CAMBODGE - Phnom Penh

Publiée le 12/11/2019
7h30 de bus et une plongée étourdissante dans l'effervescence de Phnom Penh

Phomh Penh est à 291 km de Battambang. Partis ce matin à 11h15 nous sommes arrivés à Phnom Penh après 7h30 de route.

Une halte pour une petite toilette du bus😂

Le voyage fut long... mais il s'est déroulé dans de bonnes conditions. Des voyageurs cambodgiens souriants comme d'habitude, quelques haltes culinaires.

Un petit jus de canne à sucre?
Ou quelques grillades?

Puis l'arrivée à Phnom Penh! incroyable! c'est la fête de l'eau et la fête de l'indépendance comme je l'ai expliqué dans le chapitre sur Siem Raep: Bon Om Touk. A croire que tous les cambodgiens s'étaient retrouvés à Phnom Penh!!!

Embouteillages😂

Voitures, tuk-tuk, scooter et piétons emmêlés! notre chauffeur de tuk-tuk a renoncé, il nous a expliqué: "vous prenez la rue en face et 2 blocs après vous êtes dans la rue 21.". Oui car la plupart des noms de rues sont des numéros. Nous avons donc pris nos sacs à dos et notre courage à deux mains et trouvé notre hôtel: le Poolside Villa.

Le monument de l'Indépendance

Super accueil à l'hôtel. Nous sommes ravis d'être à Phnom Penh. Cette ambiance nous a réjouis, Battambang était un peu tristounette! Après une bonne douche nous sommes repartis, armés d'espoir pour atteindre un restaurant. Nous y sommes parvenus. En fait il suffit de se faufiler entre les véhicules🤣

Préparation de la journée de demain, elle s'annonce difficile
Photo culainaire du jour: le plat traditionnel lok lak

Demain nous allons visiter le camp S21 nommé aujourd'hui le musée Tuol Sleng. Il est de sinistre mémoire puisque c'est ici que les Khmers Rouges ont torturé et tué plus de 20 000 personnes. Cette visite s'annonce éprouvante. C'est une seconde fois pour moi et j'avoue appréhender. 

Musée Tuol Sleng

Et elle fut éprouvante. C'est un peu comme visiter Oradour sur Glane, Auschwitz ou Birkenau. Le 17 avril 1975 les troupes de Pol Pot sont entrées dans Phnom Penh et ont vidé la ville en quelques jours envoyant ses habitants vers leurs villages et les rizières, qui deviendront en très peu de temps des camps de travail meurtriers. De 1975 à 1979 environ 20 000 personnes  ont été détenues par les Khmers Rouges à Tuol Sleng, plus connu sous le nom de camp S21. La plupart y sont mortes. Ce lieu sinistre était, à l'origine, un lycée où les jeux des enfants ont été remplacés par les cris des suppliciés. L'homme est un loup pour l'homme et son imagination est fertile pour torturer ses pairs. Douch ou Duch en était le directeur. Son nom nous est connu car il a été jugé récemment, en février 2012, en appel, à la prison à perpétuité. Il avait été condamné en première instance  à 30 ans de prison en 2010, le second jugement a été encore plus sévère. Douch a plaidé coupable mais comme Papon il a rappelé au tribunal un fait terrifiant: il était aux ordres de l'Angkar comme Papon était aux ordres de l'état français. C'est intéressant et ce sujet demanderait à être développé mais ce n'est pas le moment.

Musée Tuol Sleng

Ce drame a pris fin le jour de l'entrée des troupes vietnamiennes dans Phnom Penh. Ils ont retrouvé 14 corps suppliciés. Les tortionnaires avaient pris la fuite après avoir tenté de détruire leurs archives. Ils n'ont pas eu le temps de tout détruire. Ils avaient, comme les nazis en leur temps, la manie de tout noter et de photographier. Les murs de Tuol Sleng sont recouverts de photos des détenus. Quelques occidentaux ont fait partie des victimes dont 2 néozélandais partis faire le tour du monde en bateau et qui ont été arrêtés dans les eaux territoriales du Cambodge et accusés d'espionnage.

Musée Tuol Sleng

Pour bien comprendre ce qu'il s'est passé entre 1975 et 1979 plusieurs livres et films notamment ceux de Rithy Panh existent et sont passionnants. Ce que nous savons aujourd'hui est que, nous, occidentaux sommes restés inactifs voire certains ont même soutenu ce régime sanguinaire. A cette époque la guerre faisait rage au Vietnam et le Cambodge a été autant bombardé que ce pays, Ho Chi Minh faisait passer des armes par le Cambodge où  la guerre civile durait depuis 1967, ceci a été un formidable terreau pour les Khmers Rouges qui, en arrivant à Phnom Penh ont été accueillis en libérateurs.  Les Khmers Rouges, pour la plupart était de très jeunes hommes, voire des adolescents, illettrés, qu'il a été facile pour Pol Pot de manipuler et d'endoctriner.

Musée Tuol Sleng

Et pendant ce temps là, Vergès avait disparu de la surface de la terre et les historiens se demandent s'il n'était pas ici, près de Pol Pot, d'ailleurs n'a t-il pas déclaré dans les années qui ont suivi qu'il n'y avait pas eu de génocide au Cambodge. Les chinois, eux achetaient le riz aux Cambodgiens alors que ceux-ci mourraient de faim dans les rizières à tenter de répondre aux exigences de l'Angkar, impossibles à respecter. Et certains intellectuels français de la France Giscardienne soutenaient qu'un homme nouveau était en train de naître dans le Cambodge nommé par les Khmers Rouges le Kampuchéa démocratique. L’histoire se répète sans cesse.

Musée Tuol Sleng

Comme cela ne devait pas nous suffire nous sommes allés ensuite au camp d'extermination de Choeung Ek, connu sous le nom de killing Fields. je vous la fais courte, c'est ici qu'étaient exécutés les détenus de Tuol Sleng quand ils avaient survécu aux tortures, là on a fait un pas de plus dans l'horreur si c'est possible, bébés percutés contre les arbres etc. C'est à peine soutenable. Nous avions pour les 2 visites des audiophones dont le texte était passionnant et très bien documenté mais à la limite du supportable. Comme les nazis, les Khmers Rouges ont été dépassés par le nombre de personnes à tuer, ils n'avaient pas suffisamment de munitions donc tout était utilisé pour les tuer, Je vous laisse imaginer.

Aujourd’hui seuls les dirigeants de cet état mortifère ont été jugés, des procès sont encore en cours. Les cambodgiens vivent ensemble au nom de la réconciliation nationale, c'est peut-être bien comme ça car les témoignages qui ont été recueillis montrent que victimes comme tortionnaires ne sont pas sortis indemnes de ces atrocités.

Stûpa de Choeung Ek

Un stûpa a été construit sur le site. Il contient les restes humains retrouvés sur le site puisque les suppliciés étaient enterrés dans des fosses communes. 90 ont été mises à jour mais régulièrement, la pluie érode les sols et fait apparaître de nouveaux restes humains ou des vêtements. Le stûpa est plein, il ne peut plus contenir ces os, des urnes jalonnent le terrain. Mais il a été également décidé de ne plus creuser les nouvelles fosses et de laisser ces victimes reposer en paix.

Stûpa de Choeung Ek

Nous avons terminé la journée en nous baladant dans Phnom Penh. Nous sommes également allés acheter les billets de bus et bateau car nous partons demain pour Ho Chi Minh Ville. 

Nous avons quelques heures demain pour visiter le Palais Royal. Ce monument, comme la plupart de Phnom Penh, ferme à 17h et aujourd’hui nous n’avons pas eu assez de temps.

La poste, époque coloniale

Nous nous sommes baladés dans le quartier français situé en bord du Mékong

Ancien quartier français
Ancien quartier français

Puis nous nous sommes rapprochés de notre hôtel.

Tout n'est pas entretenu😉il s'agit d'un ancien hôtel français
Lui est entretenu 😁 il s'agit du monument de l'indépendance
Monument de l'amitié vietnammienne et cambodgienne
Un p'tit coucou à Norodom Sihanouk

Levés aux aurores ce matin pour aller visiter le Palais Royal. C'était très sympa et il faisait déjà très chaud! Contrairement aux apparences le Palais Royal (où vit actuellement le roi) ne date que du début du XXème siècle, construit par des architectes cambodgiens et français. Il respecte l'architecture traditionnelle khmère.

Le salle du trône
Curieux!!!!  c'est le Pavillon Napoléon III
Pavillon Napoléon III
La Pagode d'argent
Un des 3 stûpas royaux
Fresque murale
la fresque,
Une petite dernière
J'allais oublier!!!
2 commentaires

Tiriel

Un circuit varié en mode de locomotion et avec un rythme assez soutenu me semble-t-il. L'agitation de la ville après la lenteur du voyage en bateau doit offrir un sacré contraste, non ?

  • il y a 1 mois
Chantal

Vagabondages

François, ça nous a fait peur, on s’est dit que Si ces embouteillages étaient la règle on repartait vite😩mais, ouf, c’était le dernier et 4 eme jour de festivités donc on a vu cette ambiance d’un œil beaucoup plus amusé , mais oui je t’avoue que ça nous a réveillés!!!😄

  • il y a 1 mois