Xela

Publiée le 16/04/2022
180'000 habitants - 2'330 m d'altitude

J1 : L'arrivée

Nous partons au matin pour Xela (Quetzaltenango). Il nous faudra prendre un mini bus jusqu'à Santa Cruz del Quiché puis une camioneta (appelé "chickenbus" par les touristes) jusqu'à Xela.

La première étape en microbus jusque Santa Cruz Del Quiché ("Quiché" pour les locaux) fut très tranquille. On ne peut pas dire la même chose de notre prochain moyen de transport.

Ce fut notre première camioneta et tout un périple. Nous nous sommes donc installés avec nos backpacks sur les genoux par peur des histoires de vols que l'on a entendu sur les camionetas.

Nous voilà donc sur des routes de montagnes avec un chauffeur de rallye. A chaque virage, Benjamin glisse à droite ou à gauche et se retrouve avec une fesse en l'air en fonction du virage. Tenter de doubler des voitures dans d'anciens bus scolaires américains sur des routes de montagnes en lacet, on aurait jamais pensé que quelqu'un tenterait... Avant d'être au Guatemala !

Après 2h30 de route (sans que Benjamin ne puisse dormir, c'est dire...), nous voici arrivé à Xela. Nous mettons nos sacs sur le dos et nous voici parti pour une petite marche jusqu'à notre appartement/auberge qui se trouve à 30min à pied.

Paysage de bord de route
Camioneta vs microbus
Chauffeur de rallye reconverti

Sur le chemin nous prenons les contacts d'un musée maya qui n'ouvre que sur rendez-vous. Nous passons plus loin devant un réparateur de PC où nous posons plusieurs questions sur ce qui est possible de faire, nous y retournerons sans tous nos sacs. Nous arrivons à notre auberge où l'hôte nous accueille, c'est un appartement avec 5 chambres situé dans un quartier tranquille juste à côté du parc central et du théâtre de la ville.

Benjamin en recherche d’informations
Iglesia de San Nicolás

Une fois nos affaires posées, nous voici repartis avec notre ordi chez le réparateur. Cette fois-ci, il l'ouvre juste devant nous, nous montre qu'il ne voit pas grand chose mais débranche la batterie ainsi que le bloc de bouton de démarrage. Puis il rebranche et là, miracle, il remarche à nouveau !

Le réparateur ne nous fait rien payer, nous disant honnêtement qu'il n'a rien fait. Nous décidons en visitant la ville de chercher un tournevis torx pour pouvoir ouvrir et débrancher/nettoyer l'intérieur si jamais il refait des siennes.

Un réparateur honnête et efficace

Nous visitons donc un peu la ville et visitons le parc central ainsi que le théâtre. Sur la place du théâtre, nous goûtons un met qui devient immédiatement notre dessert préféré du Guatemala : la banane plantain frite avec de la crème et du sucre !

On en profite aussi pour faire une première sélection des restaurants ainsi que demander des informations sur comment aller demain aux sources chaudes de Zunil : Fuentes Georginas.

Bâtiment joli dont on a oublié le nom
Le théâtre de Xela
Notre nouveau QG
Une tuerie
À la sortie du théâtre

J2 : Relaxation aux sources chaudes

Aujourd'hui nous partons pour Fuertes Georginas en prenant notre seconde camioneta. Nous arrivons à l'arrêt où les Guatemalteques nous aident pour monter dans la bonne camioneta ainsi qu'en nous disant le bon tarif à payer (en fonction des camionetas, on doit beaucoup négocier ou non).

Les champs en terrasse le long de la route

Cette fois-ci sans backpacks, et avec un chauffeur n'espérant pas devenir chauffeur de rallye, ce voyage se passe bien plus tranquillement. Nous apprenons par contre le changement "subtil" de confort entre l'avant et l'arrière du bus. En effet, les anciens bus scolaires sont plus ou moins bien entretenus selon leur propriétaire et si les amortisseurs de l'arrière n'existent pas, cela ne dérange pas le conducteur à l'avant.

Une fois à Zunil, nous prenons un tuk-tuk jusqu'aux sources chaudes. Une fois en haut, nous lui donnons rendez-vous à nouveau à 12h car, aux sources chaudes, nous ne captons rien ni 4G ni réseau téléphonique. 

Zunil
Champs en pente depuis le tuktuk

Les sources chaudes sont constituées d'un premier bain au niveau de l'entrée puis un chemin pour atteindre les seconds bassins au fond. Ce chemin est très agréable dans la montagne avec un bon équilibre entre nature et aménagement car il est possible ici de louer des petits bungalows avec barbecue, tables et chaises.

Nous nous plongeons donc dans ces bassins d'eau chaude pour 2h30 ~3h. Au bout d'une heure et demi, les nuages commencent à arriver sur la  montagne à notre altitude ce qui donne au lieu une atmosphère fantastique.

Deuxième bain
Bain dans les nuages
Premier bassin de l’entrée dans les nuages

Un peu avant midi, nous allons à l'entrée des sources où notre tuk-tuk nous attend et deux coatis croisent notre chemin. Nous décidons de manger à Zunil dans le marché.

Après avoir couru après le tuktuk car Benjamin y a laissé les maillots de bain, nous parcourons rapidement le petit marché. Proche de l'entrée se trouvent les stands de nourriture dont des tacos, tes quesadillas et des empenadas qui nous font de l'œil. Nous faisons donc un mix des trois en passant de l'un à l'autre.

Nous terminons par deux mangues pour dessert avant de retourner à l'arrêt de camioneta. La ville n'est pas plus agréable qu'une autre (principalement à cause des déchets jetés par les guatémaltèques dans la rue qui créent de vrais décharges à ciel ouvert au bord des routes ou cours d'eau).

Zéro visibilité au retour
Marché de Zunil
Stand de churrascos
Y en a jamais assez !
Un territoire quelque peu pollué
Petite mangue avant le trajet
Notre carrosse pour le retour

En revenant au terminal de bus de Xela, nous faisons un tour du marché qui est un vrai dédale avant de nous diriger vers le temple romain. En effet, ici certains bâtiments sont d'inspiration Rome Antique mais nous n'avons aucune idée de pourquoi...

Temple de Médusa
Street art récent

Le soir nous faisons un tour des comedors et restau mais dans notre quartier résidentiel, tout ferme très tôt et nous finissons finalement en face du théâtre dans un bar sportif avec les habituels churrascos.

Bar sportif

J3 : Détente et rattrapage

Maintenant que nous avons un ordinateur, Agathe s'applique à rattraper le retard accumulé sur notre blog et sauvegarder les photos sur disque dur et Cloud. On en profite pour se reposer un peu.

J4 : En avant pour la laguna Chicabal

Aujourd'hui, nous souhaitons monter jusqu'à la lagune Chicabal.

Nous nous rendons en camioneta à San Martin Sacatepéquez ("Chile verde" pour les locaux et donc les camionettas) et nous sommes déposés au début du chemin en bas du volcan. Car oui Chicabal est un volcan éteint dont le cratère rempli d'eau forme une lagune encore sacrée aujourd'hui.

Xela au petit matin
Maisons
On passe près d’un lavoir
Vue sur ce village qu’on quitte déjà

Nous montons donc sur la route où nous croisons des véhicules qui remontent quelques touristes mais surtout des locaux jusqu'à la lagune. En montant, nous pouvons admirer les vallées autour. Nous montons ensuite jusqu'au mirador pour voir la lagune entière. Le cratère est en fait bien plus grand que nous le pensions et l'absence totale de nuage à l'horizon nous permet de tout voir.

Le village
La vallée
Laguna Chicabal depuis le mirador

Nous descendons ensuite sur les bords de la lagune. Des familles entières viennent déposer des offrandes de fleurs au bord de la lagune. Nous nous installons pour manger deux-trois snacks avant de partir faire le tour de la lagune. Et comme aux sources chaudes, les nuages viennent peu à peu remplir la lagune, ce qui donne un aspect totalement différent au lieu...

Famille en train de déposer des offrandes
Fleurs au bord de l’eau
Lagune fleurie
La lagune dans son ambiance brumeuse

Nous remontons au mirador. Malheureusement, les indications des sentiers n'étant pas claires, nous avons repris les escaliers en sens inverse alors qu'un chemin à travers les bois est possible. Nous rencontrons une famille qui a réservé un véhicule pour monter et redescendre (avec bonus bois coupé) et ils nous invitent dedans pour rejoindre l'entrée en discutant avec eux. Un joli moment partagé...

Les escaliers…
Le mirador avec quelques nuages

Depuis l'entrée, nous repartons à pied pour la descente et on tente de faire du stop. Le premier pick-up s'arrête et nous prend gratuitement à l'arrière. On est finalement déposé pile à l'endroit où la camionetta nous a déposé ce matin donc nous n'avons plus qu'à faire signe quand elle passe mais c'est finalement un microbus qui passe en premier et pour moins cher, faisant donc notre bonheur !

A l’arrière du pickup

En revenant, nous mangeons quelques empenadas puis nous avons le débat habituel : manger ou non des bananes plantains en face du théâtre... Le débat ne dure pas longtemps comme d'habitude et après avoir rempli nos estomacs de cette "touche sucrée en fin de repas", nous nous rapprochons du théâtre car nous voyons ses portes s'ouvrir. On se demande si on  rentre pour voir au moins le hall d'entrée lorsqu'une dame du théâtre vient nous aborder et nous demande si on parle un peu espagnol. Benjamin acquiesce et nous voilà invités à regarder une pièce gratuite sur les violences faites aux femmes avec danse contemporaine. Le sujet de la pièce est l’incarcération d'une mère pour avoir tué ses enfants et avoir tenté ensuite de mettre fin à ses jours à cause d'un mari violent. En sortant, nous demandons à la femme qui nous avait abordé si cela arrivait régulièrement au Guatemala et elle nous répond que malheureusement ce n'est pas un cas isolé. Elle nous donne ensuite un CD de musique traditionnelle de la région. Comme quoi, faire plaisir à son estomac n'amène que du positif !

Pièce de théâtre féministe

Le soir, nous faisons la rencontre dans l'auberge/appartement de deux Autrichiens Kevin et Diana avec qui nous discutons toute la soirée et qui nous suivent à San Pedro La Laguna la semaine suivante.

J5 : Faire ses adieux à Xela

Sur les conseils des deux Autrichiens, nous prenons un délicieux petit déjeuner avec eux puis nous repassons une dernière fois à la place centrale où Agathe pourra encore admirer une autre église. Si vous en avez un jour marre des photos d'église (si ce n'est pas déjà le cas), je vous laisse imaginer le ras-le-bol et la patience de Benjamin pour les "Oh une église !" d'Agathe quasiment tous les jours. Pour votre bien, nous ne mettons qu'une petite partie des photos d'églises...

Façade de l’ancienne église
La beauté de l’intérieur
Une petite chapelle
Parque central
0 commentaire