LE COTOPAXI.

Publiée le 12/10/2019
Une incroyable journée, inoubliable tant l exploit est grandiose pour nous :-)

Nous prenons la décision de quitter Quito, après avoir pris notre dernier petit déjeuner dans le hall d immeuble de Sergio. Oui Sergio et son épouse propose café chaud, empenadas en tout genre, tous les matins jusqu'à 09h00. Comme l hostal proposait des petits dej à 3$ par personne, et que nous trouvions cela un peu cher, nous achetons nos viennoiseries à la boulangerie en dessous de l hôtel, 1$ les 6 viennoiseries, et le café de Sergio à 1$ les 2 grands verres, il n y avait pas photo.Et puis c était l occasion de partager un mot avec les gens locaux qui venaient ,y petit déjeuner aussi

We make the decision to leave Quito, after having our last breakfast in Sergio's building lobby. Yes Sergio and his wife offers hot coffee, empenadas of all kinds, every morning until 09:00. As the hostal offered breakfasts at $3 per person, and we found it a bit expensive, we buy our pastries at the bakery below the hotel, $1 for the 6 pastries, and Sergio's coffee at $1 for the 2 large glasses. There was no photo. And then it was an opportunity to share a word with the local people who came, there breakfast too

Sergio et son épouse pour le petit dej

Les manifestations annoncées pour le 9 vont probablement mettre la capitale sans dessus dessous. Nous savons que les campesinos et les communautés indigènes, les populations les plus pauvres donc les plus touchées par les mesures, affluent vers Quito. Nous allons donc descendre vers la région des volcans. Sur le flanc est des Andes. Nous trouvons un Uber qui nous dépose au pieds du Cotopaxi. A 3100 mètres, le rondador fait office de premier refuge. Un lieu chaleureux, confortable où l'on mange bien. Si nous devons y rester quelques temps, c'est déjà ça

The events announced for the 9th will probably put the capital upside down. We know that campesinos and indigenous communities, the poorest populations and therefore the most affected by the measures, are flocking to Quito. So we're going down to the volcano region. On the eastern flank of the Andes. We find an Uber that drops us off at the foot of Cotopaxi. At 3100 meters, the rondador serves as the first refuge. A warm, comfortable place where you eat well. If we have to stay there for a while, that's it

L hostal Rondador

A peine arrivés, nous avons l'opportunité de tenter l'ascension. Même si le temps est couvert. De toute façon, il est hors de question de monter au sommet qui culmine à 5900 mètres. Nous partons en pick up avec Nancy, notre guide. Depuis l'entrée du parc, nous montons jusqu'à 4500 m. Nous traversons des forêts de pins qui disparaissent peu à peu au profit de grandes etendues steppiques ou quelques rares buissons resistent aux conditions extremes. Nous attaquons tranquillement l'ascension, à petits pas. Emmitouflés dans nos blousons, nous respirons profondemment. Nos globules rouges crient famine, il faut gérer le manque d'oxygène. A 4900 m, après nous avoir jaugé, Nancy nous propose de monter jusqu'au glacier, avant de nous rendre au refuge. Malgré la fatigue, c'est une occasion qui ne se représentera pas. Nath semble plus fraiche que moi ,qui commence à sentir les premiers symptomes du mal des montagnes. Les derniers 50 mètres sont raides, chaque pas est une épreuve, il nous faut trouver la ressource pour avancer. Il neige, nous avançons en regardant nos pieds. Je pense aux expéditions polaires, je pense à Mike Horn. plus que jamais nous sommes des explorateurs à moins que ca ne soit, là encore, l'effet de l'altitude. Quand la masse de glace se découvre, c'est une vague d'émotion incontrolable qui nous submerge. Nous nous enlassons, á peine conscient de l'exploit que nous venons de réaliser. A 5100 mètres, au niveau de l'équateur, il fait 1 degré. Nous touchons, avec respect, l'un des grands phénomènes de notre planète. Un glacier. Meme si celui ci est un bébé avec ses 5 mètres d'épaisseur.

As soon as we arrive we have the opportunity to try the ascent. Even if the weather is overcast. In any case, it is out of the question to climb to the summit which peaks at 5900 meters. We're going in a pick-up with Nancy, our guide. From the entrance of the park, we climb up to 4500 m. We cross pine forests that gradually disappear in favor of large steppestretches or a few rare bushes resist the extreme conditions. We calmly attack the assention, in small steps. Wrapped in our jackets, we breathe deeply. Our red blood cells cry famine, we have to manage the lack of oxygen. At 4900 m, after having sprayed us, Nancy offers us to climb up to the glacier. Despite the fatigue, this is an opportunity that will not happen again. Nath seems fresher than me, who begins to feel the first symptoms of mountain sickness. The last 50 meters are steep, every step is an ordeal, we have to find the resource to move forward. It doesn't...

Prête pour l aventure
Nancy notre guide
Végétation sur le chemin
Notre objectif
Nous approchons du glacier
Waou waou
Doudou est là
J y suis
On l a fait. 5 100 m
Selfie

Nous avons perdu la notion du temps et Nancy nous fait signe qu'il est temps de redescende. La neige a tout recouvert et le refuge de José Rivas, à 4864 mètres, est une bénédiction. Nous avalons un thé de coca sensé limiter les effets de l'altitude. Pour moi impossible d'avaler le sandwich préparé le matin. La course à pieds ma appris à écouter mon corp et là, il n'est clairement pas content.

We has lost track of time and Nancy is signaling that it's time to go down. The snow covered everything and José Rivas' refuge, at 4864 meters, is a blessing. We swallow a coca tea supposed to limit the effects of altitude. For me impossible to swallow the sandwich prepared in the morning. Running taught me to listen to my body and there he is clearly not happy.

Il faut redescendre
Bye bye le glacier
Un peu difficile la descente
On continue
On avance, on avance
Le refuge
Le thé de coca
Nous sommes allés jusqu'ici :-):-):-):-)
Les français sont venus ici.

Heureusement la descente jusqu'au parking est facile. Sur le trajet retour nous faisons une halte à la lagune de Lipiopungo. Un lac d'altitude reposoir de nombreux oiseaux. L'appareil photo est embué et nous sommes exténués. Frustrant de ne pouvoir immortaliser ces espèces endémiques. Sarcelles, vanneaux et mouettes de andes sont ici, à 4000 mètres dans leur habitant. Il est 17 heures, nous quittons le parc de Cotopaxi sous la pluie, transis mais heureux.


Fortunately the descent to the parking lot is easy. On the return journey we make a stop at the Lipiopungo lagoon. A lake of altitude resting many birds. The camera is fogged and we are exhausted. Frustrating not to be able to immortalize these endemic species. Teals, valves and andes gulls are here, 4000 meters in their inhabitant. It is 5 p.m., we leave Cotopaxi Park in the rain, transis but happy.

La lagune
La lagune
La lagune
La lagune
Le volcan  Cotopaxi
5 commentaires

Papyjeanclaude85

Bravo, vous avez surpassé le Mont Blanc ! . . . Blessé dans mon orgueil, cet après midi, je vais tenter le Mont des Alouettes, na . . . .

  • il y a 4 semaines
Veronique

veroniqueloriou

you did it!! et t’inquiète pour l'appareil photo : je pense que ces moments sont immortalisés pour vous quand même!

  • il y a 4 semaines
Anna

Annabaty

Moi je recopie tout çà....Un jour un ou une de vos arrières-arrières petits enfants (mais si j'y crois!!!!) voudra refaire ce périple ....

  • il y a 4 semaines
Gaëlle

Gaelle30

Extraordinaire étape...

  • il y a 4 semaines

Florent

Bravo à vous, impressionnant. Un grand moment sans aucun doute

  • il y a 3 semaines
2 Voyages | 247 Étapes
Cotopaxi National Park, Équateur
196e jour (06/10/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 25/03/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux