Bilan de la Nouvelle-Zélande

Publiée le 06/12/2017
C'est déjà la fin au pays des kiwis... mais le voyage continue !

Et voilà, après quasiment 6 semaines sur la route, c’est déjà terminé. Tout ceci est passé à une vitesse folle ! Nous avons l’impression d’avoir visité des centaines de lieux, d’avoir parcouru des milliers de kilomètres, d’avoir réalisé plein de choses inédites pour nous, d’avoir dépensé beaucoup beaucoup d’argent, d’avoir dit « waouw c’est trop beau » des dizaines et des dizaines de fois… Et tout cela est totalement vrai !

Un panoramique de Wanaka (cliquez dessus pour mieux voir)

Ce qui marque tout de suite en Nouvelle-Zélande, au-delà des paysages, c’est tout d’abord sa végétation : sa variété et sa quantité, il y a des forêts, des pâturages, des fleurs absolument partout. La faune également est particulièrement marquante, surtout les animaux marins et les oiseaux. Vos journées sont rythmées par le chant des oiseaux qui sont souvent peu farouches. Dans l’eau aussi comme on a pu le constater tout au long du voyage ça fourmille d’otaries, de pingouins, de dauphins, de baleines etc. Les néo-zélandais sont très protecteurs vis-à-vis de leur nature et de leurs animaux, un peu à l’image de ce qui se pratique dans les parcs nationaux américains (et c'est tant mieux).

Les néo-Zélandais justement sont très accueillants et malgré leur accent très difficile à appréhender au début ils sont plutôt bavards et très souriants.

Notre cher kayak

Un petit mot sur l’affluence sur les routes. Je m’attendais un peu à être comme dans l’ouest américain, seul sur la route. Mais que nenni, il y a souvent des camions partout et beaucoup de voitures et de camping-cars. Et je n’ose imaginer en décembre et janvier. Ce n’est pas très important mais je m’attendais à autre chose.

Enfin le coût global. Nous le savions mais c’est confirmé à 200 % : tout est très cher ! Quand on vient de Paris ça choque peut être un peu moins cela dit : ) Certes les randonnées et l'accès aux parcs nationaux sont gratuits et permettent d'admirer tous les paysages sans rien dépenser, mais il serait vraiment dommage de ne pas profiter de la multitude d'activités que propose la Nouvelle-Zélande. Cela dit il faut nuancer le propos car les activités sont certes toujours onéreuses mais valent presque systématiquement leur coût et vous ne le regrettez jamais.

White Island

Un petit bilan s’impose, en chiffre tout d’abord :

-5

Comme la température la nuit avant de faire la rando du Tongariro. La seule nuit où nous avons eu vraiment froid du séjour.

0

Comme le nombre de journée horrible passée en Nouvelle-Zélande (c’est vrai on vous jure !)

1

Comme notre première fois pour pas mal de choses (liste non-exhaustive) :

-          Premier voyage en van, et ce fut une expérience géniale

-          Premier match de rugby à 13 au stade, qui plus est pour voir la Nouvelle-Zélande

-          Premier vol en hélicoptère, un énorme plaisir pour nous deux

-          Première marche dans le cratère d’un volcan en activité, très grand moment

-          Premier mouton caressé (et c’est important dans une vie)

Mon pote !

-          Première journée en kayak dans la mer, à Abel Tasman, une journée au paradis

-          Premier cinéma dans un canapé en mangeant une pizza, trop cool

-          Premier fjord (et pas n’importe lequel) visité

-          Première nuit sur un bateau, toujours dans un fjord, mais aussi première pèche dans la mer et pour moi première baignade dans ce cadre

-          Première vision d’une baleine depuis un bateau

-          Première nage avec des dauphins en plein océan, totalement magique

-          Pour Emilie première agression (ou pas) par une otarie

-          Et pour moi premier saut en parachute

2

Comme le nombre de jours de « vraie » pluie et de temps pourri, ce qui n’est rien pour ce pays

Comme le nombre de kiwis (vivants) aperçus

3

Comme le nombre de nuit d’hôtel dans le séjour (+ 2 nuits chez des amis à Wellington)

5

Comme approximativement le nombre de kg de pâtes et riz engloutis (oui difficile de faire de la grande cuisine tous les jours au camping)

15

Comme, environ, le nombre de spot de tournage du Seigneur des anneaux visités

Un grand moment de l'île du nord, Hobbiton

20

Comme le nombre de campings différents

20-25

Comme la température moyenne pendant nos 3 semaines 1/2 sur l’île du sud (avec des pointes à + de 28 degrés !), accompagné quasiment tout le temps de grand ciel bleu

Quelques centaines

Comme le nombre de km que nous avons parcouru à pieds. Avec quelques randonnées de plusieurs dizaines de km dans le lot.

5569

Comme le nombre exact de km parcouru dans notre cher van.

Un panoramique de Mount Sunday (cliquez dessus pour mieux voir)

Voici pour finir nos tops et flops (par ordre chronologique) :

Tops 5 lieux / paysages


Tongariro, pour la diversité des paysages durant le trek et pour la plongée dans le Mordor.

Abel Tasman, un petit coin de paradis avec plage de sable fin, forêt dense et eau translucide.

La région de Wanaka – Queenstown, des paysages de rêve entre lacs et montagnes, des randonnées partout et des activités à foison.

Milford & Doubtful Sound. Milford pour ce qu’il représente et pour la hauteur du fjord, Doubtful pour son immensité et son calme.

Mount Sunday, un îlot perdu au milieu d’une vaste plaine entourée des montagnes, un lieu spécial et grandiose.

La baignade au Doubtful Sound

Top 5 activités (hors randonnées)

L’excursion sur White Island, pour la sensation inédite de l’hélicoptère, son survol au-dessus des fumerolles du volcan et la balade dans le cratère.

Le kayak à Abel Tasman à la découverte de petites plages désertes tout en observant l’abondante faune locale.

Pour Guilhem, le saut en parachute à Glenorchy, une première gravée à tout jamais dans des paysages de rêve.

La croisière sur le Doubtful Sound comprenant pêche, dégustation de homards, kayak, baignade et nuit sur le bateau.

La nage avec les dauphins à Kaikoura, un moment féérique plein d’émotion.

Le Milford Sound une dernière fois...

Et enfin pour être complet il faut bien quelques flops

-  En général un certain de nombre de villes moyennes sans grand intérêt comme Rotorua, Hamilton, Invercargill ou Christchurch. Emilie n'a pas trop aimé Queenstown et ses nombreux touristes fêtards et perso je n'ai pas accroché à Auckland, ville pas vraiment jolie ni intéressante.

-   Franz Josef glacier, un glacier qui a énormément reculé depuis 20 ans et que l’on voit donc d’assez loin et ce n’est pas franchement le plus impressionnant ni le plus beau du monde.

-  Le sud de l’île du sud, surtout en sortant de la région de Wanaka-Queenstown et des fjords, rien d’extraordinaire à voir et à faire.

-  Les touristes. Et oui nous n’étions pas ici en haute saison mais malgré tout il y avait certaines zones ultra-touristiques et cela gâche un peu la découverte (je pense à Waitomo cave, Hobbiton ou Milford Sound par exemple). Mais nous avons réussi à passer entre les gouttes la plupart du temps.

Nous conseillons donc très fortement ce pays aux amateurs de nature, de randonnées, d'activités plus ou moins extrêmes, de culture Maori, de diversité  et de beauté des paysages souvent grandioses. 

Poroporoaki Nouvelle-Zélande, tu vas nous manquer.

Au-revoir Nouvelle-Zélande...
3 commentaires

Richard

Hey mais il n'y a pas de flops en Nouvelle Zélande ?! Le pays du top !

  • il y a 1 semaine

guilie

Effectivement ! C'était un oubli, désormais corrigé merci : )

  • il y a 1 semaine

Richard

Toujours bon de savoir ce qui plait moins. Les touristes, ce fléau

  • il y a 1 semaine