Cebu - Tokyo

Publiée le 18/03/2020
Aujourd'hui, une chasse au vol disponible est lancée ! Nous en sortons vainqueurs. Vol disponible depuis Cebu pour Tokyo avec un billet suivant pour Tokyo Paris direct !!!! Ouiii ! Nous ne resterons pas confinées aux Philippines !!

Il est 5h45 quand je me réveille. La nuit a été très courte. La journée va être intense aujourd'hui mais nous devons trouver un vol pour partir d'ici afin de regagner la France.

Nous faisons nos sacs. Nous prenons le temps de prendre un bon petit déjeuner avant de partir. Un pancake chacune, un café et une omelette avec du pain de mie.

Nous réservons un Grab, il vient nous chercher devant l'auberge. Nous espérons ne pas y revenir et avoir trouvé une solution pour partir d'ici.

Il y a un peu de circulation sur les routes mais nous y arrivons rapidement. Nous commençons par prendre des informations au bureau d'informations. Nous souhaitons savoir si l'affrètement d'avions pour partir de Cebu vers Manille a avancé. Il n'y a  encore aucune information. De nombreuses personnes ont dormi dans l'aéroport en attendant ces précieuses informations. En effet, de nombreuses personnes ont acheté un vol depuis Manille au cas où un avion serait affrété.

Nous décidons aujourd'hui de passer notre journée à l'aéroport, s'il le faut, pour faire du forcing auprès des compagnies aériennes.

Nous avons vu qu'un avion vers Taiwan avait lieu ce matin. Un direct ce soir peut se faire pour Paris, un vol est disponible. La compagnie se trouve à l'intérieur du hall des départs alors que tout le monde attend de ce côté, près des compagnies. Nous demandons à un membre de l'aéroport que nous souhaitons voir la compagnie, à l'intérieur du hall des départ. Elle nous accompagne, passant les gardes qui ne permettent l'accès seulement aux personnes détentrices d'un billet du jour.

Nous y voilà. Nous avons déjà une avance sur toutes ces personnes qui attendent à l'extérieur de ce hall. 

Nous nous renseignons concernant ce vol. Cela peut être possible, il faut attendre que de potentiels passagers ne se présentent pas. Nous comprenons également qu'il faut acheter un billet pour n'importe quelle date et l'échanger pour une demande d'un vol plus tôt. Nous recevons toutes ces informations et son contraire. Finalement, nous restons bloquées devant la porte d'embarquement. Nous sommes seules à faire ce forcing. Nous allons continuer avec d'autres compagnies.

Nous nous informons d'un autre vol pour Bangkok pour demain. Nous demandons à être mises sur une liste au cas où des désistements auraient lieu. Nous serons là devant le bureau demain.

Entre ces solutions, nous poursuivons sans relâche les demandes d'informations aux bureaux des compagnies, nous regardons les sites de billets d'avion pour Paris depuis les vols d'aujourd'hui. En croisant ces données avec les données des différents gouvernements et ambassades de ces pays et celui du gouvernement Philippin. Le casse tête continue.

Nous nous accordons une pause déjeuner, ça sera un pot de noodles pour ce midi. Nous demandons s'ils possèdent des masques. La réponse est oui. Nous voilà recouverte de ce masque de chantier pour une durée de trois jours.

Nous continuons notre offensive. Direction la compagnie en direction de Séoul en Corée du Sud. Nous demandons à être sur une liste pour le vol de cette après midi. Nous sommes 8eme et 9eme si des places se libèrent C'est possible. On y croit.

Nous poursuivons notre offensive en nous inscrivant pour le vol de cette après-midi pour Tokyo. Le prix est exorbitant, 1000 euros le siège pour Tokyo. Nous le prendrons s'il le faut. Nous sommes 20eme sur la liste... Un vol direct de Air France pour Paris depuis Tokyo a lieu demain matin. Prix de 500 euros. Cher mais tout s'enchaîne bien.

Il ne nous reste plus qu'à attendre. Il reste des vols pour Dubaï, la Malaisie, Hong Kong, Singapour... Mais les conditions d'accès aux voyageurs sont restreintes... Mise en quarantaine, visa à l'arrivée, vol incertain pour la suite...

Il ne nous reste plus qu'à attendre. C'est également le moment de dépenser un peu notre argent pour ne pas repartir avec trop de monnaie. Ln achète des masques. 

A peine, elle a le temps de revenir qu'une hôtesse court vers nous en nous appelant par nos prénoms et noms. Elle nous dit que c'est bon. Nous avons un vol !!! Nous la suivons au pas de course. Avec cette précipitation, cette euphorie, nous ne savons même plus où nous allons. C'est Tokyo !! Nous sommes les seules à avoir été appelées de cette manière. Nous devons par contre présenter un ticket d'embarquement pour prouver notre sortie du territoire Japonnais. Nous achetons sur notre téléphone au même moment un Tokyo Paris pour demain matin à 500 euros, tout en réalisant la transaction de ce vol ! C'est dingue ! Le vol est confirmé pour Paris nous pouvons embarquer dans notre avion pour Tokyo !! Nous laissons exploser nos cris de joie. 

Nous nous précipitons avec nos précieux billets vers la porte d'embarquement. L'avion est déjà rempli, ils n'attendent plus que nous.

Nous montons dans l'avion, notre place est classe business. Nous comprenons le prix exorbitant. Nous ne savons pas combien d'heures de vol nous avons. Nous ne savons pas non plus le décalage horaire... Nous n'y croyons pas ! Nous sommes dans un avion alors que tant d'autres sont dans l'attente. C'est incroyable !

Nous essayons de réaliser ce qu'il nous arrive ! Nous ne sommes plus qu'à un vol de Paris. Nous espérons que Air France maintienne bien son vol de demain matin.

Nous savons à présent qu'il y a une heure de plus de décalage horaire entre les Philippines et le Japon. Nous passons à 8h avec la France. Nous avons également 4h30 de vol. C'est l'occasion de penser à la suite, de réfléchir à après. Quand nous arriverons pour Paris, comment ferons nous pour regagner la France ?

Le sommeil ne vient pas. L'excitation est encore là.

Nous arrivons vers Tokyo. Chaque minute passé à bord de cet avion nous coûte 3.7 euros. C'est cher la minute de vol. Nous atterissons à l'heure prévue, il est 20h30, il fait 11 degrés dehors... Nous n'étions pas prêtes. La polaire va être de sortie. A bientôt les débardeurs.

Nous entrons dans l'aéroport. C'est propre ici. Le service est efficace et très très bien équipé en numérique. Nous remplissons deux documents pour les autorités. Nous avons même un visa Japonais pour une durée de 90 jours. Dommage notre vol de retour est demain...

Nous récupérons notre sac sans soucis. Nous échangeons notre monnaie en Yen Japonaise. Nous nous rendons vite compte qu'il n'y a pas grand monde dans l'aéroport. C'est même désert. Nous cherchons le bon terminal. Nous devons prendre un bus pour l'atteindre. C'est exactement la même chose ici, il n'y a plus personne dans ce très très grand aéroport de Tokyo. Les vols de la journée sont terminés. Beaucoup de vols sont annulés faute de passagers... Nous cherchons notre vol pour demain. Nous demandons à un policier pour qu'il nous renseigne. Nous nous enregistrons via une borne et imprimons notre billet. Nous partons demain matin avec certitude à 10h55 pour Paris. Nous devrions arriver pour 15h40 !! Retour en France anticipé et assuré !

Nous cherchons un endroit pour dîner. Le policier nous conseille le rez de chaussée, seul magasin de l'aéroport ouvert, tout prêt où se trouve la zone d'attente pour les passagers qui passent la nuit ici. En effet, l'aéroport est fermé en grande partie la nuit. Il ne reste que cet espace. Une hôtesse de l'aéroport nous confirme ces informations.

Nous avons faim, nous décidons de dîner. Des pâtes carbonara à emporter et réchauffer avec un oeuf et un yaourt au kiwi. Ça fera l'affaire pour ce soir.

Après le dîner que nous prendrons dans un coin, nous essayons de trouver un petit coin pour nous poser. Il n'y a personne mais les gens arrivent.

Nous passons une bonne partie de la soirée à voir comment nous pourrions effectuer le trajet Paris Bretagne. Un nouveau casse tête commence avec des pistes sérieuses.

Nous essayons de nous endormir tant bien que mal sur ces bancs en plastique...

2 commentaires

Yveline

Yveline78

c'est bien vous avez pu rentrer, nous sommes en Malaisie et partons ce jour à la chasse aux billets. Nous devons obligatoirement quitter ce pays demain car plus d'hébergement pour nous. C'est chaud ........

  • il y a 2 ans

Hellodit

Oui j'ai pu rentrer. Je suis arrivée chez moi. J'espère que vous arriverez à trouver un vol qui vous ramènera également chez vous. Tout ceci sonne la fin de nos voyages... Mais vaut mieux préserver notre santé pour continuer à voyager plus tard. Portez vous bien et bon courage.

  • il y a 2 ans
1 Voyage | 151 Étapes
Aéroport international de Narita (NRT), 1-1 Furugome, Narita, Préfecture de Chiba, Japon
149e jour (18/03/2020)
Étape du voyage
Début du voyage : 22/10/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux