En route pour Medellin

Publiée le 14/08/2019
A peine remis de nos émotions, il nous faut prendre le chemin de Medellin. La Fiesta de las Flores s'annonce et nous y sommes attendus. Nous sommes un peu juste en timing alors entre 15 heures de bus et 1h d'avion, nous faisons le choix du deuxième.

Medellin. Rien qu'à son évocation,  Cette ville déclenche tous les fantasmes. Escobar en tête. Elle fut longtemps une des villes les plus violentes au monde. Entre paramilitaires et cartels de drogue. Mais c'est aussi la ville du printemps éternel. A 8 degrés nord de l'équateur et à 1500 mètres d'altitude, il y fait plutôt doux. 18 degrés au petit déjeuner et jusqu'à 30 en journée. Pas étonnant qu'on y cultive quantité de fruits, légumes et fleurs. La Colombie est le deuxième producteur de fleurs après la Hollande. Vu d'en haut, c'est d'ailleurs le nombre impressionnant des serres qui marque le plus. A l'aéroport, à 2500 mètres d'altitude, nous sommes accueillis par un orchestre au son du Merengue et un verre d'Aguardiente. Le pastis local. Ca commence bien. Nous sautons dans un taxi, direction la mégapole, à 25 km. Medellin est coincée dans une vallée bordée de petites montagnes. Il nous faut descendre de 1000 mètres et c'est dans un véritable gymkhana que nous dégringolons l'autoroute tout en virage. Les premiers immeubles apparaissent, puis les quartiers de briques rouges, à flanc de montagne. On prend d'entrée la mesure de cette ville de plus de 4 millions d'habitant. Nous logeons dans la commune du Poblado. Le coin où s'entassent les touristes et les expatriés mais aussi probablement le quartier le plus sûr de Medellin. Beaucoup d'animations, de bars bruyants et de boîtes de nuits. Pas forcément notre tasse de thé. Nous logeons au jardin del 10. 10 comme le numéro de la rue. Une petite pension avec une charmante cour intérieure. Notre Premier déjeuner en ville, a 17 heures, est un ajiaco. Une soupe de pommes de terres avec des morceaux de poulet. On le sert avec du riz de l'avocat et une banane, au cas ou on aurait encore fin. Pour Nath un simple triphasique. Un assortiment de viandes pour toute la famille.

Medellin. Just by its evocation, this city triggers all fantasies. Escobar in the lead. It was for a long time one of the most violent cities in the world. Between paramilitaries and drug cartels. But it is also the city of eternal spring. At 8 degrees north of the equator and at 1500 meters above sea level, it is rather mild. 18 degrees for breakfast and up to 30 during the day. No wonder there are plenty of fruits, vegetables and flowers grown here. Colombia is the second largest producer of flowers after Holland. Seen from above, it is the impressive number of greenhouses that marks the most. At the airport, at 2500 meters above sea level, we are greeted by an orchestra to the sound of the Merengue and a glass of Aguardiente. Local pastis. It's off to a good start. We jump in a taxi, towards the megacity, 25 km away. Medellin is stuck in a valley lined with small mountains. We have to go down 1000 meters and it is in a real gymkhana that we tumble the electricity . The first buildings appear, then the red brick quarters, on the mountainside. We take the measure of this city of more than 4 million inhabitants. We live in the commune of Poblado. The corner where tourists and expatriates are crowded but also probably the safest area of Medellin. Lots of entertainment, noisy bars and nightclubs. Not necessarily our cup of tea. We're staying in the garden of 10. 10 like the street number. A small boarding house with a charming courtyard. Our first lunch in town, at 5 p.m., is an ajiaco. A potato soup with pieces of chicken. It is served with avocado rice and a banana, in case we are still finished. For Nath a simple triphasic. An assortment of meats for whole family.

Survol région de Medellin
Accueil à l aéroport de Medellin
Notre chambre
Notre chambre
Notre repas
Patio de L hostal

A la nuit tombée nous sortons sur la place Lleras. Haut lieu des soirées Medellinoises. En ce début de feria, l'ambiance est chaude. La police est partout mais pas exactement comme on pourrait s'y attendre. Les voitures de service sont décorées de fleurs et les policiers, en tenue, dansent, chantent et jouent de la salsa. Hallucinant. Ambiance déchaînée autour de cette police de proximité particulièrement appréciée par la population. L'orchestre, que nous retrouverons dans plusieurs défilés, joue avec maestria. 


At nightfall we go out to Place Lleras. High place of medellinoise sat evenings. At the beginning of feria, the atmosphere is warm. The police are everywhere but not exactly as you would expect. The service cars are decorated with flowers and the policemen, dressed, dance, sing and play salsa. amazing. A raging atmosphere around this local police force, particularly appreciated by the population. The orchestra, which we will find in several parades, plays with mastery. 

Voitures de police sont toutes fleuries
C est la fête
Et ils aiment les photos

Vídeo

https://photos.app.goo.gl/11gYYMLYrb4rmxMR9

Vídeo

https://photos.app.goo.gl/uCnSYnzCdbqjpZsY6

0 commentaire

2 Voyages | 176 Étapes
Medellín, Antioquia, Colombie
135e jour (06/08/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 25/03/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux