Jour 35 - La Route de la Mort

Publiée le 09/05/2019
J'ai volontairement skippé la journée du 2 mai dans mon blog parce que je suis resté toute la journée à l'auberge, le temps était maussade. Pour ce 34è jour en revanche, j'ai descendu à vélo la tristement célèbre route de la mort !

C'est avec la compagnie Ride On que j'ai décidé de tenter l'expérience de la Vallée de la Mort. C'est l'une des attractions phare des alentours de La Paz. Le guide qui s'appelle Willy, vient me récupérer à l'accueil de Loki pour embarquer dans un mini-van avec 6 autres personnes. Nous marquons ensuite un cours arrêt au local pour récupérer l'équipement, avant de nous remettre en route vers le point de départ de notre excursion, une lagune située à 4700m d'altitude. 

Une fois là-haut, nous enfilons notre équipement et testons les vélos. Willy nous brief sur le comportement à aborder et sur le déroulement de la journée. Les premiers kilomètres se feront sur la nouvelle route qui relie la ville de La Paz à Coroico (comptez 3h entre les deux). La Route de la Mort relie ces mêmes villes en 1h30, raison pour laquelle elle est encore aujourd'hui ouverte au traffic, enfin à ceux assez fou pour tenter l'expérience. 

Nous voila parti pour 15 kilomètres de descente sur asphalte, je profite de la vue toute en doublant d'autres cyclistes et certains camions de marchandise. Cette sensation de vitesse et superbe, sous un grand soleil. Nous marquons quelques arrêts sur le chemin pour prendre des photos du paysage. 

1h plus tard, nous arrivons à l'entrée de la légendaire route de la mort. Une piste de cailloux de 3m de large qui serpente à flan de montagne. D'un coter la montagne, de l'autre le vide. Nous commençons notre descente sur piste dans les nuages, ce qui donne une atmosphère lugubre, connaissant l'histoire de cette route. 

Pour mieux comprendre, la route de la mort était, jusqu'à 2006, l'unique liaison entre La Paz et Coroico. Le trafic y était très dense et les accidents arrivaient quasiment tous les jours. Entre 1995 et 2006, on estime que 2800 personnes auraient perdu la vie en empruntant cette route. Depuis 2006, les accidents se font plus rare grâce à la construction de la nouvelle route, mais certains, par économie de temps, n'hésitent pas à emprunter le chemin.

Le guide nous explique que depuis 2006, une soixantaine de touristes auraient perdu la vie en descendant la route de la Mort, ainsi que 5 guides, dont l'un de ses collègues. Les nombreuses croix que nous croisons au fur et à mesure de la descente témoignent de la dangerosité de la route. 

Ci-dessous quelques photos d'illustrations d'avant 2006. 

croisement compliqué
route étroite

Au début le guide nous dit d'aller doucement, pour contrôler notre vitesse et éviter de nous retrouver 1000m plus bas, au fond d'un précipice. La piste est remplie de cailloux, il est très facile de déraper ou de faire une sortie de route. Le premier tronçon, je fais chauffer les freins. La piste est assez large pour deux vélos côte à côte mais je fais attention de ne pas dépasser mes camarades dans les virages à 90°. 

Nous nous arrêtons à un point de vue et le guide nous dit que c'est un petit avant gout de ce qui nous attends. La route de la mort, c'est un total de 64 kilomètres de piste à flan de falaise, construite par des prisonniers Paraguayens à l'époque de la guerre entre les deux pays. 

Plus la descente se poursuit, plus je suis à l'aise avec le vélo et le chemin. Je pars donc full speed, l'adrénaline monte, je lâche les freins et enchaine les virages. J'adore ! 

Sur le chemin nous faisons plusieurs photos à des endroits phares de la route de la mort, et recevons des explications sur la mort de certaines personnes, voici quelques exemples: 

- une touriste japonaise est tombée de la falaise parce qu'elle prenait des photos avec son smartphone, tout en pédalant et a perdu le contrôle. 

- un guide a trop reculé en voulant laisser passer une voiture. Son pied a glissé dans le vide, l'emportant. 

- un bus de touriste a essayé de passer dans une endroit exigüe, juste après une éboulement. Il a terminé dans le vide avec son chauffeur, les passagers étaient descendus. 

Beaucoup de touristes ont trouvé la mort ces dernières années par faute de vigilance 

Notre périple se termine dans la ville de Coroico, dans un hôtel où nous déjeunons et prenons des douches, avant de prendre la direction de La Paz, 3h30 sur la nouvelle route de bitume. 

0 commentaire

2 Voyages | 89 Étapes
North Yungas Road, Bolivia
35e jour (03/05/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 30/03/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux