San Blas 2 ème jour île d'Armila

Publiée le 24/07/2019
Nous continuons à découvrir cette ethnie.

toute la nuit, nous avons du supporter les chiens. Entre grognements et baguarres, on se serait cru dans les rues malfamées d'une favela. Nous prenons la pirogue pour une sortie sur le fleuve. le rio remonte dans les terres en pleine jungle. Nous nous frayons un chemin en évitant les souches et les lianes qui forment des rideaux inextricables. Oiseaux et insectes pullulent. les caïmens, pourtant bien présents, restent invisibles. Nous ramons ainsi pendant deux heures

All night long, we had to put up with the dogs. Between grunts and baguarres, it was like the shabby streets of a favela. We take the dugout for an outing on the river. the rio goes back inland in the middle of the jungle. We make our way by avoiding the stumps and vines that form inextricable curtains. Birds and insects abound. the caimens, though present, remain invisible. We row like this for two hours

Le rio
Il faut  ramer
Éviter les obstacles
Éviter les branches
Éviter les troncs flottants
C'est au tour des filles de ramer
Ici on récolte le mais que l on ramène en kayuco au village
Caracara
Retour au village
Retour au village
Ici on lave son linge

. au retour de la ballade nous plongeons dans la rivière au milieu des enfants pour rejoindre la plage en face le village. De ce coté, un onclos pour proteger les pontes de tortues des predateurs mais aussi, sur des kilomètres de sable blanc, un accumulation hallucinante de déchets rejetés pas la mer des Caraïbes. Une vision cauchemardesque de plastiques multicolores, de couches et d'objets en tout genre. La triste réalité qui nous accompagnera durant tout le voyage. Nous sommes  profondément triste de constater combien notre société immature et consumériste a réussi à souiller jusqu'aux endroits les plus reculés.


. on the way back from the walk we dive into the river among the children to reach the beach in front of the village. On this side, an onclos to protect the turtles of the predators but also, on miles of white sand, a mind-blowing accumulation of waste discharged not the Caribbean Sea. A nightmarish vision of multicolored plastics, layers and objects of all kinds. The sad reality that will accompany us throughout the journey. We are deeply saddened to see how our immature and consumerist society has managed to defile to the most remote places.

On se baigne dans le rio, la mer est trop dangereuse
La plage  côté village nettoyée et entretenue par les femmes du village
Le village
Le village
Création d'une kayuco
Création du kayuko

L'après midi nous assistons à une démonstration de musique et dans traditionnelle à l'école. Seules une douzaine d'enfants sont impliqués dans l'atelier. Natcho nous fait part de son inquietude quand à la conservation des traditions. La musique est répétitive et envoûtante. Les danses se terminent sous une pluie battante , ce qui ne semble nullement déranger les enfants.

In the afternoon we attend a demonstration of music and in traditional school. Only a dozen children are involved in the workshop. Natcho expresses his concern about the preservation of traditions. The music is repetitive and mesmerizing. The dances end in a pouring rain, which does not seem to bother the children.

École dès plus grand
Blason de l école
Classe  extérieur
Classe en  intérieur
Leçon sur la révolution française
Les jeunes vont danser pour nous faire  connaître leur tradition
On s échauffe
Tout le monde est prêt
La pluie s'est invitée
L'instrument de musique des garçons
Malgré la pluie  tout le monde  reste pour regarder les danses
Clin d'œil à la modernité, chez Natcho, il y a une télévision sous clefs
0 commentaire

2 Voyages | 273 Étapes
Armila, Panama
113e jour (15/07/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 25/03/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux