Pan de Azucar

Publiée le 27/12/2019
On va au mirador!

Nous sommes au pieds d'une falaise. Elle marque l'entrée du désert d'Atacama. La nuit, l'air humide venu du large vient buter contre la paroi ce qui donne naissance à une rosée matinale. seule humidité du lieu, cette eau permet le développement de plusieurs espèces de cactus. Nous partons dos à la mer pour une marche un peu plus désertique à l'assaut des montagnes. Le circuit nous mène au sommet qui surplombe le village. Entre paysage de western et découverte d'une autre planète nous sommes comme des explorateurs. Comment peut on vivre ici?


We are at the foot of a cliff. It marks the entrance to the Atacama Desert. At night, the humid air from the sea comes to stumble against the wall which gives rise to a morning dew. only moisture of the place, this water allows the development of several species of cactus. We set sail with our backs to the sea for a more desertwalk on the mountain. The tour takes us to the summit that overlooks the village. Between western landscape and discovery of another planet we are like explorers. How can we live here?

On cherche le sentier!
Une fois le chemin trouvé  c est parti
Il n'y A plus qu'à suivre le chemin dans la partie désert
Le tracé du chemin
La végétation n est que cactus étonnant
Comme ça
Ou ça
Çelui ci
Et ceux-ci
Ici carrément une plantation
Au sommet il y a des tables de pic nic
La vue est grandiose
Vue côté désert
Cool
Vue sur le village
On redescend par les crêtes
Quand il faut y aller
Ben il faut y aller
Tranquille
La plage

De retour à Caleta, nous déjeunons de fruits de mer et de poissons. Keno, le pêcheur qui nous a accueilli, nous propose de nous ramener sur Chañaral pour prendre notre bus prévu à minuit. C'est donc dans la nuit que nous retournons vers la civilisation. Il nous faudra attendre presque 2 heures, assis sur un banc dans la rue qu'un bus daigne enfin s'arrêter. On ne saura jamais pourquoi celui réservé n est jamais passé. Ce bus est nettement moins confortable que celui prévu, mais à 2h00 du matin, tu as juste envie de dormir, enfin tu aimerais bien, et là c'est plutôt mal engagés!

À notre retour les pêcheurs viennent de rentrer
En attendant le coucher du soleil , drôle de spectacle
Coucher de soleil

Le parc Pan de Azucar, est vraiment intéressant pour celui qui aime la nature, et surtout en pleine saison de migration . Il est bon d être bien équipé pour le camping, car c est le seul hébergement qui est souvent proposé. Il y a bien 2 cabanes mais ici elles étaient fermées  contrairement à ce que nous disait les sites d hébergement. Il faut prévoir aussi sa nourriture et tout le matériel. Nous avons eu de la chance que Queno est un petit resto pour nous servir petits déjeuners et un repas par jour! 

Il paraît qu' en pleine saison ( de mi décembre à fin août) c est complètement différent. Ca tombe bien nous y étions le 17 décembre , et rien ou presque  n était  ouvert :-):-):-):-):-) 

2 commentaires

Anna

Annabaty

Quand vous serez bien vieux ....le soir à la veillée vous souviendrez vous de tout ça ????

  • il y a 2 mois
Anna

Annabaty

çà me fait penser au désert de Mojave, à l'ouest des Etats Unis ...à quelques encablures de la Côte pacifique .....

  • il y a 2 mois
2 Voyages | 326 Étapes
Pan de Azúcar, Coquimbo, Chili
268e jour (17/12/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 25/03/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux