Les gringos au désert de la Tatacoa

Publiée le 10/01/2018
Après 15 jours de pluie, nous décidons de rejoindre le désert de la Tatacoa. Les statistiques sont avec nous : 2 jours de pluie par an, 40° de moyenne et 0 mm de précipitations en Janvier !

Des étoiles plein les yeux

Le désert de la Tatacoa est connu pour ses paysages mais aussi pour son emplacement idéal pour observer les étoiles. Perdu au milieu du désert, la pollution lumineuse est ici la plus faible du pays. D'autant plus que la Colombie étant située sur l'équateur, le voûte céleste y est la plus large possible. Nous avons donc planté notre tente au bord de l'observatoire pour profiter au maximum des conférences et des explications d'un astronome colombien.

La présentation nous a tellement plu que nous y avons assisté pas 1, ni 2, ... mais 4 fois ! Apprendre à se repérer dans le ciel, à reconnaître les constellations et leurs histoires. Je suis mis nez à nez avec l'infiniment grand et le vertige me prend. Je reste allongé des heures durant à scruter les détails de chaque recoin de la galaxie. Encore une fois, l'influence de la France dans ce domaine est frappante. Je rentre dans la peau de ces personnages qui ont donné leur vie pour comprendre ces points lumineux qui guident les marins. Un vraie révélation, qui m'a mis des étoiles dans les yeux.

Les yeux plongés vers l'infini

Château de sable

Quand on a trop confiance dans les maths, un jour ça peut jouer des tours. 2 jours de pluie par an... nous en avons vécu 3 ! En plein mois de Janvier, saison sèche le désert a bu à gorge ouverte les tonnes d'eau qui s'y sont abattues.

Sous la tente, j'ai entendu la pluie tomber à grosses gouttes sur la toile. Les éclairs découpent le même ciel que nous observions quelques heures auparavant. Je me sens en sécurité dans mon duvet et je profite de ce moment pour me reposer, bercé par le bruit de la tempête sur mon abri.

Le lendemain nous partons en expédition dans le désert rouge. En dehors des sentiers battus nous nous égarons pour découvrir des endroits isolés. Malheureusement la pluie s'est remise à tomber, de plus en plus intense. Le chemin s'est changé en torrent de boue, les os sont trempés et le sable se creuse. Nous couchons un tronc en travers de la rivière pour traverser, l'aventure est à son paroxysme. Nous escaladons jusqu'au point le plus haut du désert et le spectacle est à couper le souffle. Le soleil reprend ses droits petit à petit sur la vallée, l'eau s'évapore et la rivière redevient sable en quelques minutes. Les couleurs naissent sous nos yeux et se mélangent. Les rides de ces paysages millénaires créent des ombres qui nuancent le plat du désert.

Notre prochaine expédition sera tout aussi amusante. Nous partons à la recherche d'une "piscine naturelle" au cœur du désert gris. Un groupe de touristes colombiens nous a pris pour leur guide dans les excavations rocheuses de la Tatacoa, et quelle chance ils auront de nous avoir suivis ! Marcher 2 heures sous 45° dans la boue pour au final ne rien trouver... Le guide colombien a disparu dans le désert laissant 40 personnes sans aucune issue. Les esprits s'échauffent et Alex et moi assistons à un véritable épisode de Koh Lanta. J'avoue que nous prenons un plaisir vicieux à regarder le groupe se désagréger autour de leaders plus ou moins charismatiques. Le vote du conseil risque de faire des étincelles ce soir!

Nous profitons de cette diversion pour nous échapper en douce ! A l'aide d'une carte et d'une boussole nous rejoindrons la piscine naturelle en azimut. Escaladant les rochers et dévalant les pentes, il nous tarde de découvrir ce havre de paix au milieu du sable. Notre oasis, se transformera vite en mirage... A notre arrivée nous tomberons face à face avec une piscine industrielle et des infrastructures qui pourraient faire rougir la ville de Bogota. Le soir nous apprendrons avec surprise que les membres du groupe de la tribu réunifiée sont en fait nos voisins de tentes. Plus de peur que de mal, ils ne nous en veulent pas et on échangera quelques verres de vins. Le lendemain ils nous prendront même en stop dans leur bus de tourisme pendant quelques heures. Cette fois ci nous ne perdrons pas notre route !

Retrouver son chemin dans le désert
Après la pluie... le soleil
Les rides du vieil homme usées par ses larmes
Les aventuriers
Le désert rouge
Le désert gris
Même ici il continue de creuser
3 commentaires

Bill

bill

Il m’a fallu une bonne grippe pour commencer à prendre le temps de lire tes péripéties... je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt mais je suis ravi d’enfin voir un côté positif à rester 22/24h au lit...
J’ai donc commencé par ton dernier article, puis en voyant tes talents d’ecrivain, je me suis mis à tout lire depuis le début. J’ai eu l’impression de lire un livre dont je connais l’acteur principal ! C’est vraiment bien écrit, je ne louperais plus une étape ! Tu m’as fais voyager tant dans ta facilité de lecture qu’avec tes photos ! Je te souhaite d’en profiter au maximum, mais tu m’as l’air bien partit pour !

  • il y a 3 mois

EmmaM

tout est intéressant . merci pour ce beau voyage que je n'aurais pas pu faire sans toi.
Bises

  • il y a 3 mois
Léo

Leo

Merci bill ! J'espère que tu te remets de ta grippe ;) Merci pour ton retour il fait vraiment plaisir !! J'espère que notre projet avance en france :p
Bises

  • il y a 3 mois