Île-du-Prince-Édouard

Publiée le 28/08/2017
Poursuite de mon périple dans les Maritimes par l'Île-du-Prince-Édouard, la plus petite province du Canada.

Située à quelques kilomètres au large du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard s'étend sur environ 224 kilomètres de long. Depuis 1997, elle est reliée au continent par le pont de la Confédération, long de 13 kilomètres. Avec environ cent cinquante mille habitants, cette province est la moins peuplée du Canada. Elle dispose néanmoins, et de loin, de la plus importante densité de population du pays (territoires exclus).

Emprunter le pont de la Confédération

Si vous souhaitez vous rendre à l'Île-du-Prince-Édouard par voie routière, le pont de la Confédération sera un passage obligé. S'il ne vous en coûtera rien à l'aller, vous serez délesté de 46,50 CAD au retour (pour une voiture) ! Il existe en outre un service de navette offert aux piétons et cyclistes, qui devront respectivement s'acquitter de 4,25 CAD et 8,75 CAD pour un aller-retour.

En fond, le pont de la Confédération

L'île est également caractérisée par la couleur brune-rouge de son sol. Celui-ci est très fertile et propice à la culture de la pomme de terre, ce qui a valu à la province le surnom de l'« île aux patates ». La qualité des terres agricoles a d'ailleurs poussé une communauté Amish de l'Ontario a émigré dans cette province l'an passé. Même si j'étais au courant de ce fait avant de m'y rendre, quelle ne fût pas ma surprise lorsque j'ai croisé deux attelages au beau milieu de l'île !

La couleur rouge caractéristique du sol de l'Île-du-Prince-Édouard

L'île comportant plus de cinquante phares maritimes, ceux-ci ont servi de prétexte dans l'établissement de mon itinéraire. J'ai ainsi effectué un tour quasi-complet du territoire, passant de phare en phare. Faisant de l'auto-stop, impossible de les voir tous, mais j'ai tout de même eu l'opportunité d'en voir quelques-uns.

West Point Lighthouse
Le phare de Victoria
Point Prim Lighthouse
Wood Islands Lighthouse
Cape Bear Lighthouse
Le phare de Souris
East Point Lighthouse

Il est souvent possible de monter en haut de ces phares… moyennant cinq ou six dollars.

Les villes

J'ai traversé et visité quelques villes à PEI (« Prince Edward Island »), parmi lesquelles Charlottetown, la capitale, Summerside, Cavendish ou encore le petit village portuaire de Victoria. Même si ce dernier était vraiment charmant, il était un peu trop touristique à mon goût (énormément de voitures garées de manière anarchique un peu partout à proximité du port). Seule la capitale m'a réellement intéressé. Je n'y suis malheureusement pas resté bien longtemps, juste le temps de déambuler quelques heures dans ses rues en fin de journée. Suffisamment longtemps néanmoins pour palper une charmante ville, colorée, où il semble faire bon vivre. Summerside m'a paru sans réel intérêt alors que Cavendish, où je me faisais une joie de m'arrêter à la vue de quelques clichés dénichés sur Internet, n'est finalement rien d'autre qu'une ville organisée pour le tourisme.

Le port de Victoria
Cabanes de pêcheurs, Victoria
Les maisons colorées de Charlottetown
Basilique-cathédrale Saint-Dunstan, Charlottetown
Entrée de la rue commerçante Richmond Street

L'arrière-pays

Je pense que la vraie richesse de l'Île-du-Prince-Édouard réside dans ses campagnes et en sa côte, au travers de ses champs de cultures, de sa terre et de son sable rouge. La province n’étant pas très grande, il est vraiment aisé et agréable de la parcourir et effectuant des haltes régulières pour admirer les environs.

La campagne de l'Île-du-Prince-Édouard
Basin Head Provincial Park
Quelque part, sur les routes de PEI
Quelque part, sur les routes de PEI
Coucher de soleil sur Summerside

L'auto-stop sur l'Île-du-Prince-Édouard

Un peu moins évident de faire du stop sur l'Île-du-Prince-Édouard qu'au Québec, mais ce ne fût pas une corvée pour autant ; je suis toujours parvenu à aller où je voulais dans les temps, sans réelle difficulté. Je suis même tombé sur une personne qui a pris énormément de son temps pour me faire découvrir une partie de l'île et sur un voyageur que j'avais rencontré dix jours plus tôt à l'auberge de Moncton, avec qui j'ai pu faire un bon bout de chemin !

Poucomètre : 7 618 kilomètres.

Conclusion

J'ai beaucoup aimé parcourir cette province, elle dispose vraiment d'un charme à part. Les gens y sont également très gentils. Néanmoins, je ne pense pas qu'il ait été idéal pour moi de la visiter en pouce, les lieux d'intérêts étant souvent excentrés. J'avais parfois un peu l'impression de passer pas mal de temps sur la route pour essayer de voir un phare, y arriver, prendre une photo, faire un tour du propriétaire, et recommencer. Mais c'est la manière que j'ai choisie pour voyager :) Je suis en outre arrivé un poil trop tard pour admirer les champs de colza en fleur, également très caractéristiques de l'île.

« Il voyage plus vite celui qui voyage seul. »

– Rudyard Kipling

0 commentaire

1 Voyage | 100 Étapes
Charlottetown, PE, Canada
202e jour (07/08/2017)
Étape du voyage
Début du voyage : 18/01/2017
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux