Adios Costa Rica

Publiée le 09/12/2021
758 km parcourus et 6000m de dénivelé positif pour 10j de vélo.

Ce pays porte bien son nom « la côte riche » avec un relatif bon niveau de vie (salaire moyen d’un fonctionnaire à 800$ environ). On a l’impression qu’ils sont conscients et fiers de leur richesse économique, naturelle et de leur politique stable et pacifique. Un costaricien me disait fièrement « Nous on a l’eau potable partout ! » en comparaison à ses pays voisins. 

Le volcan Rincon de la Vieja
On ne se lasse pas des couchers de soleil…
La petite ville de La Cruz
Après la tente la piscine !

Traversée rapide du Guanacaste

Nous traversons la région du Guanacaste, terre des haciendas, ranchs et cultures sabanera (cow-boys) avec ses plaines et prairies sèches au pied des volcans Rincon de la Vieja et Orosi. Après un passage par la ville de Libéria pour faire un test PCR Covid (on l’avait presque oubliée cette épidémie) en vue de passer la frontière, nous poursuivons notre route jusqu’à la petite ville très vivante de La Cruz avec vue imprenable sur les collines se jetant dans le Pacifique. On en profite  le lendemain pour découvrir un spot de kite incroyable à Bahía Salinas, balayé par les vents d’Est, bien orienté par rapport à la plage et vue magnifique sur toute la baie. Papa prend un cours particulier avec un français installé ici (l’une des deux seules école de kite, étonnant vu la beauté du spot) et moi je reste 5h à l’eau ! 

Papa se prépare
.
Rafales à plus de 23 noeuds, ça souffle bien !
Avec Damien le prof local
Après avoir kité toute la journée il faut rentrer, et ça monte en plus !

Oscar Arias Sanchez : un remarquable humaniste consacré prix Nobel de la paix en 1987.

Issu d’une famille bourgeoise (exploitant le café), Oscar Arias valide de solides études de droit et d’économie aux Etats-Unis et au Costa Rica. Ministre de l’économie dans le gouvernement de Don Pepe (voir article précédent), il sera élu président en 1986. À cette époque les États -Unis et l’URSS en pleine guerre froide, s’affrontent indirectement selon la stratégie « des dominos » en déstabilisant complètement l’Amérique Centrale. Des conflits armés au Guatemala, Honduras, Salvador et Nicaragua paralysent ces pays et le commerce international. Le Costa Rica sert de base arrière à la fois aux guérilleros et réfugiés. Fervent humaniste le nouveau président élabore un plan de paix : démilitarisation partielle en repoussant les influences des Etats-Unis et URSS, soutien de la liberté de la presse et organisation d'élections libres… Les négociations avec les dirigeants concernés aboutissent (malgré l’opposition de Ronald Reagan). La paix est signée et les combats cessent en 1987. Oscar Arias reçoit alors le prix Nobel de la paix pour son action déterminante. Avec la récompense il crée une fondation pour la paix (résolution des conflits dans les pays en développement et soutien de la condition féminine en Amérique centrale). Après une alternance politique, il sera réélu président en 2006, relayé par une de ses ministres, première femme présidente du Costa Rica. 

3 commentaires

carolefab

On attend la suite avec impatience !...
Bon vent à vous deux
Carole et Fabrice

  • il y a 7 mois

valerielh

Du sport, des rencontres, de la culture et... Encore du sport !
Bref, on reconnaît la Robin 's touch, vaillante en toutes circonstances.
Bonne route pour la suite.
On attend déjà les prochaines nouvelles du week-end avec impatience.
Bisous à tous les deux.

  • il y a 7 mois

boubou41

Je voulais préciser que j'ai créé le blog avec l'aide dEmilie mais c'est bien nos bikers qui le rédigent et qui nous font partager leur belle aventure avec leur superbes photos.

  • il y a 7 mois