PUYUHUAPI

Publiée le 06/12/2023
Trajet de Coyhaique à Puyuhuapi

Quelques heures de bus...

Nous devons libérer notre logement à 11 h et notre bus n'est qu'à 15 h. Nous décidons de descendre tranquillement la rue Barroso jusqu'au centre, de nous installer dans un café, puis de repartir pour prendre le bus. C'est sans compter sur notre hôte, qui insiste pour nous déposer où l’on veut. Nous trouvons, au centre, un restaurant sympathique, avec wifi, c'est parfait. Aurore opte pour une parrillada d'agneau et se retrouve avec 7 beaux morceaux ! Je reste sage avec une soupe de légumes et poulet, un peu trop grasse, hélas.

Nous avons réservé nos billets Coyhaique/Puyuhuapi pour un trajet de 4 h 30, avec des sièges “cama ejecutivo”, que nous avons naïvement traduit par siège couchette premium. Quand on voit arriver le bus Interlagos, on déchante : c'est un vieux car à un seul niveau, sans toilettes, avec des sièges étroits légèrement inclinables ! 

Bon, heureusement, le paysage est toujours aussi enchanteur, et il y a pause toutes les 2 h dans un café, qui fait office de gare routière et nous permet d'aller aux toilettes pour 500 pesos. On en profite aussi pour faire quelques photos autrement qu'en roulant…

La Carretera est asphaltée là aussi, avec parfois des portions en graviers ou roses !

Sommets enneigés
Ainsi va la carretera australe
Café arrêt de bus
Des maisons de bois et de tôle

Arrivée à Puyuhuapi

Le paysage change régulièrement, tout comme le temps !

Je finis par m’endormir et suis surprise d'entendre Aurore me dire qu'on est arrivées. Il pleut des cordes, Maps.me ne trouve pas l'adresse et Aurore a bien de mal à comprendre les explications de Carmen*, notre hôtesse du jour. Celle-ci décide de venir nous chercher. On attend, on scrute les voitures qui arrivent, puis finissons par apercevoir une dame sous un parapluie qui se dirige vers nous. C'est elle ! Nous la suivons, elle s'arrête régulièrement pour converser avec nous, toujours sous la pluie. La route, qui devient chemin, nous paraît longue… en réalité, c'est environ 600 m. 

Notre maison du jour est en bois, spacieuse et chauffée par une cuisinière à bois comme dans notre jeunesse. Il fait bon, mais Carmen ne reviendra la rallumer que demain à 8 h. Un peu tard pour les lève-tôt que nous sommes, mais nous remettons du bois avant d'aller dormir et le lendemain matin, la température est tout à fait supportable.


* Cabaña Carmencita, avec deux chambres, salle de bain, cuisine, salle à manger et une Carmen très serviable. 90 000 CLP pour deux. 

En passant sur le pont qui mène à la cabana Carmencita
Bref aperçu du fjord derrière la place du village
0 commentaire