Autour du Cotopaxi

Publiée le 21/10/2019
Toujours bloqués :-):-)

Cotopaxi, Equateur

Rando au départ de l'auberge. Juste pour le plaisir de marcher. Nous allons prendre la Panamerican à pieds cap au sud. Tas de sables, blocs de cailloux et troncs d'arbres bloquent la circulation. A chaque barrage, des groupes de personnes armées de pics filtrent les passages des rares véhicules. La circulation se fait sur une seule voie de l'autoroute. Nous comprenons maintenant pourquoi nous avions croisé des voitures à contre sens lorsque nous avons quitté la capitale. Nous croisons régulièrement des camions chargés d'indigènes qui montent vers la capitale rejoindre les manifestants. Pour les autres véhicules il risquent purement et simplement de se faire crever les pneus. La route s'est transformée en une immense voie piétonne où l'on croise aussi bien des femmes chargées de sacs de nourritures que des touristes tirant leur valise à roulette, surréaliste. Dans les quelques bourgs traversés, seuls les réparateurs de pneus et les vendeurs de vélo d'occasions osent encore lever leurs grands grilles. On sent que la grève se durcit malgré tout, aucune animosité à notre égard. Après 2h30 de marche nous atteignons notre objectif. L'hacienda la Cienaga. Une propriété vieille de 400 ans. Un sorte de manoir au bout d'une allée bordée d'eucaliptus pluri centenaires. Malheureusement la grille d'entrée est fermée. Nous en serons quitte pour une petite sortie de 22 kilomètres


Cotopaxi, Ecuador

Rando departing from the hostel. Just for the pleasure of walking. We're going to take the Panamerican on foot heading south. Piles of sand, boulders and tree trunks block traffic. At each dam, groups of people armed with peaks filter the passages of the few vehicles. Traffic is on only one lane of the highway. We now understand why we ran into cars against the odds when we left the capital. We regularly come across trucks loaded with natives who go up to the capital to join the protesters. For other vehicles they risk simply getting their tires punctured. The road has turned into a huge pedestrian path where we meet women loaded with bags of food as well as tourists pulling their suitcases on wheels, surreal. In the few towns crossed, only tire repairers and second-time bike sellers dare to still raise their big gates. We feel that the strike is still getting tougher, no animosity towards us. After a two and a second hour of walking we reach our goal. The hacienda the Cienaga. A 400-year-old property. A kind of mansion at the end of an alley lined with multi-centenary eucaliptus. Unfortunately the entrance gate is closed. We'll be even for a small 22-kilometre outing.

La panamericaine
On part pour une petite ballade
Le fond de l air est froid
L allée de l hacienda aux arbres centenaires
Une merveille
L hacienda, seule demeure ancienne de la région
Retour à l hostal, bien fatiguée

12 10 2019

12/10/19

Cotopaxi, Equateur

La situation dans le pays ne s'améliore pas. Les manifestations se durcissent et les indiens d'Amazonie rejoignent le mouvement. Il nous faut rester neutre. Par contre, il nous semble important de connaître les tenants et les aboutissants du conflict. Comme toujours, une histoire plus complexe qu'il n'y paraît et qui nous interroge sur notre condition de touriste occidentale. 

A l'image de naufragés, les clients de l'auberge vont et viennent. Nous restons en contact avec ceux qui partent et accueillons les nouveaux.

Une famille de Quito nous a rejoint. L'occasion d'apprendre à jour au 40, le jeu de carte traditionnel du pays et de boire une canella. Entre le grog et le planteur, c'est un jus d'orange chaud Quel on ajoute un alcool de canne. Un planteur chaud en quelque sorte. Deliceux et traître à souhait.


12/10/19

Cotopaxi, Ecuador

The situation in the country is not improving. Protests hardened and Amazonian Indians joined the movement. We need to stay neutral. On the other hand, we think it is important to know the ins and outs of the conflict. As always, a more complex story than it seems and that questions our status as a Western tourist. 

Like shipwrecked people, the guests of the hostel come and go. We stay in touch with those who leave and welcome the new ones.

A family from Quito joined us. The opportunity to learn up to date at 40, the traditional map game of the country and drink a canella. Between the grog and the planter, it is a hot orange juice Which is added a cane alcohol. A hot planter of sorts. Deliceux and traitor at will.

Les manifestations se durcissent
Le long de la panamericaine
La petite nièce de Jenny.
Le jeu de carte et grog local
0 commentaire

2 Voyages | 247 Étapes
Hacienda La Cienega, Latacunga, Équateur
201e jour (11/10/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 25/03/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux