Bienvenido en la selva amazonica!!!

Publiée le 03/10/2019
Tour d'une semaine au cœur de la réserve national Pacaya-Samiria, dans la jungle amazonienne péruvienne !

Après un aller-retour en France et une petite pause de deux jours à  Lima histoire de se recaler niveau horaire... Nous voilà repartis pour de nouvelles aventures du côté  du parc national de Pacaya-Samiria qui se trouve au cœur de la forêt amazonienne péruvienne.

Pour accéder à cette réserve,  il est obligatoire de passer par un tour. Pour s'y rendre il faut déjà faire 2h d'avion depuis Lima jusqu'à Iquitos, ville entourée par la jungle et les différents affluents de l'Amazone. D'Iquitos il faut ensuite faire 2h de voiture pour aller jusqu'à  Nauta, et de Nauta faire 3h30 de bateau en remontant le fleuve!! On passe donc par l'agence Amazon Experience, et question de sécurité c'est pas plus mal. Bah oui la jungle c'est quand même dangereux, il est très facile de s'y perdre et il y a beaucoup d'animaux pas sympas... surtout la nuit! 

Nous arrivons la veille au soir du départ du tour après avoir pris l'avion de Lima. En sortant de l'aéroport, on se rend compte qu'ici on est bien du côté de l'Amazonie! Il fait très chaud et humide! On prend un mototaxi qui nous emmène jusqu'à notre hôtel.On se croirait de retour en Asie, Il y a des mototaxis vraiment partout (alias Tuktuk), c'est la base de l'économie locale selon notre guide. Il y a environ 500 000 habitants ici et 50 000 mototaxis enregistrés sans comptés ceux "illégaux". On va au lit pas trop tard, on veut être en forme pour le lendemain!!

Dans les rues
Le bateau

Day 1!

A 9h, un 4x4 de l'agence Amazon expérience vient nous chercher et nous emmène jusqu'à leurs bureaux afin de choisir les bottes, prendre des jumelles et le matériel nécessaire pour l'excursion.  On part ensuite avec un minibus chargé de toutes les affaires et on file à l'aéroport chercher Jonathan et Sylvia, un couple hispano-mexicain. Ils feront les trois premiers jours avec nous. 

On va ensuite vers Nauta, arrivé là-bas on transfère toutes les affaires et le matériel sur des mototaxis qui nous conduisent jusqu'au port. Il est en soit possible de faire tout le trajet en voiture mais celà a été interdit pour laisser du travail aux locaux, les mototaxis représentant une part importante de l'économie l'ocale. De là on embarque sur bateau à moteur... c'est parti pour 3h30 de navigation !!! 

Sur le fleuve Marañón

Pendant le trajet, on aperçoit des dauphins roses, des dauphins gris. On est tous les quatre comme des enfants à essayer de faire photos et vidéos ! 

Un peu plus loin on croit voir un bébé dauphin rose qui joue. En s'approchant,  on se rend compte qu'il ne joue pas mais qu'il est mort et que ce sont ses congénères qui le tirent vers le bas... 

Le bébé dauphin mort!
Le bateau que l'on a pas pris!

On continue d'avancer jusqu'à l'entrée de la réserve pour s'identifier sur le registre puis on navigue jusqu'à la communauté de "Buenos Aires" où l'on va passer la nuit. On pose nos sacs dans la chambre puis on part en balade. Le cadre est magnifique,  le lieu respire la tranquillité. On croise des enfants qui jouent avec des cerfs-volants faits maison, en les voyant courir on se dit qu'ils en font des kilomètres et des aller-retours pour que leur cerfs-volants restent en hauteur! 

L'entrée du parc
Un dauphin rose
Un vrai dauphin rose, si si!
Buenos Aires
La communauté de Buenos Aires
Les cerfs-volants
Les cerfs-volants
Jacamar del paraiso
Jacamar del paraiso

Les adultes quand à eux jouent au foot ou au volley. Le soleil commence à se coucher... la lumière est juste extraordinaire !

Le soleil se couche
Le soleil se couche
Le soleil se couche... encore

Une fois la nuit tombée, on part avec le guide local Michel, qui nous suivra sur toute la durée du séjour, à la recherche d'insectes et autres animaux nocturnes ! 

Mais juste avant de commencer la balade, il trouve du côté des habitations un serpent très venimeux... le Jergon!

Le "jergon"
Le "jergon"

La sortie d'une heure est fructueuse ! On croise "les fourmis coupe feuilles" qui se trimballent avec...des bouts de feuilles ! Une tarentule à pattes rose, qui n'est pas agressives et qui vit sur des toiles. Une belle araignée scorpion puis une grenouille taureau... il est aussi gros que le poing de Léo ! On n'a pas vu d'autres animaux mais on a entendu un oiseau nocturne, le Tuhuayo.

Fourmis coupe feuilles - hormigas cortadoras
Mygale à pattes roses
Mygale à pattes roses
Mygale à pattes roses
Une petite grenouille
Amblypyge / Araignée scorpion
Smokey jungle frog / Sapo Hualo
Smokey jungle frog / Sapo Hualo
Un autre lors d'une autre sortie

Durant la sortie,  Léo demande si il y a des champignons comestibles.  Michel répond que oui. 5min plus tard il nous dit que l'odeur que l'on sent est celle d'un champignon blanc. On le cherche en vain. Il nous explique que l'odeur que l'on sent est assez proche de celle de l'urine de Jaguar.... et devinez quoi? Il trouve l'endroit où notre cher Jaguar a fait pipi! 

On fait demi-tour puis on rentre manger ! 

Une fois le ventre bien plein on part faire dodo! 

Une belle assiette

Day 2!

Le réveil sonne à 5h30, départ à 6h pour aller à la recherche des... paresseux AKA "Oso perezoso"!!! C'est donc tout excités que l'on embarque sur le bateau. Durant les 10 minutes de trajet on aperçoit en haut d'un arbre un gros oiseau noir, puis un autre! Ce sont des Camungos!! Comme beaucoup, leur nom ici sont souvent tirés du son qu'ils font lorsqu'ils chantent, je vous laisse imaginer pour le Camungo ;-)

sur l'eau....
Camungo
Sur ce zoom, on voit leur "antenne"
Camungo

On observe ensuite un Hornet Screamer. On accoste sur le rivage puis on entre dans la jungle. Il y a trois quatre arbres dont les paresseux sont friands des feuilles, et aujourd'hui on les cherchera surtout dans un arbre en particulier : le secropia. Malgré les jumelles et une attention au maximum sur les arbres... on ne voit personne! On croise ensuite un groupe de touristes qui en ont vu un... il est tellement bien caché et haut dans l'arbre qu'il est quasiment impossible à voir. 

On continue notre balade, et on arrive au bord d'une lagune ou "cocha" comme ils disent ici. On observe un oiseau à long cou et longues pattes posé dans la lagune dont on ne sait plus le nom! Il faut savoir que cette partie de l'amazonie est asséchée et inondable selon l'année. En période sèche comme c'est le cas jusqu'en novembre, on peut donc faire des balades à pied et observer les lagunes. Quand c'est la saison des pluies, le niveau d'eau monte énormément et connecte les lagunes aux rivières, et les différents bras de rivières entre elles. Et pour aller observer les animaux, tout se fait donc en barque!

l'oiseau en question

On croise également le chemin d'un arbre particulier,  "Arbol caminante" ou Renate. C'est un arbre dont les branches créent des racines. Ce qui fait que l'arbre prend de plus en plus de place avec les années. 

Dans la jungle
La lagune
Dans la jungle
Les piments locaux, cultivés dans la jungle : Aji Charapita
Aji Charapita
Sur la route, combo Tortue/Héron

Puis nous faisons la rencontre des paradise tanager (Le Calliste septicolore) aux couleurs bien vives. On rentre, on prend le petit dej puis on part dans un autre endroit poser le camp. Car oui, a partir de là on ne fera que du camping dans la jungle! 

Une fois le camp installé, on fait un tour toujours accompagné de Michel et de Kevin (le guide de l'agence). Et cette fois ci c'est une magnifique rencontre avec des capucins. Il y en a partout! 

Un Capucin
Son collègue!
Un abre immense tombé au mois de mars pendant une tempète
Le camp Day#2

Michel nous parle ensuite du Capiruni, un arbre dont la sève a la propriété d'aider à la cicatrisation des os. Cet arbre a aussi une particularité. Pour la petite anecdote, les branches tombent naturellement, et le côté qui était accroché à l'arbre ressemble à un phallus. 

A la nuit tombée,  nous partons en barque à rame afin d'observer des Caïmans. On peut les observer en journée,mais la nuit c'est plus simple car grâce aux lampes torche, les yeux reflètent la lumière sous forme de deux grosses billes oranges.

On voit plusieurs yeux dès le départ mais dès que l'on s'approche, ils partent sous l'eau. Quelques minutes plus tard Michel en repère un petit, s'allonge sur le devant du bateau et l'attrape par le cou  les mains totalement immergées ! A ce moment là j'ai l'impression de me retrouver dans l'émission de télé Man vs wild! 😂😂 Il fait environ 1m20 et il nous dit qu'il a à peu près 2 ans.

Une fois le caïman dans les mains, Mitchel le met sur le dos et le caresse du menton jusqu'au bas du ventre, car c'est censé l'endormir.  Bon... dès qu'il a été déposé au sol, notre cher ami s'est fait la malle en quelques secondes 😂

On rentre ensuite jusqu'au camp, le silence durant le trajet et le bruit régulier des rames nous bercent à tous. On est complètement crevé et on n'aura pas mis 5min pour s'endormir ! 

Day 3 !

C'est le dernier jour pour nos deux compères, Jonathan et Sylvia. Ils partent pêcher des piranhas pendant que nous allons en forêt avec Mitchel. Il nous montre plusieurs arbres aux propriétés médicinales: 

Le Ohe, dont la sève sert à se débarrasser des parasites intestinaux : 1 cuillère à soupe dans 1L d'eau bouillante. Le nom des arbres que l'on donne sont pour la plupart les noms locaux qu'ils utilisent dans la jungle et donc pas facile à retrouver le nom scientifique.

Le Remo caspi dont l'écorce est une substance similaire au paracétamol et aide contre la malaria. On goûte avec Léo... en effet c'est très amer! Ma tête a beaucoup amusé Léo et Mitchel! 

Remo caspi

On rentre, Jonathan et Sylvia sont déjà partis. On démonte le camp, on mange puis on part vers un autre endroit qui se situent au cœur du parc.  Pendant le trajet, je demande si il est possible de voir des Caïmans la journée. Mitchel me répond que oui mais sur terre car dans l'eau il est très difficile de les voir. Au même moment on passe à côté d'un jeune caïman qui était sur terre et qui plonge dans l'eau! Plus tard on en repère un autre et Mitchel l'attrape au niveau du bassin. Du coup Léo a pu faire des photos sympas! 

Caiman blanc
Caiman blanc
Caiman blanc

Arrivés là-bas on emmène de quoi passer la nuit! Car oui on va dormir au bord d'une lagune en plein cœur de la forêt!! On marche d'un bon pas. Kevin et Mitchel nous montrent un arbre qui permet de faire des cordes, des sangles, des paniers... Kevin s'en sert pour faire des bretelles à son sac  à patate rempli des tentes et duvets, et nous fait essayer! 

En train d'assouplir l'écorce avec la machette

C'est fou de voir comment une simple écorce permet de faire autant de choses! On continue sur le chemin, il y a une balançoire naturelle en liane, forcément on s'y balance dessus! Au premier abord, j'apréhende que celle-ci ne casse sous mon poids, puis en fait non c'est hyper solide souple... et vivant!

Balanç'liane

Plus loin, Mitchel s'arrête devant un arbre et nous explique que c'est le nid de singes nocturnes, les Musmuqui. Il tape sur le tronc creux et on voit apparaître 3/4 singes nocturnes qui nous regardent avec une grande curiosité ! Ils sont trop rigolos à voir! Allez, c'est bon, vous pouvez repartir au lit.

Mono nocturno - Musmuqui
Mono nocturno - Musmuqui

Après 2h de marche, on arrive à la lagune où l'on va monter le camp. 

 Il y a énormément de bruit d'animaux dans la jungle, entre les oiseaux, les insectes, et ici un qui nous interpelle plus que les autres celui de singes dont le cri ressemble au souffle du vent, c'est impressionnant!

On mange puis on repart à la chasse au caïman sans beaucoup de succès, mais on arrive à communiquer avec eux en imitant leur "coassement". On croise quand même une belle tarentule noire à l'entrée de son trou. Celles là elles sont venimeuses et agressives ! Et elle est très impressionnante !

Tarentula Goliath
Tarentula Goliath
Une luciole sur ma frontale, apparemment elle n'éclairait pas assez!

On s'arrête à plusieurs endroits sur le bord de la lagune, il y a plein de poisson luciole c'est super beau!!! 

On part se coucher, Mitchel et Kevin nous disent de ne dormir que d'un œil et de rester alerte si jamais il y a un Jaguar ou caïman. Pour prévenir plus que guérir et les faire partir si on les entend. Bon bah pour être alerte de notre côté c'est raté! On s'est endormi comme des masses, on fait confiance aux locaux!

Day 4!

On lève de camp puis on rejoint le bateau ! On a très bien dormi de notre côté, apparemment Michel et Kevin n'ont pas passé la même nuit. On fait un petit dej, on se lave, on fait une lessive. On reste tranquille jusqu'en début d'aprèm où l'on part voir... des loutres !!! 

C'est en barque, à la rame, que l'on part les observer. Il n'aura pas fallu longtemps pour les trouver! 

On les entend batailler dans la rivière. On s'approche doucement et on aperçoit trois loutres qui s'approchent de nous en faisant pas mal de bruit, puis qui repartent. On les suit jusqu'à leur nid, puis on les voit entrain de manger du poisson qu'elles viennent d'attraper! Et c'est qu'elles mangent hyper vite! 

Loutre - Lobos del Rio
Le nid des loutres

Après ce magnifique spectacle, nous faisons demi-tour. Il commence à pleuvoir un peu. Mitchel pêche du piranha pour le repas du soir. Léo décide de pêcher lui aussi.  Ca mord très facilement ! 

On décide de les goûter au repas du soir. Bah oui ce n'est pas tout les jours que l'on pourra goûter du piranha ! Et vous savez quoi?? C'est délicieux !! 

Une des cinq espèces de martin pêcheur
Pêche aux piranhas!

Day 5 !

Le lendemain on part de nouveau à la recherche de paresseux. En descendant du bateau Mitchel dit à Léo de sauter. Lui qu'est ce qu'il fait? Bah il saute! Sauf qu'il a fait un truc digne des boulettes que je suis capable de faire! Il s'enfonce dans la boue pile jusqu'en haut des bottes! Il est bloqué et moi je suis morte de rire! 

Après que Léo se soit désembourbé, on part donc chercher les paresseux. Sur la rive on trouve une empreinte de jaguar. Mais toujours pas de paresseux.

On verra quand même quelques oiseaux.

Ravitaillement en pain de glace, isolé dans du son de riz!
A la recherche des paresseux
Attention! Arbre qui pique
On cherche encore...!
Un paresseux!! Ah non, c'est Léo
Empreinte de Jaguar
Nid de guèpes ou autre truc qui pique! nid appelé Zapato de par sa forme de bote
Empreinte de tapir
Cushuri - Une espèce de cormorant

Plus tard, durant la sortie nocturne on croisera d'abord un bamboo rat grimper à un arbre. Un gros cafard, deux petits renards qui se poursuivaient que l'on a pu repérer grâce au reflet orange de leur yeux et les musmuquis, les petits singes nocturnes que l'on avait réveillés en journée !

On rentre ensuite au camp. Pendant que nous sommes en balade, le chauffeur du bateau "Chiquiti", au gabarit hors norme pour un local, met des bougies tout autour du camp pour l'éclairer ! Et il met la dose de bougies! Ça donne une ambiance assez romantique au milieu de la jungle 😂

Day 6 !

On part en balade pour découvrir quelques arbres aux propriétés médicinales et pêcher quelques poissons pour le repas du midi. 

Dans les arbres aux propriétés médicinales, on retiendra le "ubos blancs" dont on gratte la chair sous l'écorce puis que l'on presse pour obtenir un jus qui servira contre la diarrhée. 

Mitchel nous indique aussi le nom des deux principales plantes aquatiques des lagunes qui sont le putu putu et la huama. 

Sur le chemin on fait quelques photos sur los arboles caminantes (mais ouis je vous en ait parlé plus haut, c'est ceux dont les branche font des racines! ) avec Michel et Léo.

Dans les arbres
Dans les arbres
T'es grand toi!
Dans les arbres

On arrive au spot de pêche, je tente ma chance... mais comme la patience et moi pour la pêche ça fait deux et que rien ne mord... je laisse ma place à Léo! Il galère un peu avec l'hameçon au milieu des feuilles et pour lui aussi, ça  ne mord pas vraiment. Du coup on change de coin, et finalement Léo arrive à sortir quelques poissons! On rentre donc avec notre butin pour préparer "le pataracha" ou "pescado en vuelta", autrement dit un poisson cuit en papillote au barbecue.

Kevin et Léo préparent le barbecue,  on va ensuite chercher des feuilles d'une plante pour les envelopper, puis les fines tiges d'une plante grimpante pour fermer le tout..

Pour préparer le poisson on va procéder de la manière suivante: 

- On dépose 4 feuilles en trois couches : d'abord une feuille, puis deux, puis une. On dépose ensuite une préparation  dessus (tomate oignons, coriandre en l'occurrence pour nous)

Récolte des feuilles
Passage des feuilles sur le feu pour les assouplir
Ce qui nous servira de ficelle
Les 4 feuilles
Garniture

- On ajoute par dessus 3 de nos poissons dont dont on rempli leur ventre de la préparation 

Les trois poissons

- On rajoute de la mixture par dessus  puis on remplit les feuilles pour en faire des papillotes que l'on ferme grâce aux fines tiges de l'autre plante. 

Garniture

- On pose le tout sur le barbecue, puis on tourne et retourne jusqu'à que ce soit prêt ! 

Le tout sur les braises du barbecue!

Dernière étapes et pas des moindre... A table!!!! La cuisinière nous a préparé du riz en accompagnement! Mais une assiette bombée chacun --'  Le poisson était délicieux !!!

Ouverture de la papillote!
Tadam!
Mouche qui pique!
On vous rassure, les moustiques étaient aussi de la partie!

En fin de journée,  on va se baigner dans l'eau de la rivière. On est bien content car il a fait très chaud cette journée, et avec l'humidité de la jungle on est très vite très poisseux !! Et je fait des vidéos au ralenti de Léo qui tente des plongeons !

coucher de soleil
En cuisine sur le bateau

Et quand on jette nos restes, les arrêtes, ou n'importe quoi dans l'eau, il y a toute une armée de petits poissons qui sont là!

Posés!

Durant notre dernière balade nocturne, nous n'avons quasiment rien vu. Seulement entendu siffler des scorpions ! (Oui nous aussi on ne savait pas que les scorpions pouvaient siffler!)

Last day!

Cette dernière journée est tranquille, c'est que du bateau! 

On part le matin pour rejoindre Buenos Aires pour le déjeuner, puis direction Nauta où l'on reprendra la voiture pour Iquitos ! 

A Iquitos nous n'avons rien fait de particulier.  Juste du repos et un tour au marché de Belen bien encombré! On a finit notre séjour à Iquitos par une soirée  bouffe/pisco/film. 

On prendra l'avion le 19 septembre en début de journée, puis on enchaînera par un bus pour Arequipa où l'on fera un stop de 3 jours afin de ne pas enchaîner trop de bus. On en profitera pour rattraper notre retard sur le blog. Eheh! 

Le 23 septembre au soir on prendra un bus qui nous emmènera jusqu'à Puno où l'on prendra un autre bus qui nous conduira vers un nouveau pays à découvrir... La Bolivie!!! 

Photo en vrac

Voici quelques photos en vrac de différents oiseaux que l'on a pu voir tous au long de notre excursion! Enjoy!

Non, pas un oiseau, mais un petit cafard!
Non toujours pas un oiseau, mais un chatounet à Buenos Aires
Guacamayo azul y amarillo
"Victor Diaz" ou "great Kiskadee"
"Tumuy Tumuy" ou "capped heron"
.
Prêt au décollage
.
Vol de guacamayo
Martin pêcheur
Guacamayo azul y amarillo
.
Gavillan mama vieja
.
Le héron cendré
Puma garza ou "Onoré rayée"
.
.
"Shihuango" ou "yellow headed Caracara"
"Tihuacuro de cabeza negra" ou "black fronted nunbird"
0 commentaire

1 Voyage | 56 Étapes
Réserve nationale Pacaya-Samiria, Lagunas, Pérou
250e jour (11/09/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 05/01/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux