Retour à Panama Cuidad

Publiée le 21/07/2019
Retour à la civilisation.

Levé 3h30. Nous traversons la mangrove de nuit à la frontale. Concentrés sur nos pas entre gadoue et planches de bois pourries. Une fois au ponton, nous nous installons en attendant la lancha. La marée est basse. Sans lumière, la forêt prend une autre dimension. On reconnait le chant de quelques rapaces nocturnes, des grenouilles et surtout d'une population invisible à l'affût dans le lit du fleuve. Nous sommes blottis là, sous les étoiles au milieu de nul part. Nous allons quitter Rutillio et sa famille non sans une petite émotion. Leur sincère générosité, leur envie et leur fierté de faire découvrir, sans folklore, leur culture et la réalité de leur quotidien  nous ont profondément touché. En 4 jours nous avons pris conscience de l'océan qui nous sépare. Nous rêvons de nature, il ne rêvent que de ville. Nous avons souffert des conditions spartiates. Sans eau courante, sans électricité, au milieu d'une horde d'insectes qui ne pensaient qu'à nous dévorer. Nos rudiments d'Espagnol ont suffit à alimenter des échanges riches et parfois drôle, sans tabous.

Raised 3:30 a.m. We cross the mangroves at night at the front. Focus on our steps between slush and rotten wooden planks. Once at the pontoon, we settle down while waiting for the lancha. The tide is low. Without light, the forest takes on another dimension. We recognize the song of a few nocturnal birds of prey, frogs and especially an invisible population on the lookout in the riverbed. We're huddled there, under the stars in the middle of nowhere. We will leave Rutillio and his family not without a little emotion. Their sincere generosity, their desire and their pride in discovering, without folklore, their culture and the reality of their daily lives have deeply touched us. In 4 days we became aware of the ocean that separates us. We dream of nature, they only dream of a city. We have suffered from spartan conditions. Without running water, without electricity, in the midst of a horde of insects that thought only of devouring us. Our basics of Spanish have been were enough to fuel rich and sometimes funny exchanges, without taboos

Attente de la Lancha au clair de lune

Une heure plus tard, un énorme phare nous éblouit, c'est la pirogue. Le niveau de l'eau à monté et nous sautons à bord rejoindre la dizaine de passagers endormis. A l'avant du canot, un homme fait la vigie. Le fleuve charrie encore et toujours une quantité incalculable de bois. Des troncs de la taille d'une voiture flottent entre deux eaux. Un pilotage tout en finesse qui se fait à deux. Le jours se lève lentement. Nous apercevons les contours des arbres, puis la mer, puis les couleurs, un moment unique emmitouflés dans nos gilets. Après 3 heures de tape cul nous retrouvons la terre ferme. Puerto Quimbas, le ballet des bus, les check point. Nous sommes rodés. Notre minibus nous ramène à Panama à fond de train. Au mépris de toutes les règles de conduite. Autant fermer les yeux. Nous retrouvons notre B&B. Nous vidons nos sacs dans la machine à laver et on fonce à la douche et au lit.


An hour later, a huge lighthouse dazzles us, it's the dugout. The water level rose and we jump on board join the dozen sleeping passengers. At the front of the canoe, a man makes the lookout. The river still carries an incalculable amount of wood. Trunks the size of a car float between two waters. A fine steering that is done in two. The day is slowly coming up. We see the outlines of the trees, then the sea, then the colors, a unique moment wrapped in our vests. After 3 hours of ass tape we find the mainland. Puerto Quimbas, the ballet of buses, the check points. We're well-established. Our minibus takes us back to Panama at the bottom of the train. In defiance of all the rules of conduct. You might as well close your eyes. We're reuniting with our B-B. We empty our bags in the washing machine and go to the shower and bed.

Il fait  un peu froid au lever du jour
Le veilleur de la lancha
Fatiguée et affamée, heu juste un peu!
0 commentaire

2 Voyages | 176 Étapes
Rio La Chunga, Panama
108e jour (10/07/2019)
Étape du voyage
Début du voyage : 25/03/2019
Liste des étapes

Partagez sur les réseaux sociaux