long du Rio Plata (rivière d'argent). Avec le quartier Recoleta, ce sont les coins bobos branchés de la ville, très sympas avec des bâtiments très beaux. 

On peut voir la ressemblance avec l’europe
Au jardin botanique
En balade dans le quartier de la Recoleta
Le Congrès

On est ensuite parti visiter le quartier de Maradona et de la naissance du Tango, la Boca plus au sud. Les maisons y sont très colorées, les terrasses sont de sorties et les couples dansent dans la rue. C'est là qu’on ressent vraiment la passion du foot des argentins, avec le stade de Boca Juniors, l'un des plus connu du pays où Maradona joua l'année avant d'aller au FC Barcelone.

Quartier de la Boca
Très animé sous le soleil de plomb !
Des restos grill qui proposent des kilos de viande

Juste à coté, on trouve le cimetière le plus connu de la ville, l'équivalent du Père-Lachaise où l'on retrouve toutes les personnes qui ont permis à la ville de prospérer depuis les années 1900. On se croirait dans une ville, de larges allées portant des noms comme des rues, des mausolées immenses, on pourrait s'y perdre !!

Tous le monde ne peut pas y être enterré, seulement les personnes haut placées..

Le cimetière

On est ensuite aller dans l'extra centre, autour de la place principale et du palais présidentiel (la Casa Rosada, la maison rose). Pas loin on y visite la maison historique de la révolution de Mai où l'on apprend toute l'histoire de l'indépendance de l'Espagne. Ne nous en voulez mais l'histoire est trop complexe et notre envie d'écrire est effacée par notre envie de retrouver la France... 

La maison rose présidentielle et la place en rénovation

Cela n'empêche que Buenos Aires est une super ville avec 1000 choses à faire. Avant de repartir, notre escale à Barcelone de 10h nous a permis de visiter un peu le centre historique, de se dégourdir de nos 12h de vol. Petit passage entre la Rambla et la Sagrada Familia et nous voila parti pour Nantes, le froid, notre lit et la belle famille. 

En route pour Barcelone !!
La Sagrada Familia...toujours pas finie
Leur Arc de Triomphe, forcément moins beau que le nôtre :)
Une des maisons d’Antoni Gaudí

En tout cas, merci de nous avoir suivi, que vous soyez de la famille ou des amis, ca a été un plaisir de lire vos commentaires, on en a bien rigolé !!

J'espère que cela vous a fait rêver et que vous avez pris du plaisir à nous lire. On se revoit  bientôt ou très bientôt pour certains, gros bisous à tous et à plus sur les routes !!


Les stats de fin de fin voyage : 10 805km de bus = 210h de bus + 1183km de marche sur les 5 mois.

De retour sur le sol français !!

L'envers du décor

Petite appartée avant la fin pour vous parlez de l'envers du décor. C'est sûr, on en a vu des belles choses, mais également des moins belles qui vous remettent les pieds sur terre. On a traversé certains des pays les plus pauvres d'Amérique et certains villages vus en bus font peur à voir. On a croisé beaucoup de personnes de plus de 70ans en train de travailler dans les rues, que ce soit en vendant à la sauvette ou en nettoyant les rues. Les enfants sont également envoyés vendre des babioles (mouchoirs, briquets, friandises, ...) cirer des chaussures ou bien demander de l'argent. Le plus flagrant étant en Bolivie où un grand nombre mendiait dans la rue.

Également concernant la pollution, les gens n'ont aucune conscience de l'impact des déchets jetés dans la nature. Que ce soit par la fenêtre de la voiture, dans les rues des villes ou dans les talus des villages, des tas importants s'accumulent et personnes ne s'en préoccupe (en même temps se n'est pas la préoccupation principale du gouvernement..).


En plus de ça, le tourisme de masse s'impose de plus en plus sur la majorité des sites que nous avons visité, malgré le fait de limiter les entrées par jour (comme au Machu Picchu). Du coup, la beauté des paysages est tout de suite moins sympa, même lors de certains treks au Pérou où l'on se suit en file indienne pour arriver au sommet...

Une seule chose à faire, voyager avant que le monde le fasse avant nous (plutôt sympa comme excuse pour repartir :) )

0 commentaire