Santa Maria Nebaj

Publiée le 29/03/2022
54'000 habitants - 1'910 m d'altitude

J1 : Profiter des environs

Après avoir quitté Chajul, nous cherchons où nous loger à Nebaj et grâce à maps.me nous trouvons Popi's qui est juste à côté du centre pour moins de 10€ la nuit. L'auberge est tenue par un couple avec deux enfants et ils possèdent un restau au rez-de-chaussée. Ils nous donnent quelques conseils pour acheter des vêtements traditionnels au marché qui a lieu aujourd'hui et nous prêtent un livre sur les randonnées à faire aux alentours. On décide donc de commencer par un tour au marché. Nous demandons notre chemin à une femme dans la rue et elle nous accompagnera jusqu'au marché où elle allait faire ses courses. Nous y achetons de quoi manger (empenadas, tortas et beignet de bananes plantains) mais surtout nous craquons pour un grand châle de seconde main après une dure négociation. Les châles peuvent monter jusqu'à 330€ pour des belles pièces neuves...

Popi’s
Ouvrage de noix de macadamia
Notre « guide » merveilleusement bien habillée
La boutique où notre portefeuille a fait un petit régime

Nous nous mettons ensuite en route vers Acul qui est situé à côté de Nebaj. Après une montée qui nous permet d'avoir une belle vue sur Nebaj et les montagnes qui l'entourent. La descente vers Acul est un peu rude pour les genoux car il y a beaucoup de graviers et que c'est bien raide mais nous arrivons sans encombre à Acul. Toutes les femmes sont en habits traditionnels comme à Chajul et tout le monde nous salue avec gentillesse. Nous sommes toujours les seuls blancs aux alentours.

Les alpages du Guatemala
Belle vue sur Nebaj mais on devrait mieux choisir nos horaires pour les randos
Notre objectif : Acul
L’arrivée au village

Arrivés sur la rue principale, nous croisons du regard deux femmes blanches. A ce moment-là, nous avons tous bugués car nous n'avions respectivement pas vu de non-guatemaltèque depuis quelques jours. Nous avons donc entamé une discussion et en fait c'est un groupe de 3 femmes infirmières et sages-femmes en mission ici. Nous leur parlons de la finca du village : une ferme laitière tenue par un européen où est fait du fromage. Elles ont essayé d'y aller mais celle-ci est fermée depuis le COVID... On leur demande si elles savent comment revenir à Nebaj et elles nous proposent donc de se joindre à elles dans leur pick-up avec 3 femmes Ixil dont une faisant partie de l'association où elles sont bénévoles. On aura donc le plaisir de converser avec les espagnoles et les femmes Ixil en pouvant échanger simplement. Nous avons même pu apprendre quelques mots d'ixil. Ici, par exemple, il y a le bonjour pour les femmes, pour les hommes, pour les personnes qui ont le même âge que nous...

La rue principale
Vente de vêtements et autres dans la rue
Beau petit monde

Nous décidons de finir la journée au restau de notre auberge avec una chuleta ahumada de cerdo pour Benjamin et des quesadillas pour Agathe. 

Repas réconfortant du soir

J2 : Xeo

Ce matin, nous décidons de faire une autre randonnée dans les alentours. Nous nous rendons d'abord à Tzalbal en minibus. Il nous dépose à La Laguna Tzalbal au niveau du chemin menant à Xeo. Heureusement qu'il nous a déposé car il n'y a aucune indication pour ce chemin. Nous quittons donc la Laguna Tzalbal en quelques minutes. Nous marchons entre différents champs avec vue sur la montagne d'en face où se trouve Xeo. A un moment, un homme dans sa maison nous demande où nous allons et nous indique un petit chemin de terre qui part vers le bas de la vallée. C'est un chemin beaucoup plus rapide que la route et nous y serons abrité du soleil pendant la descente.

Petit-déjeuner du jour pour avoir de l’énergie
On dirait vraiment des alpages…
Le petit chemin qu’a eu la gentillesse de nous montrer le monsieur
Beau chemin ombragé
Le soleil se dévoile de plus en plus en descendant

Après une belle descente, nous arrivons au fond de la vallée où coule une rivière. Quelques mètres après, la remontée commence mais surtout une première intersection. Ici, personne pour nous aider à nous repérer et si on regarde maps ou maps.me, le chemin que nous avons prix n'est pas répertorié. On décide de faire au hasard et on comprend vite avec les différentes intersections successives que les chemins quadrillent les champs mais que tous les chemins mène à Xeo. On parcourt le flanc d'une montagne puis nous traversons un autre cours d'eau pour commencer la montée finale vers Xeo mais cette-fois nous sommes dans les heures chaudes et il n'y a pas une once d'ombre sur la quasi-totalité du chemin.

Rio Xaclbal
On voit en face notre destination mais sur une autre montagne
Les passages les plus agréables
Petit cours d’eau Rio Calamá
C’est parti pour la montée en plein caniar
Par contre, on aime bien la vue
Quelques mètres sous l’ombre. Un paradis…

Après des derniers mètres compliqués (le chemin de terre est extrêmement raide et Agathe a même le vertige), nous arrivons au village. Nous ne voyons d'abord personne. Nous profitons de la vue sur les montagnes alentour et le spectacle est splendide. Nous commençons à rencontrer des personnes et les gens ont l'air vraiment surpris de voir deux personnes ici dans ce minuscule village. Ici, pas de restau ni d'hôtel. Nous demandons où nous pourrions trouver un bus pour retourner à Nebaj. Il est un peu plus de 14h quand nous nous dirigeons à l'endroit où se trouvent les minibus. C'est là que nous apprenons que les minibus ne vont plus vers Nebaj mais uniquement dans l'autre direction... Le temps de réfléchir à ce que nous allons faire, nous achetons quelques chips et gâteaux aux tiendas du village.

La dernière montée « un peu » raide
Vue sur les autres montagnes
Partie basse de Xeo

Nous nous rendons à l'évidence que nous n'avons pas d'autre choix que de rentrer à pied à Nebaj et d'arriver sûrement vers minuit... On commence à marcher cette fois-ci sur la route pour espérer tomber sur un véhicule qui voudra bien nous prendre. Et notre bonne étoile sera de la partie car un minibus passe par là, totalement vide. Il nous demande ce que nous faisons là car il n'y a aucun bus dans ce sens à cette heure-ci et nous discutons donc avec lui une partie du trajet. Il s'arrête finalement au niveau d'un homme et d'un bon tas de bois coupé. En fait, il était venu récupérer tout le bois coupé par une autre personne de la famille. Après plusieurs arrêts de chargement de bois, le minibus continue sa route jusque Tzijulche où il habite. Après une minute de marche, un tuktuk passe à côté de nous et nous embarquons. Ce sera notre première fois dans un tuktuk avec 3 personnes à l'arrière et 3 personnes à l'avant (conducteur compris) ! Puis nous arrivons finalement à Tzalbaj où nous prenons notre dernier transport jusqu'à Nebaj. Autant vous dire qu'on s'est senti très chanceux car nous n'avions pas trop la motivation de faire 7 à 8h de marche avec 1'000m de dénivelé positif et encore plus en négatif pour revenir à notre auberge...

C’est reparti mais sur la route !
Très belle vue depuis le microbus !
Tuktuk bien rempli
Dire au revoir aux montagnes

Après être revenus, nous cherchons de quoi manger et tombons sur un très bon stand de tacos et churrascos (grillade). Ce sera notre spot pour les soirs à venir. On reprendra même une deuxième tournée !

Dîner bien mérité

J3 : Se reposer et avancer un peu le blog

Nous profitons de ce 3ème jour pour une bonne grasse mat'. Nous voulions faire une autre rando mais, après 2h dans les terminaux à poser des questions, nous nous rendons vite compte que les bus ne vont pas du tout où nous voulons nous rendre ou alors en reviennent seulement le lendemain matin (comme pour Xeo). Ce sera donc hamac et lecture pendant la plupart de l'aprem et une fin d'aprem blog car des gens de passage à l'auberge ont bien voulu nous prêter leur ordi !

Pour bien commencer la journée repos
0 commentaire