Bonavista, Terre-Neuve-et-Labrador

Publiée le 24/11/2017
De retour au Canada, reprise de mon voyage à la découverte de Terre-Neuve.

Le retour au Canada

Après mon trip aux États-Unis, j'étais vraiment heureux de repasser la frontière canadienne. Presque soulagé. Sentiment difficile à décrire, mais je savais que je revenais dans un pays où je me sens réellement bien, où je me sens chez moi. En revenant de Saint-Pierre-et-Miquelon, j'ai paradoxalement eu le même sentiment. Bien que satisfait d'avoir découvert ce bout de France, en posant de nouveau pied à Fortune, je savais que c'était au Canada que je devais vivre le moment présent, et non ailleurs.

Port de Fortune

C'est en recroisant la route d'un Terre-Neuvien qui m'avait aidé, trois jours auparavant, à rejoindre Fortune, que j'ai définitivement su que prendre ce bateau retour avait été la bonne décision. Et pour cause, alors qu'une nuit pluvieuse en tente s'annonçait, celui-ci m'a gentiment invité à la passer dans sa caravane tout confort. Et pas le genre de petite caravane européenne. Plutôt la caravane american style. J'ai également été convié à la table familial puis à passer la soirée avec ses amis, dans une cabane de jardin transformée en… bar ! Occasion inattendue de devenir un vrai Newfoundlander, au cours de la cérémonie du screech-in. Il m'avait été rapporté que les Terre-Neuviens étaient le Canadiens les plus chaleureux et gentils. Je n'ai pas encore découvert chacune des dix provinces, mais cela ne doit pas être loin de la vérité.

Screech-in

La cérémonie du screech-in constitue un rite de passage durant lequel un Terre-Neuvien, accoutré en marin, fait réciter un discours (incompréhensible) à un profane, tout en lui demandant de déguster des mets pas vraiment identifiés, d'ingurgiter quelques shots de rhum local, puis d'embrasser une morue congelée (toujours la même, bien entendu !), À l'issue de celle-ci, l'initié reçoit un diplôme, devenant à son tour à Newfoundlander (un Terre-Neuvien).

Je suis donc officiellement Terre-Neuvien !

Skerwink Trail

Remis de mes émotions, j'entreprends le lendemain de traverser de nouveau l'île, d'ouest en est, afin de rejoindre Bonavista Près de 300 kilomètres pour observer un joli phare vu en photo.

Avant d'y parvenir, je ferai une halte à une cinquantaine de kilomètres de l'objectif, pour profiter d'une randonnée vivement conseillée par l'un de mes chauffeurs du jour : le Skerwink Trail. Bien m'en a pris puisque j'y ai découvert de somptueux panoramas : des falaises, des criques, des oiseaux et des points de vue à couper le souffle. Alors que je reprochais aux sentiers du Cap-Breton d'être particulièrement monotones avant d'atteindre la délivrance, ici, point de temps mort, seulement 5,3 kilomètres de bonheur ! Droit d'entrée au parc : gratuit.

Skerwink Trail
Skerwink Trail
Skerwink Trail

Si vous avez un peu de temps devant vous, je vous conseille également de profiter de Trinity, petit village historique situé de l'autre côté de la baie.

Vue panoramique sur Trinity

Cap Bonavista

Arrivé en milieu d'après-midi au cap Bonavista, je découvre enfin ce que j'avais vu quelques jours plus tôt en photo : un beau phare aux formes et couleurs très atypiques, faisant face aux éléments dans un cadre exceptionnel. Difficile d'espérer mieux pour achever cette longue journée.

Phare de cap Bonavista
Cap Bonavista

Éreinté et n'ayant pas vraiment d'endroit ou déposer mes sacs à dos, j'ai ici fait l'impasse sur la randonnée qui fait le tour du cap. J'ai toutefois eu des retours très élogieux sur ce sentier par la suite. Si vous avez la chance de vous y rendre, ne manquez donc pas le rendez-vous ! Ne manquez pas non plus un passage par le petit parc provincial de Dungeon, situé non loin, où vous pourrez contempler deux arches naturelles.

Dungeon Provincial Park

« Les souvenirs d’un homme constituent sa propre bibliothèque. »

– Aldous Huxley

0 commentaire

1 Voyage | 102 Étapes
Bonavista, NL, Canada
221e jour (26/08/2017)
Étape du voyage
Début du voyage : 18/01/2017
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux