En Moldavie ça pulse

Publiée le 21/08/2021
Assez imprévisible cette étape. Deux jours de musique non stop, de performances et de farniente. A 20km de la capitale. Festival en forêt Moldave dans des conditions assez spartiates. Que de belles rencontres. Les forces vivantes de la culture en Moldavie

A Chisinau trouver le lieu du festival.

A la sortie du bus les sacs semblent encore  plus lourds lorsqu'il fait chaud. Le premier contact est déprimant :des hommes au visage burine et fatigué  restent mutiques et me lancent un regard presque haineux. Ils n'aiment visiblement ni les femmes, ni les étrangers. Je cumule. Une dame compatira et me donnera la bonne information après avoir, du regard, sollicité l'autorisation de son mari. Je dois rejoindre la gare routière centrale. C'est de là que partent toutes les "marchrouka" qui deservent les villages (minibus heritage soviétique) 

Marchroutka bondée pour aller au centre ville
Minibus bondé pour sortir du Centre
Un village en Moldavie
De l'eau avant d'attaquer la côte

Enfin j'ai trouvé

C'était dur mais faisable. C'est à ce moment que j'ai compris : la guerre était déclarée avec les moustiques. J'y étais vaguement préparée. L'espace d'un instant après avoir atteint "l'asphalte" comme on dit en russe, j'ai cru que je n'étais pas au bon endroit... et puis Feodor est arrivé avec son camion, il m'a calée à côté  de Nata et là, c'était le début d'une histoire blabla bla... 

A travers la foret
Deuxième rencontre Valeria

Valeria, ( debout a droite, sur la photo) , m'invite à rejoindre le staff pour les derniers préparatifs, surtout ranger pour donner un petit air propre(me demander ça à moi !) mais  avant  tout monter ma tente là ou je veux. L'emplacement choisi, je me lance et puis je suis arrêtée dans mon élan par un nuage de moustiques. Il faut s''équiper, ne pas laisser un centimètre de peau à ces buveurs de sang. Gants, foulard, lunettes, masque (qui trouve enfin sa véritable utilité). A ce propos, j' ai compris que je n'étais pas tout à fait dans un espace de liberté lorsqu Valeria m'a invectivee "Nicole, tu quittes ce masque, ici on n'aime pas ça, tu prends tes foulards et tu te donnes un style avec ça". Je ne suis pas sûre d'avoir trouvé le style. En tout cas j'ai rajeuni avec une irruption d'acné. 

Ma tente, pas trop près, pas trop loin
Pour Lison. L'épisode douche. une aventure peu banale
Il faut se mettre à la vaisselle
Préparer à manger pour les benevoles
Que la fête commence
Performance dansée en même temps.
Les gars du Bar de la piste techno
Dans la journée
L'atelier fesses en l'air
L'atelier Yoga
L'atelier récupération
L'espace arts plastiques
J'ai aimé le travail du photographe

Quelques peintures

Est-ce dans l'air du temps en Moldavie.? C'est à creuser. Je n'ai pas vu de galeries de peinture à Chisinau, j'ai l'impression que tout se passe par internet. La Moldavie est très connectée. Dans les cafés plus de carte, mais des flashcode et des smartphones. Misère 😭

Surréalisme et poésie
Deconstruction du corps (dadaiste ?)
"la dame à la piscine " Cubiste ? Dadaiste ou naïf ?
Et puis celle là ne pouvait pas me laisser indifferente
Nata et Horia

Ils espèrent dans les nouvelles technologies. Un "exosquelette" 80000 euros. Horia est convaincu que les prix vont baisser. En attendant il faut vivre en Moldavie, avec 50 euros d' aide sociale et un accompagnement médical minimal. Ils se sont installés à la campagne, c'est plus facile. La petite peinture que j'ai achetée "mettra un peu d'eau sous la quille" comme dit quelqu'un que je connais bien, sauf que là, la quille est enlisée dans le sable. Mais enfin avec le réchauffement climatique, la mer monte. 

La peinture de Nata
Une histoire de conversation entre un homme et un mouton

Il va falloir partir...

Démonter la tente, , dégonfler le matelas, remettre le duvet dans sa poche et refaire le sac. Les lanceurs d'alerte qui se sont mis sur l'affaire ont été entendus:. Une voiture m'attend. Je ne repartirai pas par le bois, mais dans une automobile qui me déposera au pied de mon hôtel ( l'auberge de jeunesse  est perchée au dernier étage d'une tour). L'hôtel City Center est à 160 lei la nuit, c'est à dire 8 euros). Tout le confort moderne pour me récurer et laver mes quelques hardes (la machine à laver est gratuite et la poudre fournie !) 

Dire au revoir à Marina
Dire au revoir à Valeria (2)
Dire au revoir à Andric
et partir
3 commentaires

sa211271

Quel bonheur de partager ce voyage et tous ces moments précieux de riches rencontres 🙏 on t'accompagne par la pensée et tu restes présente dans nos cœurs 🍀😘 Sand et Gégé

  • il y a 4 mois

Agathe

Un programme comme tu les aime. On pense bien à toi merci de nous faire voyager avec toi. bisous Maman.

  • il y a 4 mois

lesgravier

Grace à Christiane je découvre à l'instant !!! cette nouvelle AVENTURE et je me réjouis pour toi ! Evelyne.

  • il y a 3 mois