La Chunga

Publiée le 14/07/2019
Après un petit déjeuner d'oeufs et de beignets, nous partons pour une longue randonnée avec Rutilio et Georgé, l'un de ses fils.

Après un petit déjeuner d'oeufs et de beignets, nous partons pour une longue randonnée avec Rutilio et Georges, l'un de ses fils. Nous remettons nos fringues encore humides de la veille. 

Les Embera ouvrent et ferment la marche, machette à la main. Direction le Cerró De Badres. Nous sommes en pleine réserve indigène. Je demande à Rutilio ce qu'il pense de ce terme de réserve. Il m'explique que c'est une bonne chose car il doit être pris au sens de propriété ce qui leur permet de protéger la forêt. Les groupes Emberas comme les autres peuples forestiers, étaient auparavant des semi nomades. Ils s'installaient environ un ans le long d'un cours d'eau, défrichaient quelques carrés pour cultiver le maïs et le plantain. Pêcher et élever quelques animaux avant de se déplacer de quelques dizaines de kilomètres. Ils se sont sédentarisés depuis quelques dizaines d'années mais il reste encore quelques communautés nomades au plus profond de la forêt. Le sentiers que nous empreintons est une ancienne voie de communication entre villages. En 4 jours, nous pourrions être à la frontière Colombienne ! Le chemin se fait de plus en plus étroit, de moins en moins bien tracé. De nombreux arbres nous coupent la piste que Rutilio nous réouvre au coupe coupe qu'il manie avec une précision et une efficacité redoutable. Des branches de 10 cm sont abattues mais jamais plus qu'il ne faut. Régulièrement, il marque le chemin d'une petite coupe dans un tronc remarquable ou en pliant une branche, une feuille. Son œil et ses oreilles sont en éveil et nous nous arrêtons pour voir ici un oiseau, un papillon, un insecte ou goûter une plante médicinale. Il est chez lui. Le village où nous logeons, la Chunga, est le nom d'un palmier, couvert d'aiguilles dont se servent les indigènes pour la construction, les toitures et pour la fabrication de cordages. Au cœur de cette forêt nous croisons des arbres pluri centenaires mais aussi des chablis inextricables. Nous pistons un temps, une famille de cochons sauvages, nous les entendons mais impossible de les voir. Après plus de 3 heures, nous arrivons aux pieds d'un raidillons. J'escalade seul avec Rutilio. Sur le plateau. Deux grands arbres marqués de signes très anciens. Une impression étrange d'être hors du temps


After a breakfast of eggs and donuts, we set off on a long hike with Rutilio and Georges, one of his sons. We're handing over our clothes that were still wet from the day before. 

The Embera open and close the march, machete in hand. Head for the Cerr De Badres. We are in the middle of a native reserve. I ask Rutilio what he thinks of this term reserve. He explains to me that this is a good thing because it has to be taken in the sense of ownership which allows them to protect the forest. Emberas groups, like other forest peoples, were previously semi-nomads. They settled along a stream for about a year, clearing a few squares to grow corn and plantain. Fish ingeling and raising a few animals before moving a few dozen kilometres. They have settled down for a few decades but there are still a few nomadic communities deep in the forest. The path we are following is an ancient...

Ne pas oublier de dire bonjour et à tout à l heure au perroquet
Cet insecte aime bien la casquette de stef
Le Morpho, grand papillon aux couleurs bleu  ailes ouvertes
Plante utilisé dans les traitements pour le cancer
Il faut  de ouvrir le chemin
Papillon
Papillon
Il faut  escalader
Papillon
Rutilio avec son sac d école rose
Arbre géant
Pas facile
Le sommet
Arbres des ancêtres
Le retour

. Il nous faudra plusieurs heures pour rentrer au village encore une fois bien trempés et crotés. Après un déjeuner gouter rapide il est 16h, nous sommes sollicites par les enfants pour aller à la baignades. Une piscine naturelle à deux pas du village. Puis nous sortons notre jeu de cochons. L'occasion de partager un bon moment avec les enfants de Rutilio

. It will take us several hours to get back to the village once again well soaked and crunched. After a quick lunch, we are asked by the children to go swimming. A natural swimming pool just a stone's throw from the village. Then we take out our game of pigs. The opportunity to share a good time with Rutilio's children

Un arbre couleur rouge bordeaux
Chenille de papillon morpho
La piscine naturelle, couleur  marron à cause des pluies
Les enfants s éclatent
On s amuse
Le jeu du cochon,
La petite joue et le chiot( plein de puces) viens jouer avec elle
2 commentaires

Anna

Annabaty

quelle aventure !!!!!mais, quelle aventure !!!!! votre forme physique m'épate!!!!!

  • il y a 5 mois

Papyjeanclaude85

Cela devrait resté gravé dans la tête . . . Y a t'il des félins ?

  • il y a 5 mois
2 Voyages | 271 Étapes
Río Sábalo, Panama
106e jour (08/07/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 25/03/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux