San Pedro La Laguna

Publiée le 29/04/2022
San Pedro La Laguna - 10'150 habitants - 1'605 m d'altitude - Langues : espagnol et Tzutujil

L'arrivée

Nous nous réveillons ce matin en sachant qu'il nous faudra 3h par camioneta pour atteindre San Pedro La Laguna donc nous prenons le temps d'aller à La Mandarina pour nous prendre un petit déjeuner sur les conseils de nos colocs.

Ils nous y rejoignent un peu plus tard et nous discutons le temps de finir notre petit déjeuner  avant d'aller prendre la camioneta ensemble (eux aussi voulant aller à San Pedro).

Nous montons tous les quatre dans la camioneta avec nos backpacks, et notre ami vérifie le prix annoncé par le chauffeur avec d'autres passagers. En effet il voudrait nous faire payer le double après de longue "négociations" où aucun de nous ne bouge, le conducteur veut bien que l'on paie le prix juste mais alors les backpacks doivent aller sur le toit comme les autres bagages.

Le reste du voyage se fera sans encombre mais avec le stress qu'il arrive quelque chose à nos backpacks. On est donc sur le qui-vive pendant tout le trajet à vérifier tous les allers venues près de la camionetta.

Avant les négociations…

En arrivant sur San Pedro en bus, on découvre le magnifique lac Atitlan. Le village de San Pedro porte en fait le nom du volcan qui le borde. C'est impressionnant ! 

Montagnes
Vue sur le lac Atitlan
Volcan San Pedro

Première semaine

Nous sommes à San Pedro afin d'y passer une semaine dans une famille guatémaltèque en prenant des cours d'espagnol. Ce sera une semaine avec la matinée libre et l'après midi 4h d'espagnol avec un professeur.

Nous arrivons à l'école et, après une rapide inscription, nous voici en train de suivre le fils de notre famille afin d'aller poser nos affaires et faire connaissance avec la famille.

Cette famille est composé du fils Juan, de son père Angel et de sa mère Ignasia. Un autre étudiant de Taiwan est accueilli par la famille mais il ne parle pas un mot d'espagnol. Après les avoir tous rencontrés et avoir déposé nos affaires, Agathe se repose car le voyage ne lui a pas réussi et souffre d'un bon mal de tête.

Nous finirons la journée par des empenadas et des quesadillas.

Maison de la famille guatémaltèque qui nous accueille
Benjamin est le Uber Eats local quand Agathe est malade
Préparation des tortillas avec Ignacia
Les délicieux repas de Ignacia
C'est chez eux qu'on aura eu le plus de diversité niveau repas.
On goûtera même à un très bon fromage local.

Cette semaine se déroulera tranquillement entre la matinée libre où nous irons visité les villages du lac Atitlan et l'après midi réservé pour les cours :  Benjamin avec Clemente et Agathe avec Norman. Nous ferons aussi quelques activités organisées en fin de journée par l'école.

Benjamin et Clemente en plein travail
Street art à San Pedro
Cahier d'Agathe et la fleur qu'elle ramassait chaque jour avant d'aller en cours
Street art à San Pedro

Visite de San Juan

Nous voici parti ce matin pour San Juan Atitlan. C'est le village le plus proche de San Pedro et nous pouvons y aller en tuk-tuk.

Notre chauffeur nous parle du Rostro Maya où il fait des tours organisés. C'est une formation montagneuse où l'on peut monter afin de voir le lever de soleil sur le lac. En arrivant dans le village, il nous parle d'une visite gratuite dans une fabrique de miel.

Après avoir un peu déambulé dans San Juan en admirant le street art, nous trouvons une ferme apicole qui nous fait un petit tour gratuit pour nous présenter leurs abeilles. Ce sont des abeilles qui n'ont pas de dard et donc ne piquent pas. Cela nous permet de les regarder de près. Des abeilles iront même se réfugier dans les cheveux de Benjamin car c'est leur moyen de défense. Nous apprenons que le miel peut être utilisé, en plus des nombreuses utilisations que nous connaissons, contre des maladies des yeux.

Vue sur le Rostro Maya avec San Juan en contrebas
Street art
Femme préparant les fils pour le tissage
Femme
Don Francisco Mendoza Ixtamer
Abeille gardienne
Fresque au sein de la fabrique retraçant l'histoire de la famille/fabrique

Nous continuons de visiter la ville, son cimetière qui est bien plus coloré que les cimetière français.

Nous cherchons aussi à trouver des coopératives de femmes Tzutujil (peuple maya vivant autour du lac Atitlan) et nous découvrons qu'il y en a en réalité beaucoup dans la ville. 

Cementerio
Cementerio
Cementerio y El Rostro Maya
Street art y El Rostro Maya
Boutique de vêtements avec explication des teintures et du tissage

Nous tombons sur la rue "principale" de San Juan qui est en fait la rue arrivant jusqu'au ponton pour prendre la lancha. C'est ici que l'on comprend que nous sommes dans une ville avec un fort attrait touristique. En effet dans cette rue nous voyons des flux de touriste et toutes les galeries d'art, ainsi que des bars, restaurant et autre magasin de souvenirs. On discutera avec un peintre qui a une boutique qui sort un peu du lot. En effet, même si les peintures sont faites par des peintres, on trouve les mêmes peintures dans toutes les boutiques à quelques exceptions.

Rue principale
Taa' Teeko Diego Pérez Méndez
Place de l'église
Intérieur de l'église
Peintre
Maïs noir et racines

On visite rapidement un jardin de plantes médicinales. On fait le tour des magasins de vente de tissus mais nous n'achetons finalement rien. Dans certains, des femmes tissent pendant la journée alors que dans d'autres c'est uniquement de la revente.

Agathe essaie un peu plus loin une bière artisanale fabriquée dans l'arrière boutique du bar et la vendeuse nous montre ensuite comment elle est fabriqué. Elle en profitera pour goûter son premier rhum du Guatemala : du Botran !

Jardin de plantes médicinales
Cueillettes du jour
Femme tissant
Pause Cerveza
Toujours plus de street art
Atelier de peintres

Nous entrons ensuite dans une boutique de chocolat. Ils nous expliquent rapidement les différentes étapes. Ils achètent les graines de cacao et font tout le reste : torréfaction, enlever la peau, concasser, mélanger, et enfin le moulage et qui plus est tout est fait à la main. L'explication est très rapide et très peu démonstrative. C'est beaucoup plus intéressant d'aller dans une fabrique de chocolat. Mais juste après nous faisons une petite dégustation de leur chocolat noir, au lait et blanc donc ca vaut le coup.

Nous finirons par acheter une tablette de chocolat au lait au sel de mer et Agathe craquera après avoir gouter du rhum au cacao. C'est l'alcool extrait de la fermentation de la pulpe du cacao. C'est en fait beaucoup moins fort qu'un rhum et ca a un fort goût de cacao.

Outils pour moudre le cacao
Rue touristique menant à l'embarcadère

En rentrant, on passe rapidement pour visiter l'église de San Pedro.

Parvis de l'église
Intérieur de l'église

Tamalitos de chipilin

Un soir nous participons à la préparation de cuisine traditionnelle : les tamalitos de chipilin. Le chipilin est une plante très populaire au Guatemala.

Ce plat consiste à de la pâte à base de maïs comme les tortillas dans laquelle on mélange des feuilles de chipilin pour les faire ensuite cuire dans des feuilles (en fonction du moment de l'année, on peut utiliser des feuilles de bananier mais pas cette fois).

Enfin, il sont placés dans la casserole en cercle afin qu'ils cuisent tous uniformément.

Une fois dans l'assiette, ils sont consommés avec de la sauce tomate et du fromage.

C'est très bon et le goût est très différent des tamales (plus gros) grâce au chipilin. Benjamin en reprendra deux fois et tout le monde comprendra que c'est un ventre sur pattes.  Un repas et Monsieur se fait déjà une réputation !

Lavage précautionneux des feuilles
On met la pâte dans la feuille
Installation des petits paquets
Cuisson
Dégustation

Lever de soleil au Rostro Maya

Grâce à un contact donné par des voyageurs à Xela (Benjy Travel pour 80 quetzales), nous avons réservé un tour pour le lever de soleil sur le Rostro Maya. Les touristes appellent ce lieu l'Indian Nose mais cela est, à raison, plutôt mal reçu par certains locaux. En effet, il n'y a pas d'Indiens mais des mayas ici.

Après un trajet en minibus (départ 4h du matin), nous sommes déposés dans le village le plus proche. Un guide prend alors le relais et nous emmène sous une lune presque pleine sur le chemin. Après un peu moins d'une demi-heure de marche, nous arrivons au panorama et nous installons pour admirer le soleil se lever petit à petit sur le lac avec en fond le volcan Fuego qui crache des colonnes de fumée vite éparpillées par le vent. Après une collation avec thé et la nouvelle amitié de Ben pour un chien, nous redescendons pour revenir avec le minibus. Ce sera finalement radio et toutes les femmes du bus, Agathe y compris, qui chantonnent les refrains de chansons mondialement connues.

Lever très matinal
Petite marche de 30 minutes sous la quasi pleine lune.
Début du lever de soleil
Nouveau copain de Benjamin
Lac Atitlan
Une belle expérience
Ici, ce sont parfois les hommes qui portent plus que les bêtes !
Pancakes 5h après le réveil !

Musée Tzunun' Ya'

Le même jour que le lever de soleil, nous optons pour une activité courte et peu gourmande en énergie : visite du petit musée de San Pedro La Laguna. La visite commence par un film avec des vidéos anciennes montrant les habitudes de vie des villageois avec notamment lessive dans le lac, pêche, préparation des repas, coupe de bois... Le gardien revient ensuite pour échanger avec nous et répondre à toutes nos questions. Il nous donne à chacun un bracelet type brésilien aux couleurs représentant le maïs et sa diversité : noir, rouge, blanc, jaune. Ici, le maïs a une place fondamentale. L'homme aurait d'ailleurs été créé à partir de maïs selon les croyances locales.

Il nous accompagne ensuite dans une salle du musée consacrée au calendrier maya et nous explique nos signes maya respectifs : tz'i pour Agathe (signe le plus fort côté spiritualité) et Q'anil pour Benjamin (deuxième signe le plus "actif"). La tête ou les jambes, on semble avoir un bon équilibre dans notre couple !

Il nous laisse ensuite découvrir le reste du musée qui explique la création géologique du lac Atitlan grâce à une méga explosion, les différentes roches qui le composent actuellement et les esprits qui le protègent.

Le musée donne ensuite un rapide aperçu des coutumes locales : nourriture, prières, tissage, ...

Même si le musée est petit et rapide à faire, cela vaut le coup d'œil. Par contre, cela ne vaudrait pas un détour pour cela. Il se trouve en face d'un "marché" artisanal tenu par différents groupes de femmes.

Lac Atitlan
Fresque au plafond au-dessus de la maquette du lac
Calendrier maya
Street art en se baladant dans les rues de San Pedro

La chocolaterie de San Pedro

L'école nous propose la visite de la chocolaterie de San Pedro. Cette visite est plus intéressante que celle de San Juan car cette fois-ci nous pouvons essayer leur outil pour écraser les graines torréfiées.

Nous pouvons aussi gouter le produit entre chaque étape, la graine juste torréfiée, la graine concassée puis enfin avec du sucre. Ici, il utilise d'ailleurs une pâte de sucre de canne, ce que l'on avait jamais vu précédemment.

On apprend que dans cette chocolaterie le mélange de base est cacao, sucre et un peu de jus d'orange (utilisé comme conservateur naturel). Le papier d'emballage est imprimé puis colorié par les enfants des femmes chocolatières.

Nous serons incités à acheter des petites barres de chocolats mais nous n'aurons pas beaucoup à être forcé. Agathe se fera également plaisir avec la dégustation d'un chocolat chaud avec rhum. Encore une fois, elle est ravie !

Le matériel pour confectionner la pâte de cacao
Diana avec beaucoup d'huile de coude

Sur le retour, nous discutons dans la rue avec le couple d'Autrichiens. Nous avons la chance de voir une procession chrétienne s'installer dans la rue. Cela nous a beaucoup intrigué. En effet, plusieurs hommes portent un chaise à porteur / palanquin (si vous connaissez le vrai nom) où est installé une figure sainte. Un homme diffuse de l'encens. Devant le cortège, des enfants jouent avec des grandes crécelles. Cela donne une ambiance vraiment particulière avec un son détonnant.

Procession
La chaise à porteur
Repas avec Chuchitos et saucisses. Un petit délice !

San Marcos La Laguna

Ce matin nous nous retrouvons avec nos amis Autrichiens afin de visiter San Marcos. On y retrouve la même configuration qu'à San Juan, c'est-à-dire une rue où nous trouvons tous les restaurants et boutiques-souvenirs et très vite en dehors de cette rue nous ne voyons pas grand chose.

C'est une ville beaucoup plus petite que San Pedro et on en fait vite le tour. Nous trouvons un petit comedor où nous mangerons ce midi-là et finissons par une petite glace dans la rue touristique.

Nos amis avaient entendu parlé d'un hôtel-bar-restaurant au bord du lac conseillé par leur famille et nous y finissons l'après-midi au bord du lac à se détendre. Il est cher mais finalement nous payons chacun une boisson (plus un Rhum Zacapa pour Agathe, toujours ravie de ce pays...). 

On profite de l'accès au lac pour se baigner. L'eau y est plus que rafraichissante et en sortant de l'eau, Diana s'amuse à chercher des coquillages entre les roches. Agathe s'y met doucement mais trouve d'abord une belle araignée puis un beau scorpion, tous les deux vivants. Elle laisse donc le soin à Diana de lui rapporter des coquillages. On attire pas forcément à soi les mêmes choses.

On n'est pas tombé sous le charme de ce village très tourné sur le new age, la marijuana, etc. Pour en profiter, autant y passer quelques jours dans un établissement et profiter du yoga entre deux plongeons mais pas juste un passage d'une demi-journée.

Attente de nos compagnons près de l'embarcadère parmi les tuktuks
Vue depuis San Marcos
Une magnifique porte
Un petit champ en pleine ville
Eglise
Autel
Lieu de villégiature
On s'habitue vite...
Petite dégustation d'alcool local...
Au revoir San Marcos !
Coucher de soleil sur le retour...
Retour à San Pedro avec son street art

La seconde semaine

Agathe n'ayant vraiment pas accroché avec son professeur, nous décidons de faire une deuxième semaine de cours mais cette fois-ci dans une autre école : Corazon Maya qui propose également un bungalow pour l'hébergement. La prof parle uniquement en espagnol et les échanges sont beaucoup plus fluides et Agathe progresse beaucoup plus rapidement ici. Petit plus : des écureuils dans le jardin de l'école et un chat noir appelé "Puma" qui est très sociable ainsi qu'un accès à la lagune depuis l'école et présence d'une piscine.

Le chemin entre notre bungalow et la "classe"
La salle de classe
Petit voisin
La piscine
L'accès au lac
Le lac au bord du volcan
Comadrona Encarnacion Pérez Gonzales

Tejer... Tisser !

En visitant le marché artisanal en face du musée, nous avions discuté avec une des femmes qui propose un cours rapide pour apprendre le tissage selon leur méthode. Nous avions donc pris rendez-vous avec elle pour un cours de 2h. Après une première étape de préparation des fils pour les tendre, Agathe apprend à tisser et autant dire que ca fait les bras. Benjamin prend à un moment la relève pour apprendre et il se révèle bien plus doué. On dirait qu'il a déjà fait ça ! En tissant nous échangeons avec elle. Ce fut vraiment un beau moment de notre voyage. 

Benjamin en plein ouvrage

Après l'effort, le réconfort et c'est tout naturellement qu'Agathe rejoint la piscine, aussi fraîche que le lac. Et après cette baignade revigorante, nous rejoignons nos amis autrichiens pour un excellent restau qui fait des tapas : Zoola. Bonus : des chiens et chats adorables se baladant parmi les tables.

Agathe toujours le sourire aux lèvres quand elle est dans l'eau
Nos amis autrichiens
Une pause repas délicieuse
Agathe a également le sourire aux lèvres quand elle arrive à s'accaparer un chat !

Santiago Atitlan

Aujourd'hui nous allons visiter Santiago Atitlan.

Après avoir réussi à avoir négocier pour la lancha (victoire !), nous attendons une petite vingtaine de minute que la lancha soit pleine pour qu'elle parte.

A notre arrivée, nous sommes accostés par un "guide" qui nous promet que pour un prix très raisonnable il nous fait le tour de la ville (qui est grande d'après lui) en nous faisant voir le mirador, le cimetière, l'église coloniale, les "lavoirs" et le saint Maximon (ici appelé Rilaj Maam) en nous expliquant que ce sont les seuls points d'intérêt de la ville. 

Nous refusons car nous savons que la ville n'est pas bien grande et nous voulons d'abord manger.  Agathe avait repéré en amont un restaurant où il prépare un très bon poisson frit pour Benjamin. Par contre, on retient les points d'intérêt pour les faire par nous-même.

Pas le meilleur temps mais ca ne nous arrête pas
Comme d'habitude, le goût est bien meilleur que la présentation...
Premier poisson frit et au Guatemala, c'est le poisson entier directement frit !
Pour accompagner tout ca !
Coiffure traditionnelle de Santiago Atitlan
Femme

Après avoir bien mangé, nous voici parti sur les routes pour visiter la ville et essayer de trouver le Rilaj Maam.

Notre premier arrêt est l'église coloniale. C'est un superbe bâtiment dans lequel nous apprenons que les maya Tzutujil ont occupé la région du lac Atitlan pendant plus de 2000 ans. 

Eglise coloniale
Marie et le petit Jésus
Figures
Figure de Jésus

Ensuite nous nous dirigeons vers le point de vue et le cimetière qui sont à côté l'un de l'autre.

Une fois en haut nous profitons un peu de la vue car le temps est très gris cette après midi et nous ne pouvons même pas voir l'autre côté du lac. Le cimetière est lui plus grand que celui de San Juan et un peu coloré.

Santiago Atitlan
Homme et son bateau
Templo de Iluminacion
El Cementerio

Nous redescendons ensuite pour partir à la recherche du Rilaj Maam, sur cette descende nous voyons d'en haut les "lavoirs". Il s'agit en fait d'un endroit au niveau du lac où des pierres ont été déposées afin de permettre de laver les vêtements et on peut voir les femmes du village faire leur lessive tous les jours.

On se perd ensuite volontairement dans les petites ruelles. A la fin d'une ruelle, toute une famille nous regarde les yeux ecarquillés car entre les ruelles et l'entrée d'une maison, il n'y a rien donc on était entré sans s'en rendre compte dans la cour d'une maison. 

"Lavoir"
Petite ruelle
Fleurs orange

Une fois revenus au niveau de l'église, nous visitons le cloître à l'arrière et  demandons à un local où se situe le Rilaj Maam. Le Rilaj Maam est un personnage vénéré par les mayas Tzutujil qui est le protecteur du village. Il est représenté avec des bouteilles d'alcools et une cigarette. Autant dire que l'Eglise n'aime pas beaucoup cette tradition qui persiste encore de nos jour et c'est pour ça que tous les ans il change de maison.

Le cloître
Il y a une pancarte lorsqu'on commence à se rapprocher.

Une fois arrivés, nous trouvons le Rilaj Maam dans une pièce entièrement décorée. Marie dans un cercueil de verre avec lumières led clignotantes, un Jésus Christ sur sa croix et pleins de tenture au plafond. Pendant que nous sommes là, nous voyons qu'il y a une personne qui récite des prières à Rliaj Maam en Tzutujil (on pense que ce sont des prières). Et il y a deux personnes qui sont aux côté de Rilaj afin de faire tomber les cendres de sa cigarette dans un cendrier et remplacer cette dernière quand celle-ci est finie.

Rilak Mam
Vierge Marie

El Pepian

Lors du cours, Agathe apprend l'existence d'un plat typique de la région : le pépian. Sa prof lui conseille d'aller au marché pour en acheter. Et évidemment quand on nous dit qu'il faut goûter quelque chose, c'est plutôt deux fois qu'une. Nous en mangerons donc une première fois au marché et un autre soir dans un restaurant de "Gringoland" (Expression qui nous a bien fait rire car c'est le nom donné par la prof aux rues touristiques de San Pedro).

Pépian du marché
Street art
Street art
Pepian dans un restaurant

Chuchitos

Avec cette nouvelle école, nous apprenons un nouveau plat : les chuchitos. Cela se rapproche de tamales mais l'intérieur est garni de poulet et d'une sauce tomate aux épices. Pour refermer dans la pâte, c'est beaucoup plus difficile du coup. On s'est parfois un peu brûlé les doigts quand la sauce sortait alors qu'elle ne devait pas.

Evidemment on déguste ensuite tout cela ensemble. Agathe découvre d'ailleurs une nouvelle manière de boire la Jamaica. Au lieu de la boire froide comme un thé glacé, on le boit chaud comme une infusion et ici il rajoute du Quetzalteca (un alcool à 36°). Agathe était très "joyeuse" à la fin du repas !

Plein de stock pour les mangeurs
Toujours au feu de bois mais un peu plus aménagé

Santa Cruz La Laguna

Nous longeons la rive Ouest du lac avec plusieurs arrêts avant d'arriver à Santa Cruz. C'est un petit village situé un peu plus en hauteur par rapport au lac. Il est très mignon et cette fois-ci pas de rue très touristique. L'ambiance est donc plus calme et ce sont les locaux que l'on voit en majorité.

Vue depuis Santa Cruz
Vue sur Panajachel pendant la montée
Santa Cruz depuis la montée

Nous mangeons dans un restaurant qui forme des jeunes à la cuisine locale : le CECAP. Il offre une vue magnifique sur le lac. L'organisme travaille en coopération avec l'association Amigos de Santa Cruz qui mène des programmes d'éducation et de développement économique au sein du village On y a donc dégusté deux plats : El Santiago (Poulet ou aubergine grillé recouvert de poivrons rôtis, de mozzarella et de basilic) et El Pulique (Plat des fêtes de Santa Cruz à base de maïs, d'herbes et de achote). On peut également y goûter le Kaq'ik (déjà goûté à Coban) et El Pepian (plat préféré de beaucoup de Guatémaltèques avec lesquels nous avions parlé et que nous avions goûté à deux reprises à San Pedro).

Vue depuis le restaurant
El Pulique
El Santiago
Et pour la fin... un chocolat guatémaltèque !
L'église accolée au terrain de basket
Figure en bois sur la façade de l'église

Nous redescendons ensuite par des petites ruelles jusqu'au lac pour le retour.

Maisons traditionnelles de la région en argile
Petite ruelle pavée
Escalier pavé au milieu de la végétation
Street art
Fleur violette
Ponton pour repartir avec vue sur deux volcans

Le départ

Après un au revoir à ma super prof d'espagnol Lolita, nous prenons une lancha vers Panajachel.

Une super semaine et de bons progrès grâce à Lolita !
Adieu petits voisins !
Les derniers street arts
Street art
Street art
Au revoir Sans Pedro !
0 commentaire