Plattsburgh, État de New York, États-Unis

Publiée le 31/03/2017
La neige et le froid, c’est cool, mais la chaleur des cocotiers, c’est pas mal aussi. Après deux mois d’hiver passés au Canada, il était temps de prendre un peu de vacances sous les tropiques !

Ayant pris pour prétexte un festival de musique électronique (qui me faisait de l’œil depuis quelques années), j’ai décidé de m’accorder un peu de repos bien mérité au cœur de l’hiver canadien en allant passer quelques jours au sud de la Floride. Ce festival, qui réunit plus de 150.000 personnes, et au ticket d’entrée prohibitif (environ 450€ pour trois jours…) se déroule chaque année, à Miami, durant les vacances de printemps (le fameux « spring break »). 

Le passage de la frontière

Toujours dans ma volonté d’essayer de rester le plus économe possible sur les déplacements, j’ai décidé de prendre un vol interne dans les États-Unis, plutôt que de partir de Montréal. Bien moins cher. Je me suis pour cela rendu à Plattsburgh, dans l’État de New-York, à une centaine de kilomètres au sud de Montréal. Et pour m’y rendre, hors de question de payer un bus : le trajet se fera en stop, le passage de la frontière se fera…  à pied ! J’ai pu glaner relativement peu de témoignages de personnes ayant traversé la frontière Canada/États-Unis à pied, mais à priori, c’était jouable ! Je savais juste qu’il fallait éviter d'être trop bavard sur l'auto-stop.

Mon vol étant le samedi matin, je décide d'assurer le coup en partant la veille au matin de Montréal. Si jamais je me fais refouler pour une raison ou pour une autre à la frontière, cela devrait me laisser le temps de revenir à Montréal et prendre un bus pour refaire le trajet dans la soirée.

Après trois trajets avec une française, un couple de sud-américains ne parlant pas un mot d'anglais puis avec un méchant monsieur avec des tatouages de partout (en fait il était super sympa !), je me retrouve au duty free, juste avant la frontière. C'est là que je me rappelle qu'il va me falloir 6$ pour payer mon passage. Dollars que j'ai bien évidemment oublié de retirer avant. Heureusement, le duty free dispose d'un distributeur. Malheureusement, pour tout achat, il est impératif de donner sa plaque d'immatriculation. Et… bah je n'en avais pas ! Situation assez cocasse et amusante avec les caissières ; je pense que mon histoire leur a fait la journée.

Chef ! Y'a un problème !

Vient alors le moment délicat du passage de la frontière. Premier constat : il y a plusieurs files pour les voitures, une voie pour les bus, une autre pour les camions et véhicules commerciaux, une ligne pour je ne sais qui, mais aucune signalétique pour les piétons à l'horizon. Du coup, j'ai pris la ligne je-ne-sais-qui. Je me suis mis derrière une voiture, et j'ai attendu que le douanier me fasse signe de m'avancer vers lui. Après plusieurs questions assez sèches, il m'oriente vers le bâtiment de vérification des passeports (passage obligé pour tout le monde) où un autre agent, bien plus sympathique, me fait passer un second interrogatoire, dans une pièce à l'écart (ça c'était que pour moi !). Au final, tout s'est très bien passé, j'ai même dû rappeler à l'agent que j'étais censé payer quelque chose (il m'avait dit que tout était OK sans même tamponner mon passeport...). Un stop plus tard, me voilà à Plattsburgh, avant midi.

Ok, je vais où moi maintenant ?!
'merica, me voilà !

Plattsburgh

Autant vous dire que je me rendais à Plattsburgh pour son aéroport et non pour son attrait culturel ou historique. Néanmoins, j'ai été très agréablement surpris de découvrir une belle ville de près de 20'000 habitants, située sur la rive ouest du lac Champlain. J'ai pris beaucoup de plaisir à m’y balader durant une demi-journée. La ville a un passif historique assez important, puisque située entre ce qui fût un temps la Nouvelle-France et la Nouvelle-Angleterre. Avant la fondation officielle de la cité en 1785, les abords du lac ont été le théâtre de nombreux conflits, durant près de deux-cent ans. Aujourd'hui, il est possible d'y voir de nombreux bâtiments et monuments historiques, ainsi que de belles maisons victoriennes.

Durkee Street
Hayes Homestead House
Le MacDonough Monument à gauche, le City Hall of Plattsburgh à droite
La statue de Samuel Champlain dominant le lac éponyme
Plattsburgh City Beach

Mon passage par l'aéroport de Plattsburgh m'aura permis de découvrir une ville où je n'aurais jamais pensé à mettre les pieds. Et, malgré l'absence de cocotiers, ce fût une belle découverte !

« Le voyageur voit ce qu'il voit. Le touriste voit ce qu'il est venu voir. »

Gilbert Keith Chesterton

1 commentaire

François

RonronEtYoyo

Très belle citation à la fin !

  • il y a 1 an
1 Voyage | 102 Étapes
Plattsburgh, État de New York, États-Unis
59e jour (17/03/2017)
Étape du voyage
Début du voyage : 18/01/2017
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux