Un bateau blanc sur la mer noire

Publiée le 03/09/2021
Je suis sur le bateau. Vous assisterez au départ mais sans doute pas plus. Une fois partis, je devrais être coupée du monde. Mais le départ en soi est déjà toute une aventure

Ils m'ont renvoyée au cabanon
C'était Samuel
Nous avons franchi ensemble les étapes du parcours du combattant

Là où l'affaire devient compliquée

2 anges gardiens nous ont pris sous leur aile, le jeune responsable de l'embarquement sur le Ferry, nous a détachés  du groupe et pris en charge jusqu'au bateau. Dans les escaliers- échelles il allégeait le sac derrière moi. Classe🤗 A la réception sur le bateau une "dama" m'a mise sur le flanc après avoir consulté mon test PCR. Le bateau allait avoir beaucoup de retard et mon délai était trop court. Les Géorgiens contrôlent tout à la minute près. Si on n'est pas dans les clous retour à la case départ. Ça commence à bien faire...

J'ai enfin compris le deal : soit je prenais le risque de dépasser les temps et je revenais par le même bateau, soit je refaisait un test PCR demain sur le bateau pour 25 euros. Je n'avais pas compris le deuxième volet et elle s'arrachait les cheveux à l'idée que j'allais payer 100 euros pour le voyage de retour. Lorsque mes neurones se sont remis en place. Le stress devait les  avoir quelque peu brassées j'ai évidemment pris l'option 2.. Je n'avais pas les euros. Samuel m'a tout de suite proposé de  payer. Je lui ai donné des grivni, il n'en n'avait pas. On a commencé à faire pot commun c'etait bon signe. 

L'affaire s'est finalement conclue
Le voyage s'annonce bien
Tout le confort moderne
Ça y est c'est parti 8 h plus tard
Vaxtang

Aujourd'hui 5 septembre je suis arrivée dans le Caucase, À Tbilissi en Géorgie exactement. Une fabuleuse traversée. Avec Samuel nous sommes tombes d'accord, nous aurions bien fait un ou deux jours de plus sur le Vilnius. Flash back

Le soleil s'est levé

Ce doit être affreux pour les cochons.

Lorsque nous sommes passés au milieu des camions en repartant c'était irrespirable. J'espère que mes montons ne sont pas venus en bateau et puis c'était en mars, il ne faisait pas une température de 30 degré. Je ne mangeais déjà plus de cochon, je persiste et je signe. Non je ne me suis pas encore convertie à l'islam. 

La Crimee
La cuisine ukrainienne, un delice
Le déjeuner

Après le petit déjeuner nous avons passé la matinée accoudés au bastingage, éblouis par le soleil, à regarder la Crimee s'éloigner et  les dauphins faire leurs clowneries. . J'ai raconté à Samuel l'histoire de Chamil et de l'enlèvement des princesses russes dans leur palais d'été en  Géorgie... et puis d'autres encore. Il adore les histoires, moi aussi. 

Et puis, il y a eu le dessin et la musique
Un peu bricolé comme toujours
Un petit bonus
Et puis il y a eu les couloirs
Et puis la lecture
Je n'ai pas le temps de lire
Les hommes boivent, boivent et mangent

Vaxtanvg n'a rien bu. Il a travaillé avec ses cochons depuis 6h du matin. Il est las et fatigué, ce n'est plus le même. Lorsque je l'interroge il me dit que tout va bien, que les cochons vont bien. En tous cas on ne les entend pas. Je suis un peu inquiète pour le concert du soir. La guitare classique ? Je ne suis pas sûre que c:est ce qui soit attendu. J'ai un peu peur pour la très belle guitare. 

Là mère et l' enfant
Une partie de bras de fer
Le concert
Terre!

L'arnaque des tests

Le test PCR de 72h que j'avais fait à Odessa était valable jusqu'à 13h le jour de l'arrivée. A 8h du matin, il ne restait qu'une heure de navigation. Nous avions passé la journée d'hier à attendre le test PCR maison (vous vous souvenez qu'on nous avait bassine pour nous expliquer que nous risquions d'avoir passé le délai à l'arrivée et qu'il avait fallu payer pour en avoir un autre, sinon retour à la case départ). Le test nous ne l'avons jamais eu. Par contre un document paraphé par le ministère de la santé Ukrainienne en bonne  et due forme attestant que nous avions eu le test. Un vrai faux en quelque sorte.. Ce document exceptionnel n'a coûte que 25 euros à tous les passagers.

BATOUMI

Si je ne m'étais pas trompée sur la date de mon départ en commandant mon billet pour le 3 septembre au lieu du 28 août, je n'aurais jamais rencontré Samuel. 

3 commentaires

Maurice

Putain comme c"est bon de voyager .... dans mon canapé. Tous les jours un imprévu.

  • il y a 3 mois
nicole

Rainette

Et ce n'est pas fini ! En fait ce n'est que le début de l'histoire, parce qu'en fait, ce que j'aime c'est raconter des histoires,mais des histoires vraies, alors il faut aller les chercher dans le vrai monde bise

  • il y a 3 mois

jurassic

La suite! La suite! Frérot

  • il y a 3 mois